29 octobre 30ème dimanche ordinaire

Il suivait Jésus sur le chemin

  

Jérémie 31, 7-9 ; Hébreux 5, 1-6 ; Marc 10, 46-52

 

Si vous aviez quelques photos à faire pour représenter le parcours de Jésus décrit dans cet évangile, qu’obtiendriez-vous ?

 

La première photo serait une troupe joyeuse de disciples et autres amis autour de Jésus, en arrière-plan, l’oasis fort agréable de Jéricho; sur le chemin, -hors de la ville parce que exclu,- un aveugle qui mendie.

 

Deuxième photo : la bande des copains de Jésus repousse un peu plus loin l’aveugle, car on est entre gens bien, et il n’est pas invité.

 

Troisième photo : Jésus s’arrête, se retourne vers la personne mal voyante, invite ses admirateurs à faire un geste. Qu’est-ce qui est le plus miraculeux ? La conversion des cœurs vers l’aveugle, ou l’ouverture à la lumière ?

 

Quatrième photo… si l’on reprend bien le texte de l’Evangile, il devrait n’y avoir que deux personnages : l’homme guéri et Jésus… au loin, la ville de Jérusalem, splendidement plantée sur son rocher aride.

 

Et les autres personnages de l’histoire ?… l’évangéliste n’en parle pas. Notre méditation devrait porter sur cette étrange absence. Marc est un artiste en matière de construction de texte et il ne laisse rien au hasard.

Ce récit est à la jointure de deux partie de l’évangile de Marc : entre la prédication sur les routes de Palestine, et le temps de Jésus à Jérusalem. Cet itinéraire est celui du serviteur, comme Marc l’avait écrit quelques lignes auparavant (voir dimanche précédent). Il n’est pas sûr que les disciples aient compris et ni apprécié ce chemin de serviteur. Et voici que Marc propose le chemin vers la croix… les disciples ne sont plus sur la photo ! ils tardent à prendre le chemin de Jésus.

 

En quoi ce récit interroge notre XXIème siècle commençant ?

Je vois passer beaucoup de demandes d’extrait de baptême, de gens qui revendiquent donc d’être comptés parmi les amis de Jésus. Il en est bien d’autres encore qui revendiquent le titre de chrétien… Combien seront-ils sur la photo au dernier jour ? Cent quarante quatre mille, dit l’Apocalypse et beaucoup d’autres que l’on n’arrive pas à compter, précisait saint Jean. Bienheureux sont-ils. Et nous alors? Peut-être nous faut-il presser le pas, pour marcher à la suite de Jésus sur le chemin du serviteur, dès aujourd’hui. Peut-être nous faut-il tourner le coeur vers les exclus d'aujourd'hui... réfugiés, sans papiers, allocataires du RMI ou des restos du coeur, bénéficiaires du Secours catholique, Maliens ou Ivoiriens. La société nous donne l'embarras du choix. 

Fermer