Quand 2 ou 3 sont réunis en mon nom

23ème dimanche ordinaire

 
Ezéchiel 33, 7-9 ; Romains 13, 8-10 ; Matthieu 18, 15-20   Lire les textes
 

Nous avons laissé dimanche dernier Pierre et Jésus après leur altercation…

Deux chapitres plus loin, voici quelques enseignements pour la vie en communauté. Dans ce chapitre 18, Matthieu rassemble des enseignements qu’il juge utile de donner à sa communauté. Ce qui est développé, ce n’est pas le souci d’obéissance ou d’observance de lois et de rites mais l’attention au frère, au plus petit que soi.

 

Cet ensemble commence par une question à propos du plus grand dans le Royaume… et Jésus appelle ses disciples au changement d'esprit, à la conversion : devenir comme un enfant, c’est-à-dire accepter d’être dépendant et confiant, clui qui ne sait pas tout, qui a besooin d'être éduqué. Le texte continue en évoquant le risque de scandaliser un plus faible (physiquement, moralement, intellectuellement ?) avec un absolu propre à capter l’attention sur l’importance de cette responsabilité : si ta main, ton pied ton œil entraine à la chute… arrache-le et jette-le.

 

Le cœur de l’enseignement est au centre du chapitre… la motivation de chacun c’est d’être à limage de Dieu notre Père, dans son attention, comme d’un berger à la recherche de la brebis garée et qui se réjouit de l’avoir retrouvé. Cela permet de donner un sens bien précis à la « correction fraternelle », comme on a malheureusement appelé la lecture de ce jour. Il n’est pas question de dire à chacun ses quatre vérités, ni « enfoncer le fauteur » mais rassembler les égarés pour que la joie de l’assemblée soit complète. Et pour celui qui n’a pas compris, Matthieu termine son chapitre avec la condamnation d’un sinistre chef du personnel, qui ignore tout de la remise de dettes, àç la différence de son maitre.

 

Nous avons sans doute à prendre de la graine sur nos motivations lors d’une mise au point en communautés d’Eglise : espérer le retour dans la maison, espérer la joie de la communauté reconstituée, offrir le pardon plutôt que la condamnation. Nous ne sommes pas loin de l’esprit du père d’un fils cadet, de retour après une virée pas très catholique : tu étais perdu, et tu es retrouvé ! EH

 
Cette présentation est une des lectures possibles du paragraphe proposé ce dimanche. Pour cela, il a fallu replacer le bout de texte proposé, dans l’écrin où l’avait placé Matthieu. C’est une habitude de lecture qu’il faudrait développer pour éviter de sortir un texte de son contexte.
Fermer