Où est Dieu ?

2ème dimanche de carême

 

 

Genèse 15, 5-18 ; Philippien3,17 à 4,1 ; Luc 9, 28-36

 

Quand nous lisons des textes anciens, que ce soit les évangiles, que ce soit l’Ancien Testament, il nous arrive fréquemment à l’esprit cette question : qu’est-ce qui s’est passé ? Est-ce que çà  s’est passé réellement comme cela ? Or la question que nous devrions nous poser c’est : “qu’est-ce qu’a voulu dire le rédacteur de ce texte, quel message a-t-il voulu faire passer auprès des croyants, ceux de son temps d’abord?

 

Voici donc aujourd’hui 3 personnages : ce sont les piliers de la future Eglise : Pierre, Jacques et Jean. Voici Moïse et Elie, ce sont des “figures” historiques du judaïsme, l’un représentant la Loi, l’autre les prophètes. Luc vient dire à l’Eglise primitive que les piliers de l’Eglise que sont Pierre Jacques et Jean ont reconnu que Jésus traite d’égal à égal avec ce qui est le cœur de la religion juive, Elie et Moïse. Il est dans leur lignée. Et même plus, car il fait comprendre que ce Jésus, leur ami, il est l’élu, le choisi par Dieu, il est Dieu parmi les hommes et pas seulement homme parmi les hommes.

 

Le langage biblique, le style d’écriture nous étonne, nous surprend car on n’écrit plus comme cela aujourd’hui, notre langage du 21ème siècle est direct et non codé…. (Encore que ! ne sommes-nous pas souvent amenés à lire entre les lignes de bien des discours officiels ?) La nuée, la voix, la blancheur, cela fait partie du code biblique dans lequel se moule l’écrivain sacré pour signifier une relation, une présence de Dieu. Chemin faisant, les disciples découvrent que ce Jésus est tout autre. Sa présence est présence de Dieu auprès d’eux, d’où leur étonnement, leur incapacité à s’exprimer sur le moment de leur découverte. Telle était leur foi, exprimée avec leurs mots.

 

Les chrétiens d’aujourd’hui reconnaissent en Jésus la présence, la proximité de Dieu à notre humanité, y compris dans la mort de Jésus le crucifié. Habituellement c’est la réussite qui dit la grandeur de l’homme. Or pour les disciples, c’est dans l’humiliation de l’homme crucifié que se révèle la grandeur de Dieu… On n’a vraiment pas les mêmes valeurs !

 

Mais alors, où est Dieu ? Matthieu, à sa manière, fera comprendre que Dieu, il est le pauvre, l’humilié, celui qui a faim, qui est seul, démuni de tout, emprisonné… Se faire proche d’eux, c’est se faire proche de Dieu. Ce fut le chemin de Jésus au milieu des hommes. Il a été reconnu comme chemin de Dieu au milieu de nous…  Telles sont les valeurs de l’Evangile. Le récit le Luc dans l’évangile de ce jour est appelé transfiguration, c’est-à-dire révélation de ce qu’est une vie d’homme quand l’homme devient visage de Dieu. Il a fallu du temps aux premiers disciples pour reconnaitre en Jésus-homme le visage de Dieu au milieu de nous. Ce sera toujours un acte de foi, et non un fait dissécable et vérifiable par les sciences de la nature.  

Fermer