Ish et Ishsha: homme et femme

27ème dimanche ordinaire

Dimanche 4 Octobre

Genèse 2, 18-24 2ème récit de la création ; Hébreux 2, 9-11 : Jésus sauveur et frère ; Marc 10, 2-16 question de séparation

4 octobre, fête de Saint François d'Assise, invitation du pape à faire de cette journée un temps de prière et de méditation pour la sauvegarde de la Création http://arras.catholique.fr/pour-sauvegarde-creation.html

 

Ce dimanche est aussi ouverture de la seconde session du synode sur la famille… La liturgie nous donne à lire le récit de la Création homme et femme au milieu de la création. On peut tirer de multiples commentaires de ce récit, y compris sur la famille, le divorce etc. Une lecture honnête demande d’avoir à l’égard de ces textes un peu de respect pour prendre en compte ce qu’ont bien vouloir dire les générations qui ont inventé ce texte sous l’inspiration de l’Esprit, et non leur faire dire ce que nous, nous voudrions entendre.

 

Ce second récit est, en fit, plus ancien par rapport au ch.1 ; il a été écrit avant le contact des Juifs avec les religions de Mésopotamie. Il invite à comprendre la place originale du couple humain, dans la création aux yeux de Dieu. On risque de ne retenir que la phrase sur l’interdiction du divorce… alors qu’il y a bien plus dans ce texte. On laissera aux spécialistes de l’hébreu le soin de traduire : la femme tirée de la côte d’Adam, ou la femme placée au côté d’Adam…

 

L’homme et la femme se trouvent ainsi compris comme au sommet de la Création des vivants. Ils sont appelés à donner nom à toute chose sur la terre… L’expérience des parents de donner un nom à leur enfant peut servir à comprendre la scène du nom donné à tous les animaux… ce peut être instinct de possession, peut-être, mais c’est surtout le désir, l’affirmation de voir grandir celle ou celui qu’on appelle à la vie. Ce dimanche où le pape appelle à prier pour la sauvegarde de la Création devrait rassembler l’ensemble des chrétiens et au-delà, à vouloir que vive la Création, toute création.

 

Il serait avoir un esprit étriqué de ne voir de ce texte qu’une règle sur le divorce alors que nous sommes invités à voir la relation que nous pouvons avoir avec l’ensemble de la Création. Comment ne pas être émerveillé des récentes découvertes sur terre et dans l’univers : planètes et exo-planètes, visites du système solaire par robots interposés… mais aussi sur terre les découvertes pour que la vie continue… Ce n’est pas simple, tant il y a d’obstacles qui viennent de la nature, mais aussi de la volonté ou mauvaise volonté des êtres humains. Nous prenons mieux conscience que nous sommes liés les uns aux autres, que la terre est un tout, une globalité à prendre en compte, comme le rappelle l’encyclique Laudato si !

Rendons grâce pour ce qui est, espérons de meilleures relations les uns envers les autres et envers l’ensemble de ce que nous appelons le monde créé. Ce don qui nous est fait, puissions-nous le voir et le faire grandir.

 

Si nous méditons la seconde lecture, nous voyons Paul dire que le Christ n’a pas eu honte de faire de nous des frères et de vivre ainsi. Cela peut orienter le style de relation des uns avec les autres et envers toute créature, à l’image de Jésus…

EH

Fermer