7 janvier 2007 - Epiphanie

Et les rois-mages?

 

 

Isaïe 60, 1-6 ; Ephésiens 3, 2-6 ; Matthieu 2, 1-12

Et les rois mages ?

 epiphanie epiphanie  

Une tradition remontant au 8ème siècle les appelle Melchior, Balthazar et Gaspard. On précise même que l’un d’eux était africain, mais ce point est plus récent. Leur nombre a été fixé à trois, à cause des dons qu’ils apportent et que signale l’évangéliste : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

 

Le texte de la Bible n’en dit pas autant : « des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent où est le roi des juifs qui vient de naître ? …Ils apportèrent de l’or, de l’encens et de la myrrhe ».

 

Plutôt que d’ajouter des éléments qui manquent à notre curiosité, pourquoi ne pas commencer par lire et méditer ce qui est écrit, à partir de nos connaissances du temps des évangélistes et de leur vision du monde ?

Les mages sont en quelque sorte les savants de l’époque, tout à la fois astrologues et astronomes avec les croyances d’alors. Qu’une étoile plus brillante apparaisse dans le ciel, c’est possible, (une supernova dit-on aujourd’hui). Que cela ait servi à l’évangéliste pour enjoliver son message, est-ce gênant, alors qu’au XX° siècle tel président allait voir une Mme soleil pour deviner le destin de la France ! Dire que Jésus est né sous une bonne étoile peut-être, mais il faudrait ajouter que le Seigneur se laisse trouver par ceux quji le cherchent, comme les mages se sont mis en route après avoir voulu marcher vers cette lumière. Et Matthieu invite à décoouvrir le constraste entre ces étrangers venus de loin et l’aristocratie de la capitale, ou les esprits religieux de Jérusalem, confnés dans leurs appartements ou leurs connaissance.

De l'or, de l'encens, de la myrrhe: une manière d'annoncer ce qu'est cet enfant, ce qu'il sera: de l'or en hommage à la royauté de Jésus, de l'encens, en hommage à sa divinté, de la myrrhe, parfum de l'embaumement, qui annonce la mort de Jésus et sa mise au tombeau.

 

Les destinataires de l’Evangile

 

Avec les pères de l’Eglise nous sommes invités à reconnaître dans la venue des mages l’annonce aux étrangers, aux lointains de la Bonne Nouvelle de Dieu venu pour eux. Or l'évangile de Matthieu était écrit à destination des chrétiens d’origine juive. Introduire l'histoire des mages venus d'Orient est une manière d'ouvrir l’esprit, si jamais il était étroit au point de croire qu'eux seule pouvaient entendre la Parole de Dieu.

 

Luc lui s’adresse aux nations et semble avoir fréquenté les gens de bonne condition. Il introduit son évangile avec l'annonce aux bergers, les malodorants et malaimés de la société ! C’était sa manière à lui de montrer que Dieu appelle les gens que l’on déconsidère habituellement : ils sont les premiers dans le cœur de Dieu et de Jésus. C’est sans doute une leçon utile à ceux qui le 31 décembre se précipitent au bord du canal saint Martin… Le message de l’évangile est à mettre en œuvre chaque jour de notre vie. C’est le choix de Jésus, enfant-Dieu. Il attend la ratification par les hommes de cette alliance avec les étrangers et les petits de notre terre.

 

Ainsi chaque évangile porte dès les premières pages, une part du message en nommant les destinataires qui accueillent la Bonne Nouvelle. 

Heureux sommes-nous si, en successeurs des évangélistes, nous apportons encore la Bonne Nouvelle hors de nos églises à ceux qui doutent que l'amour de Dieu révélé en Jésus, ce soit pour eux aussi.
On trouvera un dossier sur le site de la CEF
Fermer