Qu’est-ce l’homme que tu penses à lui ?

Fête de la sainte Trinité.

Proverbes 8, 22-31 ; Romains 5, 1-5 ; Jean 16, 12-15

 

Il est délicat de parler de la “sainte Trinité” avec des mots simples, avec les mots de l’Ecriture. Il faudrait d’abord faire une collection des textes où l’une ou l’autre des trois personnes est nommée, désignée. Le Christ n’a pas voulu faire une somme théologique ardue. Les évangélistes sont repris telle et telle expression, à nos de méditer la richesse de leurs expressions.

 

Ainsi Dieu est-il présenté comme père de miséricorde (Luc ch.15), ou propriétaire d’une vigne sur laquelle il veille, parfois il s’impatiente de ne pas voir de fruits.


Du Fils, l’Ecriture dira qu’il est l’envoyé, le sauveur, qu’il n’est pas venu pour les justes, mais pour les malades et les pécheurs, qu’il est venu chercher et sauver ce qui était perdu… au point que certains trouveraient injuste cette préférence de Dieu envers ceux qui ne méritent pas son amour.


A l’Esprit saint, la tradition attribue beaucoup de qualités et dons, mais le premier est celui d’être proche de nous pour communiquer et faire comprendre l’enseignement de Jésus ; il est comme l’avocat, celui qui nous souffle les mots à dire pour témoigner du Fils. En parcourant les Actes des Apôtres, chacun peut découvrir que Luc associe presque toujours l’Esprit-saint avec l’essor de la Parole et à l’action de grâce pour l’œuvre de Dieu.

 

L’évangile de ce dimanche insiste sur l’aide que l’Esprit apporte aux fidèles disciples du Christ pour devenir des familiers de la Parole de Dieu. La Constitution sur la Parole de Die, de Vatican II, insiste sur le dialogue que Dieu désire entretenir avec chacun de ses enfants. Et quand est venu le temps de rédiger la Constitution sur l’Eglise, lumière des nations, une synthèse exprime ce que les Pères du concile unanimes ont voulu transmettre aux hommes de ce temps. Le texte (§2 de Lumen Gentium) est sans doute compliqué à lire… on ne peut cependant pas reprocher aux évêques d’avoir su synthétiser une présentation de la Trinité en termes de relations : relation du Père aux hommes ; du Fils au Père et aux frères, de l’Esprit communiqué à tous ceux qui croient pour qu’ils forment une seule et même Eglise.

 

"Le Père éternel par la disposition absolument libre et mystérieuse de sa sagesse et de sa bonté a créé l'univers ; il a décidé d'élever les hommes à la communion de sa vie divine ; après leur chute en Adam, il ne les a pas abandonnés, leur apportant sans cesse les secours salutaires, en considération du Christ rédempteur, "qui est l'image du Dieu invisible, premier-né de toute la création" (Col 1,15). Tous ceux qu'il a choisis, le Père, avant tous les siècles, les "a distingués et prédestinés à reproduire l'image de son Fils pour qu'il soit le premier-né parmi une multitude de frères" (Rm 8,29). Et tous ceux qui croient au Christ, il a voulu les appeler à former la sainte Eglise qui, annoncée en figure dès l'origine du monde, merveilleusement préparée dans l'histoire du peuple d'Israël et dans l'ancienne Alliance(1), établie enfin dans ces temps qui sont les derniers, s'est manifestée grâce à l'effusion de l'Esprit-Saint et, au terme des siècles, se consommera dans la gloire. Alors, comme on peut le lire dans les saints Pères, tous les justes depuis Adam, "depuis Abel le juste jusqu'au dernier élu" se trouveront rassemblés auprès du Père dans l'Eglise universelle". Lumen Gentium §2 

Notre prière de ce dimanche reprendra et méditera le psaume 8 :


Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ?
Qu’est-ce que le fils d’un homme pour que tu en prennes souci ?
A voir le ciel, la lune et les étoiles, qu’est-ce que l’homme dans cet univers ?
Tu l’as établi sur l’œuvre de tes mains ; tu mets toute chose à ses pieds.
Béni sois-tu Seigneur, hier, aujourd’hui et tous les jours de notre vie
 

Fermer