Calais, le Noël des bénévoles

Acharnement contre les bénévoles

 Un pied sans chaussure, sur le sable de Calais, face à la mer du Nord, température: +2 Réfugiés sur le sable  
Un pied sans chaussure, sur le sable de Calais, face à la mer du Nord, température: +2
Un pied sans chaussure, sur le sable de Calais, face à la mer du Nord, température: +2
Communiqué par le C'Sur

 

Une fois de plus les bénévoles au service des Réfugiés en prennent plein la figure. Le collectif C’SUR exprime toute sa solidarité avec Pierre Peenaert trésorier de l’association Salam entendu par la gendarmerie pour son aide aux Migrants.

 

S’en prendre ainsi à un bénévole c’est, de la part de l’Etat, exprimer un manque de considération à l’égard des 500 réfugiés qui dorment dehors par tous les temps , c’est manifester les mensonges répétés du ministre de l’intérieur qui encore dernièrement déclarait haut et fort que le problème de Sangatte était résolu , qu’il fallait ouvrir son cœur à la détresse humaine et ouvrir nos portes à ceux et celles qui dorment dehors.

Calais, décembre 2006 Réfugiés au port  
Calais, décembre 2006
Calais, décembre 2006

Ce n’est pas un discours d’humanité, c’est un discours électoral. C’est odieux d’appuyer une campagne électorale sur la misère et la précarité alors que durant 4 ans rien n’a été fait. La misère n’intéresse pas nos gouvernants et le bénévolat des associations humanitaires dérangent nos mêmes gouvernants. En plein hiver on cherche encore à discréditer les bénévoles.

 

Nous appelons nos concitoyens à continuer à apporter aide et assistance aux réfugiés la où ils se trouvent, Ce sont des êtres humains et non des bêtes qu’on traque ! A être attentif en temps que témoin à ce que les contrôles de police se fassent correctement et à dénoncer tout excès portant à la dignité humaine.

 

Le collectif C’SUR exprime aussi sa plus vive opposition à tout emploi de gaz lacrymogène à l’encontre des réfugiés. En fin nous demandons que des voix s’élèvent dans le monde politique pour dénoncer tel ou tel agissement et pour exprimer la solidarité avec les bénévoles. Merci !

 

PS Nous reviendrons prochainement sur les lois Sarkozy qui permettent des dénonciations sous le couvert de l’anonymat afin d’éviter des poursuites en justice et qui de se fait font condamner les plus pauvres de notre société !

 

 Pour le collectif C’SUR

 Francis Gest , René Biguet , Abbé JP Boutoille


Les deux premiers visités: Abbé JP Boutoille, Abbé D.Wiel Il n  
Les deux premiers visités: Abbé JP Boutoille, Abbé D.Wiel
Les deux premiers visités: Abbé JP Boutoille, Abbé D.Wiel
A lire:

"Non, il n'y a pas que l'abbé Pierre et Guy Gilbert"

Dominique boulc'h, éditions Salvator, 364 p. 19,9 €

 

Biographie de l'auteur
Dominique Boulc'h journaliste indépendant en presse écrite, et radio, diplômé du Studio Ecole de France (Paris), dirige une entreprise d'événementiel en Bretagne. Femmes et hommes d'Eglise, les deux premières personnes vivitées sont l'abbé JP Boutoille et l'abbé Wiel, deux figures du Pas-de-Calais. Eux au moins, ils ne parlent pas latin quand ils s'adressent à Dieu.

 

Femmes et hommes, ils sont douze. Ils auraient pu être cent. Le cœur sur la main et la main tendue. Avec les autres, pour les autres. Altruisme, dévouement, fraternité, autant de valeurs difficiles à soutenir dans un temps où la compétition, le consumérisme et l'argent occupent une place si prépondérante.

 

Ces femmes et ces hommes d'Eglise, voués au dialogue, se battent jour après jour pour redonner aux plus fragiles une dignité, pour les aider à reprendre leur destin en main et leur donner de l'espoir.

 

Ces douze personnes rencontrées par Dominique Boulc'h ont mis à profit, pour les oubliés de la société, leur notoriété locale, nationale ou internationale. Jean-Pierre Boutoille, Dominique Wiel, Yves Buannic, Irène Devos, Jean-Marie Petitclerc, Pierre Ceyrac, Bernard Devert, Joëlle Staquet, Emmanuel Lafont, Denis Ledogar, Sœur Sophie, Paul Boulay sont ces douze témoins.

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 5531 visites

Fermer