Fête de la Trinité

Conduits par l'Esprit du Père


Deutéronome 4, 32-40 ; Romains, 8, 14-17 ; Matthieu 28, 16-20


L’évangile lu ce dimanche est la finale de l’évangile selon Matthieu. Il a été choisi pour illustrer la fête de ce dimanche, fête de la sainte Trinité. Au-delà des débats théologiques que génère une expression abstraite, la Trinité, retenons qu’à la source de toute vie chrétienne il y a le baptême au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit.


Le concile Vatican II rappelle d’une manière fort intéressante la source de la vie chrétienne : le Père a voulu élever les hommes dans sa communion avec Lui (n°2). Il les appelle à devenir à “l’image de son Fils” ; il les appelle vivre en Eglise grâce au don de l’Esprit. “Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi, fils de la terre ?” Telle peut être notre méditation sur le sens de notre vie. Le Fils n’a pas voulu garder pour Lui sa dignité de Fils de Dieu, il a voulu nous rendre participants de ce qu’il est… nous qui n’avons aucun mérite à revendiquer, mais seulement à reconnaitre que le Père le premier, nous a aimés. Les aléas historiques de l’enseignement de la foi ont parfois terni le visage de Dieu Père, Fils et Esprit, lui attribuant d’autres traits que ceux que le Fils a bien voulu nous révéler.


Il est important de revenir aux sources de la foi, la Parole qui nous a été donnée. Nous parlons trop de Dieu, ce Zeus/Jupiter des religions anciennes qui forme l’étymologie du mot Dieu. Ainsi quand une enquête demande : qu’est qu’un chrétien ? Beaucoup répondent : « quelqu’un qui croit en Dieu ». En disant cela, n’y a-t-il pas oubli de l’étymologie du mot : chrétien, c’est-à-dire disciple du Christ?

 

Dans l’ensemble des notions concernant la compréhension de la foi, quelle place donnons-nous à Jésus et à ses paroles, par rapport aux autres composantes qui envahissent notre connaissance et notre mémoire Pouvons-nous espérer remettre le Christ au cœur de la vie chrétienne et reprendre pour aujourd’hui les paroles qu’il prononçait à Nazareth : “proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté, proclamer une année de grâce du Seigneur…Aujourd'hui, cette écriture est accomplie pour vous qui l'entendez”


Le chrétien est celui qui vit à la suite du Christ Jésus se faisant serviteur de tous, des pauvres en premier lieu. Devenu participant de sa vie divine, il nous revient de lui ressembler au quotidien. La relation au Père que le Christ nous offre est un appel à restaurer les liens de fraternité avec les autres fils qui constituent l’humanité aujourd’hui au XXIème siècle. Dans notre prière universelle, ouvrons notre regard et nos mains aux dimensions du monde et laissons-nous conduire par l’Esprit du Père. E.H.
 

Fermer