orientations pastorales sur les déplacés climatiques

"Voir ou ne pas voir" ces images de peuples entiers et de personnes déracinés par les changements climatiques et contraints d'émigrer....Telle est la question qui nous conduit a faire ces propositions et montre ce qu'il est nécessaire de faire

Nous espérons sincèrement que les lecteurs de cette brochure seront amenés
à approfondir leur connaissance de la crise climatique, de ses causes, son
évolution et ses conséquences ainsi que des perspectives pour l’atténuer et la
gérer correctement.
Comment négliger le phénomène grandissant de ce qu’on
appelle les «réfugiés de l’environnement»: ces personnes
qui, à cause de la dégradation de l’environnement où elles
vivent, doivent l’abandonner – souvent en même temps
que leurs biens – pour affronter les dangers et les inconnues
d’un déplacement forcé


« Les jeunes nous réclament un changement. Ils se demandent comment
il est possible de prétendre construire un avenir meilleur sans penser à
la crise de l’environnement et aux souffrances des exclus », parmi lesquelles
figurent, dans ce cas, les souffrances de ceux que la crise climatique
oblige à fuir.
Heureuse de la prise de conscience qui, par la grâce de Dieu, se développe
parmi les habitants du globe, l’Église continuera à mettre en lumière
le sort des personnes déplacées par la crise climatique et cherchera à accroître
la sensibilisation à l’égard de leur détresse, et à nous encourager à
agir efficacement.

Ces orientations pastorales  veulent nous inciter « en commençant par le bas et le niveau initial,
[à] lutter pour ce qui est le plus concret et le plus local, jusqu’à atteindre
les confins de la patrie et du monde » pour accueillir, protéger, promouvoir
et intégrer ceux que la crise climatique a dépouillés, blessés et abandonnés
– tout comme le pauvre homme envers lequel le Bon Samaritain a
fait preuve d’une si grande attention et préoccupation

Article publié par Ecologie intégrale et fraternité • Publié • 102 visites