Formation des responsables ACE

Cinq jours à Anor pour observer, comprendre agir avec les clubs d'enfants.

Formation ACE à Anor Formation ACE à Anor    Trente jeunes du diocèse prennent cinq jours, durant les congés scolaires, pour un temps de formation en vue de mieux servir les enfants et le mouvement de l’Action catholique des Enfants. Dans la dynamique de la trilogie “Observer, comprendre, agir”, ils ont davantage étudié la dimension “comprendre”… L’an dernier c’était “observer”, avec l’importance de prendre en compte les paroles des enfants, la nécessité de gérer le cahier du responsable et le partage qui en est fait en conseil de responsables (CDR).


Formation ACE à Anor Formation ACE à Anor  Par exemple, un temps a été consacré pour voir comment il est possible, avec un club d’enfants, d’entrer en débats, sur des opinions qu’ils ont pu émettre, que le responsable a repéré… Cela rappelle le thème d’année : “Pas trop petits pour donner leur avis”. Un club a pu présenter c qui s’est passé dans la durée d’un trimestre pour mettre en place une action où parents et enfants se retrouveraient pour un temps de repas et une après-midi festif. Ils avaient trouvé que parents et enfants ne passaient pas beaucoup de tems ensemble… puisqu’ils trouvaient important ce temps ensemble, ils ont mis en œuvre une réponse à cette attente. Observer, comprendre l’importance, agir pour …
 

Comprendre, c’est aussi faire appel à des paroles extérieures au groupe. Ainsi la Bible prend-elle place parmi les paroles extérieures au groupe. Cela suppose qu’on s’approprie ces textes, parfois peu compréhensibles à première vue. Ainsi la lecture de Caïn et Abel a été l’occasion de s’expliquer sur de document peu connu pour la plupart. Un temps d’observation de chacun des acteurs du texte selon les méthodes de lecture moderne. En colonne, répondre aux questions : qui ? Comment sont-ils qualifiés, que font-ils, que disent-ils. En quels lieux ? Cela demande du temps, mais il en faut passer de l’incompréhension à la découverte de sens. Ainsi un des ateliers de réflexion après avoir vu que la fin du récit ressemblait au début concluait : “finalement, pour Caïn, Dieu lui donne une seconde chance !”. Peut-être que nous aussi, lors de tensions entre nous, nous sommes appelés à redonner une seconde chance, sinon c’est la violence qui s’installe.

 

Un second récit, celui où saint Jean raconte les débuts de l’équipe autour de Jésus, de Jean-Baptiste à Nathanaël. La multiplicité des personnes présentes, les différents titres donnés à Jésus donnaient l’impression d’un enchevêtrement inextricable. Là encore la mise en colonne des réponses a permis aux uns et aux autres de s’approprier le récit. Quand Nathanaël dit de Jésus, “Que peut-il sortir de bon de Nazareth” quelqu’un a comparé avec les a priori à propos d’enfants de tel quartier… Ce ne sont pas des textes d’histoire ancienne, mais des textes qui éclairent et donnent sens à notre quotidien d’aujourd’hui.

        
Au cours de la célébration eucharistique, deux jeunes se présentes les bras croisé sur la poitrine et l’une d’elle dit “Bientôt je pourrais communier”. De fait, elle sera baptisée à Pâques dans sa paroisse, et d’autres copines aussi seront baptisées, chacune dans sa paroisse respective. Ainsi l’ACE est un chemin proposé à la rencontre de Jésus, le Christ. La dernière journée a été l’occasion de préparer une animation pour les enfants et les familles lors de “Aire de Famille”.
Abbé Emile Hennart
 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 1309 visites