heureux les artisans de paix...

4ème dimanche ordinaire

 

Sophonie2,3 + 3,12-13; 1 corinthiens 1, 26-31; Matthieu 5, 1-12

 

Se rappeler l'évangile du dimanche précédent, où Jésus sommence la mission de Bonne Nouvelle et ensuite appele les 4 premiers disciples; deux par deux et non en solitaires. Une fois les présentations faites, et le groupe autour de Jésus constitué (suite du ch.4 que nous n’avons pas lu), Matthieu commence une très longue et importante section appelée sermon sur la montagne. Il est constitué des chapitres 5,6 et 7.

 

En introduction, voici le texte que nous entendons ce dimanche, bien connu : “heureux les pauvres, heureux les doux, les affamés de justice, les cœurs purs, les artisans de paix…” Si nous lisons la conclusion de ce sermon, le moment où le Christ redescend sur terre en fin de sermon, quelques paroles qui nous concernent quand nous lisons : “Ainsi, quiconque écoute ces paroles que je viens de dire et les met en pratique, peut se comparer à un homme avisé qui a bâti sa maison sur le roc. (25) La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison, et elle n'a pas croulé : c'est qu'elle avait été fondée sur le roc.”

 

Nous avons l’habitude d’entendre quelques morceaux, quelques pièces détachées d’un ensemble construit. Et parfois nous jugeons telle ou telle phrase moins percutante ou moins utile pour nous. Si vous avez une Bible, prenez le temps de lire d’un seul trait ces trois chapitres.
Bien sûr nous pouvons toujours ergoter à partir de tel ou tel mot, mais nous pouvons aussi prendre la mesure du message évangélique.


Il commence par un message de bénédiction à l’égard de celles et ceux qui se croient abandonnés ou maudits : les pauvres, les persécutés, les gens victimes d’injustices ou de guerre etc… A tous ces gens qui osent croire et espérer du fond de leur misère, Jésus annonce une Bonne Nouvelle : non, vous n’êtes pas abandonnés de Dieu. Bienheureux êtes-vous, car le Royaume de Dieu est à vous.

 

Quand nous arrive-t-il à nous prédicateurs ou lecteurs d’évangile, d’annoncer cette Bonne Nouvelle de Dieu qui s’est fait proche d’un tel et d’un tel. Bien des gens, à qui on a fait leur catéchisme, n’ont pas retenu que la Parole de Jésus est une Parole pour vivre, et non une parole qui condamne. Heureux sommes-nous d’entendre ces paroles qui ouvrent l’homélie de Jésus, allons jusqu’à la fin du texte… celui qui ne prend pas au sérieux ces paroles, qui ne les met pas en pratique, ressemble à un homme qui a bâti sa maison sur le sable ! E.H.
 

Fermer