Aimez-vous comme je vous ai aimés

6ème dimanche de Pâques

Actes 10, 25-48 ; 1 Jean 4, 7-10 ; Jean 18, 9-17.

De qui suis-je l’ami ? Les lectures de ce dimanche sont d’une extrême densité. Ce sont en particulier deux textes de Jean qui portent au plus haut la relation à l’autre en humanité. Pourtant la première lecture débute par un sentiment de conflit exprimé dans les Actes des apôtres. Le texte de la liturgie reprend quelques versets pour en faire comme une synthèse, oubliant que Luc déroule l’histoire de Pierre chez Corneille sur deux chapitres. Il vaut la peine de relire les deux chapitres 10 et 11 des Actes pour pouvoir en mesurer toute l’importance dans la première Eglise au point que Pierre doive rappeler cet épisode lors de premier concile de Jérusalem.

 

On y accusait Paul et Barnabé -et les églises non juives- de baptiser des païens sans les faire passer sous les rites et commandements de Moïse. Au cours du débat, c’est Pierre lui-même qui rappellera l’épisode de Césarée où lui-même, le premier, avait baptisé un non Juif : “Qui suis-je pour empêcher Dieu d’agir ?” avait-il exprimé (Actes 15). Le rejet de l’étranger, du non-Juif ne pouvait plus avoir sa place dans la suite de Jésus. Le chemin d’ouverture, de Pierre d’abord, de Paul et Barnabé ensuite, deviendra le chemin d’une Eglise offerte à tous les hommes, plus exactement le chemin d’une Eglise qui offre le salut de Jésus pour tous. Cet épisode de la première Eglise mérite d’être méditée au moment où le nouvel évêque de Gap rejoint, en sortant de sa basilique Notre-Dame du Laus, les marcheurs qui iront de Vintimille à Calais, à la rencontre de toute l’humanité souffrante qui cherche à fuir les pays d’inhumanité d’Asie et d’Afrique (Irak, Syrie, Darfour, Soudan, Erythrée etc.

 

Nous pouvons maintenant lire ces textes des Actes ou de St Jean, avec en tête, les images de nos journaux papier ou télévisés qui témoignent du difficile accouchement d’une humanité nouvelle. Jésus s’est fait notre ami, pour qu’à notre tour nous portions cette amitié jusqu’aux extrémités de la terre. “Voici ce que je vous commande : c‘est de vous aimer les uns les autres. E.H.

Fermer