Pour que le monde croie

7ème dimanche de Pâques

 

Actes 7, 55-60 ; Apcalypse 22, 12-20 ; Jean 17, 20-26

 

Dans cette semaine qui précède le don de l’Esprit fêté à la Pentecôte, l’Eglise nous fait relire le discours de Jésus la veille de sa passion. Dans ce ch 17, on peut s’étonner de l’insistance mise sur l’unité entre tous les disciples. Ce souhait de Jésus, Jean l’a réécrit, recomposé à la fin du premier siècle, et les “questions d’actualité de son temps” ont pu peser sur la méditation faite par l’évangéliste. Une telle insistance, se comprend mieux quand on sait qu’il y a péril en la demeure. Les dissensions sont apparues entre les héritiers de la pensée de Jacques, le conservateur de Jérusalem, celle de Paul l’exalté, homme d’ouverture ou celle de Pierre le conciliant. Il ne faudrait pas non plus oublier d’autres “tendances”, comme celles issues de la prédication du baptiste ou, plus récentes, celles qui niaient que Jésus soit à la fois vrai homme et vrai Dieu. Il y avait aussi la tendance au syncrétisme, qui confondait l’annonce du Royaume avec le combat des fils de Lumière contre les fils des ténèbres.

 

En ce début de 21° siècle d’autres déchirures défigurent le visage du Christ, et les appels la communion sont nombreux… Appels à la communion ou rappels à l’ordre ? C’est une vraie question. L’évangéliste Jean nous rappelle que dans sa prière Jésus pensait à ceux qui n’ont pas encore entendu la Bonne Nouvelle, à ceux qui ne le connaissent pas encore. La prière de Jésus c’est donc bien autre chose que de régler les conflits entre Pierre, Paul, Jacques !

 

La prière de Jésus porte sur la mission. Ce qui fera l’unité entre les croyants, c’est qu’ils reconnaissent que Jésus est l’envoyé du Père, qu’ils sont envoyés au service de l’annonce de l’amour de Dieu pour tous. Nous n’avons pas reçu mission de rappeler les commandements et règlements, qu’ils soient du Dieu de Moïse ou de l’Eglise ; nous avons reçu mission de faire connaitre au monde l’amour de Dieu.

 

Le concile Vatican II le redit à sa manière : “L’Eglise pourvue des dons de son fondateur, fidèlement appliquée à garder ses préceptes de charité, d’humilité et d’abnégation, reçoit mission d’annoncer le Royaume du Christ et de Dieu, et de l’instaurer dans toutes les nations…” (LG 5). La communion se fera autour de la mission auprès de tous, bien plus qu’autour d’articles de foi si définis soient-ils.

 

« Comme tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi je les envoie dans le monde ! ». Cette phrase précède celles qu’il nous est donné de lire aujourd’hui : ne les oublions pas, sinon nous ferions de la communion un système d’obligations, indépendant de l’annonce pour laquelle tous nous sommes envoyés.

Fermer