texte sur la solidarité

Avant l'assemblée de la solidarité, différents groupes, avec des personnes vivant la précarité, l'exclusion, la fragilité, se sont retrouvés. Voici le fruit de leur travail, qui a ouvert notre assemblée diocésaine le 2 décembre.

La solidarité c’est une meilleure répartition des biens et des savoirs.

C’est vivre ensemble.

La solidarité c’est se reconnaître amis et frères dans le respect de nos différences

C’est se sentir d’un même peuple.

La force de la solidarité c’est d’être ensemble.

 

La solidarité c’est DONNER, donner de son savoir,

de son temps, de ses moyens, donner de soi, donner ce que tu as :

tout le monde peut donner quelque chose.

Donner en fonction de ce que la personne a besoin

et pas de ce moi je veux pour la personne.

Mais être solidaire, ce n’est pas donner pour se donner bonne conscience,

c’est donner jusqu’à son essentiel et pas uniquement son superflu. 

 

La solidarité c’est rendre visite à une personne dans l’embarras, 

prendre soin, prendre des nouvelles, avoir le souci de l’autre dans la durée.

Se mettre au service, se rendre disponible :

pas toujours facile,alors que nos vies sont si minutées.

 

 La solidarité c’est aimer, regarder, écouter,

même ceux qu’on n’aime pas trop, sans juger.

Pour y arriver il faut faire des efforts.

L’Amour rapproche les personnes…

La solidarité c’est essayer d'aller vers "l'ennemi".

Être solidaire nous rend heureux.

 

La solidarité c’est compliqué, cela ne va pas de soi.

Être solidaire c’est exigeant

La solidarité c’est Être « solide »

La solidarité c’est une responsabilité,  un risque à prendre.

Cela peut nous coûter, nous valoir des ennemis…

 Être parfois un « délinquant » : commettre le délit de solidarité.

 

La solidarité c’est vivre l’Evangile, à l’image du Christ,

en aimant, en tendant la main pour aller vers les autres,

avec confiance et humilité.

La solidarité en Eglise c’est urgent pour nos communautés.

C’est unir nos savoir-faire, nos charismes, nos forces

pour œuvrer ensemble au service des plus fragiles.

 

La solidarité en Eglise c’est ensemble prendre le temps d’accueillir,

de rencontrer l’autre en toute gratuité, pour apprendre de lui,

parce que je crois en lui  et parce qu’il m’offre quelque chose de Dieu.

 

Article publié par Valérie Mandin - Solidarité • Publié • 113 visites

Fermer