Préparation au mariage

Samedi 24 mars près du lac de Noeux, 26 futurs couples ont préparé leur mariage.

 

Le lac de Noeux-les-Mines

 

 

 

 

O temps ! suspends ton vol ; et vous, heures propices,
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours

 

 

 

dsc09238 dsc09238  

Attendant son amie Elvire sur le bords du lac du Bourget Lamartine écrivit ce célèbre poème appelé « Le lac »

Samedi 24 mars 2007, 26 futurs couples sont réunis pour préparer leur mariage, dans une salle ouverte sur le lac de Noeux. Le temps brumeux n’est pas propice à la promenade ou à la rêverie ; c’est le moment de la réflexion avant le long voyage dans la vie à deux.

Dès leur arrivée ils sont accueillis par l’un des cinq couples aînés. Les questions fusent : aimer, pardonner, écouter, les parents, les amis…

 

Dans quelques mois, ils vont embarquer à deux pour un long voyage de quarante ou cinquante ans ; il faut être bien d’accord ; alors le garçon et la fille réfléchissent sur leur projet de vie, ils rédigent un texte, placent précieusement cette carte dans une enveloppe. Il exprime l’enthousiasme de la jeunesse, mais il donne le vertige tant il est grand et fragile ; alors humblement on le remet entre les mains de Dieu au cours de la célébration de l’amour. Le prêtre les bénit et prie pour qu’ils soient heureux.

 

Yannick et Dorothée Yannick et Dorothée  Dorothée et Yannick ont participé à un après-midi de préparation au mariage, il y a deux ans. Aujourd’hui, ils sont devenus couple animateur ; ils suscitent la réflexion et l’échange grâce à un diaporama.

L’abbé Raymond interpelle brutalement les candidats au mariage religieux : « Vous n’êtes pas obligés de vous marier à l’Eglise. Le mariage civil a toute sa valeur. Si vous voulez un mariage devant Dieu, il faut que ce soit en toute liberté, en toute vérité » Alors il leur montre la beauté, le mystère du sacrement de mariage. Il est probable que parmi les 26 couples présents, l’un ou l’autre trouvera plus honnête de ne pas se marier à l’Eglise.

 

dsc09271 dsc09271  Pour cheminer avec Dieu durant toute la vie, il est conseillé  d’avoir chez soi le livre du Nouveau testament de lire et de méditer les beaux textes de la Bible. Avant de se quitter on a lu ensemble une page de ce livre, l’hymne à l’amour

« L’amour trouve sa joie dans ce qui est vrai, il fait confiance en tout. L’amour ne passera jamais »

Roland Delplanque, prêtre

 

 

Agathe et Stéphane découvrent la beauté et l’actualité de l’Evangile

 

 

Samedi 15 heures, René animateur de la rencontre de préparation au mariage s’adresse à Raymond chargé des inscriptions et de l’accueil.

« Tous les couples inscrits sont arrivés ? »

« 20 couples étaient inscrits, en fait il y en a 26. Par contre, Stéphane et Agathe ne sont pas là »

 

Quelques minutes après, Stéphane arrive seul. « Excusez-nous. Agathe travaille à l’hôpital cet après-midi et moi j’étais d’astreinte »

Je travaille dans une association appelée Equinoxe au service des personnes seules et âgées. J’ installe à domicile des systèmes électronique d’alarme. Il faut assurer la maintenance 24 heures sur 24 .Marguerite, 95 ans, témoigne « Je dois vous dire que cette petite boîte Equinoxe est pour moi une sécurité, comme si j’avais une personne en permanence à mes côtés »
 

Stéphane poursuit « Quand j’ai demandé le mariage à l’Eglise, on m’a proposé cet après-midi de rencontre avec d’autres couples, je me suis immédiatement inscrit. Je regrette sincèrement mon retard ; je décrirai à Agathe ce que j’ai vécu au cours de ces quatre heures.

J’ai la foi, mais comme la plupart des jeunes de mon âge, je ne vais pas à la messe le dimanche, cependant, je m’efforce de vivre en chrétien au cours de la semaine. Le choix de nos professions n’est pas étranger à notre croyance. C’est en permanence que nous sommes au service des personnes en difficulté. Stéphane avec le couple René et Francine Stéphane avec le couple René et Francine  On nous a proposé trois autres rencontres le vendredi de 19 heures à 21 heures pour mieux comprendre le sens de notre engagement dans un mariage chrétien. Nous avons trouvé çà tout à fait normal. Nous sommes une dizaine avec Francine et René. Tous les sujets peuvent être abordés librement, sans jugement et sans tabou. Au cours de la dernière rencontre on a lu un passage de l’Evangile ; il s’agissait d’une famille : le fils cadet quitte la maison, le père est profondément affecté, son cœur saigne. Quelques années après il revient en loques. Le père court à sa rencontre. Puis un conflit avec le fils aîné qui trouve que son frère est débauché et son père injuste.

  

 

dsc09271 dsc09271  

Alors nous avons parlé des conflits et des souffrances dans nos familles. Agathe avait 20 ans lorsque sa maman est décédée d’un cancer. Agathe a actuellement 27 ans, et moi 33 ; nous préparons très sérieusement les décennies que nous allons vivre ensemble. » 

 

 

 

 

 

Article publié par Roland Delplanque • Publié • 3904 visites

Fermer