Matthieu, quelques traits de caractère

Année liturgique 2008

 
  

Avec le dimanche premier dimanche de l’avent, le 2 décembre, les catholiques entrent dans une nouvelle année liturgique. Ils liront au cours de l’année l'évangile de Matthieu. Voici quelques clés pour nous aider à le redécouvrir.

 Galerie des évangélistes Matthieu  
Galerie des évangélistes
Galerie des évangélistes

 

Pour lire l'Evangile de Matthieu, quelques traits de caractère.

Embauchés dès le début du jour, les ouvriers ont travaillé à la vigne jusqu'au soir. D'autres ont été engagés à la toute dernière heure. À la fin, le salaire est le, même pour tous. Les murmures amers des premiers s'expliquent! Matthieu est le seul évangéliste à rapporter la parabole dite des « ouvriers de la onzième heure» (20,1-16). Rien d'étonnant. Elle résume sa propre expérience.

 

Sens de la justice

 

Matthieu, d'après ce que reflète son évangile, est fidèle à sa tradition juive. Il s'y sent bien. Mais avec

Jésus, une révolution se produit. Les « autres », les étrangers, profitent au dernier moment des mêmes avantages que ceux du sérail. Ils reçoivent le Royaume pleinement comme les fils d'Abraham. Est-ce juste? Oui. Le maître de la vigne répare une injustice. Tout le monde à présent peut profiter du Christ, les premiers comme les derniers, les justes comme les pécheurs, les juifs comme les étrangers.

 

Fier d'être fils d'Abraham

 

D'abord, Matthieu est fier de son enracinement juif. À mille détails, on le sent soucieux de montrer à ses lecteurs qu'il n'y a pas la moindre faille entre les Écritures et Jésus, mais un épanouissement, un accomplissement. Pour lui, Jésus est vraiment de la famille d'Abraham, c'est même tout le portrait de Moïse.

 

Ouvert aux étrangers

 

Le lecture des Écritures, chez Matthieu, trouve un nouveau souffle à partir de Pâques. Il comprend que la bénédiction de Dieu s'étend à toutes les familles de la terre. Avec une audace à peine croyable, il raconte que les premiers à se déranger pour accueillir Jésus, ce sont des mages, des étrangers. Les gens du pays ne se donnent pas la peine de se déranger alors qu'ils ont la connaissance grâce aux Écritures! Tout à la fin de son évangile, Matthieu met en scène le Ressuscité qui donne cet ordre unique à ses envoyés: « Allez enseigner toutes les nations... »

 

Attaché à la communauté

 

Matthieu met aussi l'accent sur l'importance de la communauté des disciples instituée et formée lentement par Jésus. C'est que l'Assemblée chrétienne est destinée à poursuivre la mission de Jésus. Elle porte le Christ à toutes les nations. L'Église n'existe que pour cette mission. Jésus, chez Matthieu, est toujours sur la route, en mouvement. L'Église ne peut s'installer ni se reposer. Il y a tant à faire. Matthieu sait que cette mission est difficile car les chrétiens sont pécheurs. Le pardon doit régler leur conduite.

 

Un croyant intelligent

 

Matthieu aurait horreur de ceux qui prônent « la foi du charbonnier ». Croire au Christ suppose d'activer son intelligence.

Il aime présenter Jésus comme un enseignant. Son évangile, avec les cinq grands discours de Jésus, forme comme un catéchisme destiné aux disciples. Croire au Christ, c'est relire la vie de Jésus à l'aide des Écritures, c'est écouter Jésus à partir de l'expérience de Pâques.

 

D’après Marc Sevin, Bibliste

Fermer