Proclamer que Jésus est Seigneur

Dimanche des Rameaux et de la passion

25 Mars  Dimanche des Rameaux et de ma passion

Isaïe, 5, 4-7 ; Philippiens 2, 6-11 ; Marc 14, 1-15, 47

 

Nous pourrons entendre le récit de la Passion, selon Marc. Est-ce un récit ? N’est-cenpas plutôt une homélie qui invite à découvrir une part du mystère d’un Dieu fait homme et d’un homme qui se refuse à Dieu. De cette méditation de la passion selon Marc. Avant d’entrer dans le détail de ce récit, il vaut la peine de repérer les personnages évoqués au cours de ce récit.

 

Cela commence avec les grands prêtres et scribes, dont on sait, dès le début de l’évangile -Mc 3,6) leur hostilité à Jésus et leurs intentions perverse. Il y a ensuite Simon le lépreux. Une femme dont on ne connait pas le nom, vient verser des parfums. Ensuite Judas, puis deux disciples chargés des préparatifs. Puis Pierre et l’histoire du coq. Ensuite à Gethsémani, avec Pierre, Jacques et Jean. Les Douze sont là. Une foule de gens armés par les grands prêtres, scribes et anciens (la crème de la religion juive). Suite à l’arrestation il est question de l’abandon des disciples, sauf un jeune qi finira aussi par s’enfuir. Il est alors question de témoins et faux témoignages, puis du grand prêtre devant qui Jésus garde le silence. Des gardes giflent Jésus. Puis Pierre qui s’est faufilé dans la cour nie connaître Jésus. Il est ensuite question de l’ensemble des autorités juives, avec leur conseil suprême. Jésus devant Pilate, Barrabas, les soldats.

 

Sur le chemin du Golgotha voici Simon de Cyrène, père d’Alexandre et de Rufus. Marc évoque l’écriteau avec le motif de la condamnation, les moqueries des passants, des grands prêtres et des scribes ; la présence de deux autres condamnés. La prière de Jésus le soldat qui apporte une éponge… et quand tout est accompli, un centurion (chef de groupe) qui affirme : Vraiment cet homme était Fils de Dieu, reprenant la première ligne de l’Evangile de Marc.

 

Cet évangile est donc plutôt une méditation sur tous les personnages, avec en particulier l’affirmation du centurion. Marc nous invite à relire toute cette histoire avec la mémoire du dernier intervenant au pied de la croix : un païen qui proclame la seigneurie de Jésus.

 

Dans sa conclusion Marc précise la présence de quelques femmes qui suivaient et servaient Jésus depuis la Galilée. Enfin Joseph d’Arimathie, pharisien et membre du grand conseil qui vient pour donner un dernier hommage au crucifié. Marie Madeleine et Marie mère de José son là qui assistent à cette mise au tombeau.

 

Puisse l’évocation de ces acteurs de la passion nous aider dans notre méditation à entrer dans la proximité avec Jésus fils de Dieu et homme rejeté.

Il n’est pourtant pas rejeté par tous puisque Marc précise le geste de Joseph d’Arimathie et de quelques femmes, ainsi que d’un centurion, prémices des païens qui un jour donneront leur foi à Jésus sauveur du monde.

 

Ce récit n’est pas une fin, mais le début d’un monde nouveau, à partir de ceux qui auront suivi Jésus jusqu’au bout et seront devenus témoins des évènements et porteurs de la Bonne Nouvelle. Puissions-nous devenir les maillons de cette longue chaine qui nous relie aux disciples, aux premiers qui ont reconnu en Jésus l’ami des pauvres et des petits.

 

La méditation de la lecture du poème de saint Paul, dans la lettre aux Thessaloniciens est une bonne introduction à la compréhension de cette semaine qi s'ouvre devant nous: des rameaux à la résurrection une méditation de l'itinéraire de Jésus jusqu'à nous... pour nous entraîner vers son Père.

 

 

Emile Hennart.

Fermer