Paraboles du Royaume, de l'espérance

16ème dimanche ordinaire

Sagesse 12, 13-19 ; Romains, 8, 26-27 ; Matthieu 13, 14-43

Dans la succession des paraboles : après le bon grain et l’ivraie, voici la graine de moutarde, voici le levain dans la pâte… Tout cela interroge les disciples. Ils comprennent à mi-mots, comme la semaine dernière pour la semence en tous terrains. On les appelle paraboles de la croissance… mais sans doute un peu plus car ce sont des paroles d’espérance.

 

Si l’on relit la succession des chapitres de Matthieu, on découvre qu’après l’annonce du programme de Jésus, le discours sur la montagne qui nous invite à bâtir la maison sur le roc, après les rencontres des gens auxquels Jésus annonce le Royaume par ses guérisons, Jésus avait envoyé ses disciples en mission. Période exaltante comme tous les débuts, mais qu’en sera-t-il dans la durée ? De fait le discours sur la mission laisse entendre les difficultés : non réceptions, persécutions et échecs.

 

Jean-Baptiste lui-même s’interrogeait sur le message de Jésus, les pharisiens commençaient à hausser le ton contre Jésus… ils l’accusaient même d’être l’envoyé de Belzébul. Même sa famille cherchait à le récupérer. Dans ce contexte il importait à Jésus d’affirmer que la parole semée porterait du fruit (voir 15ème dimanche ordinaire). Cette succession de paraboles vient instaurer au cœur des disciples la certitude que le Royaume grandira, jusqu’aux derniers temps où se fera le décompte comme lorsqu’on tire à terre le filet plein de poissons et que l’on fait le tri. La dernière parabole de la série, le filet dans la mer, est une évocation de la fin des temps, le moment du tri de tout ce qui aura été rapporté.

 

Puisse l’une ou l’autre de ces paraboles u toutes ensemble nous redonner espoir et confiance en l’avenir de l’Eglise. L’Eglise, à la suite de Jésus a une mission d’annonce à remplir, elle concerne l’annonce du Royaume mais c’est aussi un travail d’édification, comme une maison. Il y a eu des dérapages au cours de l’histoire de l’Eglise, histoire lointaine et histoire proche. Jésus vient annoncer le don de Dieu son pardon à tout homme de bonne foi. Si parfois cette bonne nouvelle s’est transformée en réglementations et paroles de condamnation, il n’est pas sûr que c’était une inspiration de Jésus…

 

Mais comme le rappelle l’histoire de Jonas, qui précède la série des paraboles, nous sommes invités à découvrir que Jonas avait un regard bien particulier sur les gens de Ninive, qui n’était pas celui de Yahvé… Jonas espérait quand même  que Yahvé punirait les ninivites, cela ne s’est pas passé ainsi, et il en fut fort irrité : Le Seigneur juge avec indulgence, est-il écrit dans la première lecture… à ceux qui ont péché, tu accordes la conversion, et le pardon.  EH

Fermer