Restez éveillés et priez en tout temps

1er dimanche de l’Avent

2décembre 2018  1er dimanche de l’Avent

Jérémie 33, 14-16 ; 2 Thessaloniciens 3,12 à 4,2 ; Luc 21,25-28. 34-36

 

 

L’année liturgique C sera l’occasion de parcourir une grande partie de l’évangile selon Luc. Cet évangile est considéré comme le plus joyeux des trois. Ce dimanche, l’évangile est un extrait du chapitre 21. Résumer ce chapitre en l'appelant apocalypse est sans doute exagéré, au vu de ce que nous avons pu entendre ces dernières semaines.

 

Certes, Luc nous parle de la venue (ou du retour) de Jésus à lq fin des temps. C’est avant tout une invitation à rester éveiller. Dans les trois synoptiques, on retrouve l’invitation à veiller. C’est davantage une invitation à tenir sur notre chemin. Quel peut bien être notre désir, au moment où nous ouvrons notre marche vers Noël ? Ce sera d’abord de remettre Jésus au cœur de notre existence.

 

Les sollicitations sont nombreuses, qu’elles viennent des groupes de chrétiens, qu’elles viennent de la société et des nombreuses dérives qui nous éloignent du chemin du Seigneur. On espère la justice et la paix, la vérité et la fraternité. Ce peut être aussi l’occasion de pénétrer plus avant dans la lecture de ce troisième évangile. On sera particulièrement attentifs aux ouvertures, aux occasions de rencontre et de dialogues que nous pourrons découvrir dans les récits de Luc. Il y a bien sûr la figure de Marie, qui ressemble à tant de personnages de l’Ancien Testament qui ont entendu et répondu “présent”. Il y a les bergers qui furent les premiers à venir voir le nouveau-né.

 

Parfois, on imagine que Jésus va résoudre tous nos problèmes… mais Jésus n’est pas le faiseur de miracles que nous espérons, il est au milieu de nous, comme un germe, il fait pousser, espérer. Il faudrait déjà relire le ch. 25 où les disciples d’Emmaüs découvrent qu’ils étaient accompagnés par celui qu’ils croyaient à jamais disparu : “Notre cœur n’était-il pas tout brûlant, tandis qu’il nous parlait en chemin ?”

Puisse cette année 2018-2019 être l’occasion de mieux se savoir accompagnés par Jésus, celui qui nous parle et à qui nous pouvons parler.

 

Nous pouvons aussi reprendre l’expression de Paul aux Thessaloniciens : vous avez appris comment vous conduire pour plaire à Dieu… Rappelons-nous que cette lettre est sans doute la première que Paul a écrite à de tout jeunes chrétiens. Il avait à peine commencé sa prédication du Christ qu’il avait dû fuir Thessalonique devant la contestation locale que les Juifs avaient développée à son égard. Pourtant quelques femmes avaient entendu et mis leur foi en Jésus le crucifié-ressuscité. Paul commençait alors son métier de prédicateur infatigable de ce Jésus qui lui était apparu aux portes de Damas. Seigneur, donne-moi de savoir, comme Paul, porter la Parole de tout Fils afin que tous croient que tu l’as envoyé pour qu’il nous réconcilie avec Toi. Abbé Emile Hennart

Fermer