Réfugiés à Calais

Soirée débat: immigration, fardeau ou chance à saisir

Soirée-débat avec La vie, le Secours Catholique, la Cimade 

 

J-C Escaffit, J-P Richer, Laurent Giovanonni Réfugiés de Calais. Soirée débat  
J-C Escaffit, J-P Richer, Laurent Giovanonni
J-C Escaffit, J-P Richer, Laurent Giovanonni
Plus de cent cinquante personnes ont écouté le débat organisé par Jean-Claude Escaffit (journaliste à l’hebdomadaire « La Vie ») entre Jean-Pierre Richer (président du Secours Catholique et ancien préfet de la région Nord – Pas de Calais) et Laurent Giovanonni (secrétaire général de la Cimade).

 

On observe une dégradation dans l’application de la convention de Genève sur les demandeurs d’asile dans l’espace européen, en reconnaissant que la France occupe une position médiane quant à la rigueur de l’application des formalités par rapport à ses voisins, et qu’un alignement des procédures sur une situation moyenne en Europe serait plutôt défavorable aux migrants vis-à-vis de la situation actuelle.

 

Ils ont tous deux regretté que les accords de Schengen transforment le migrant en un paquet que les différents pays se renvoient entre eux (si un migrant entre clandestinement en Europe par l’Italie, s’il est arrêté en France et que l’on peut établir son parcours, il est renvoyé en Italie) ; il serait plus correct que son dossier soit traité par le pays où le migrant déclare souhaiter résider. Comme l’a dit Jean-Pierre Richer « notre regard doit être celui du migrant et non celui du pays d’accueil ».

 

Ayant ensuite demandé à quelques représentants locaux du Secours Catholique et de la Cimade de faire le point sur la situation actuelle, que tout le monde a reconnu être toujours aussi inhumaine, on a regretté les difficultés d’installation de la nouvelle maison du Secours Catholique dans le quartier du Virval à Calais.

 

Cette soirée a permis de préciser les points de vue des participants sur ce problème épineux dont il faut regretter qu’on en fasse un sujet électoral. Les personnalités, les expériences différentes et complémentaires des deux intervenants ont permis de mieux éclairer une problématique difficile à résumer en quelques lignes. Les deux participants ont plusieurs fois signalé l’accord de leurs points de vue sur la question traitée.

 

Marie-Agnès Lamotte

28 avril 2007 Manifestation des réfugiés à Calais  
28 avril 2007
28 avril 2007

 

 

A Calais, le 28 avril 2007,

Les oubliés de la campagne présidentielle manifestent Un rassemblement avec les réfugiés a eu lieu, avec défilé dans la ville, retour quai de la Moselle et prises de parole par des responsables associatifs et des élus.

 

Le camp de Sangatte a été fermé depuis quatre ans et demi, et depuis, les problèmes soulevés n’ont trouvé aucun début de solution. Ils n’ont même pas été évoqués au cours de la campagne pour les élections présidentielles.

Lire les informations des mois précédents 

 

 

 

28 avril 2007 Manifestation des réfugiés à Calais  
28 avril 2007
28 avril 2007
* Jean-Pierre Boutoille a dénoncé le harcèlement dont sont victimes les réfugiés, une véritable chasse à l'homme.
Une peur de sortir pour quémander des aliments…

- Une dame qui accueille chez elle un jeune afghan a été témoin le samedi matin de l'embarquement sans ménagement d'une trentaine de réfugiés par les forces de police : Intimidation, découragement pour ne pas participer à la manifestation de l'après midi.

* Tout en mettant en avant qu'il faut permettre aux populations de vivre décemment et librement dans leurs pays, la réalité du flux migratoire reste cependant incontournable, dit un intervenant, du fait des conflits dans certains pays et des dérèglements climatiques dans certaines régions du monde.

* Peu de réfugiés demandent l'asile politique de peur qu'il soit refusé et qu'ils soient renvoyés dans leur pays.

- Il est urgent de convoquer une table ronde autour de ces problèmes.

 

Parmi les slogans et affiches, on pouvait lire : " Nous ne sommes pas dangereux nous sommes en danger". "Nous sommes tous des réfugiés"… "Liberté, Egalité, mais où ?"  "Sarko ou Ségo, même combat

 

28 avril 2007 Manifestation des réfugiés à Calais  
28 avril 2007
28 avril 2007
Le collectif C’Sur
a donc changé de ton ; il est sorti du discours classique : « Nous nous devons aussi d’être force de proposition, répète Monique Delannoy, et nous le sommes. Nous avons ainsi proposé et budgété la création d’un centre qui pourrait accueillir femmes enceintes et mineurs. Cela coûterait moins cher que le déploiement à Calais de la répression. La seule chose qui nous manque, c’est un interlocuteur. » De fait, un terrain a été proposé, des cabines portables prévues… manque la volonté de passer à la réalisation de la part des autorités concernées.

 

Pour Hélène Flautre, députée européenne (Verts), la politique européenne concernant les flux migratoires passe à côté des vraies questions ; Elle se contente de repousser les émigrés dans leur pays d’origine.

 

Joël Loeullieux, représentant local de la Ligue des droits de l’homme rappelle l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme, qui a valeur constitutionnelle : “Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.” Les actuels traités bilatéraux entre la France et la Grande-Bretagne sont en contradiction avec ce principe.

 

 

 

28 avril 2007 Manifestation des réfugiés à Calais  
28 avril 2007
28 avril 2007
Le collectif C’Sur, qui vient en aide aux réfugiés (repas, douches, vestiaire, accompagnement juridique) a toujours besoins de dons. Il vient d’éditer un petit document dont voici les grandes lignes.


Où déposer les dons ?
- Au 1 ter, rue de Croy, près de Notre-Dame, tous les mercredis après-midi de 14 h à 16 h.
- Quai de la Moselle, au lieu du repas de midi, tous les jours de 14 h à 16 h.
- Au cinéma Alhambra, tous les jours de 14 h à 22 h (petits volumes).

 

Que déposer ?

Depuis l’ouverture de la permanence d’accès aux soins de santé, en décembre dernier, il est inutile de donner des médicaments. En revanche, vêtements et alimentation sont les bienvenus.
- Vêtements : jeans et pantalons (tailles 38 à 46), joggings, anoraks, parkas, blousons, manteaux, vestes chaudes, pulls, gilets, sweats, T-shirts, sous-vêtements, gants, bonnets, écharpes, cache-nez, chaussures de sports, bottes fourrées, serviettes-éponges, ceintures, bretelles…

- Alimentation : pâtes, riz, légumes, conserves de poisson, sauce tomate, épices, condiments, sucre, thé, gâteaux secs… Vous pouvez aider à la préparation et/ou la distribution des repas chaque jour dès 11 h.
- Autres : bougies, peignes, laine à tricoter, jeux de cartes, chargeurs de téléphone, bâches plastique… Gobelets, couverts et barquettes jetables.


Dons financiers.

Des chèques peuvent être libellés à l'ordre de l'une des associations ci-dessous:

Secours catholique, 170 rue Anatole France 62100, Calais. 03 21 19 04 11 (préciser réfugiés-Calais)
La Belle Étoile, Chèques à l'ordre de Association La Belle Etoile. Adresse Association La Belle Etoile Monique Delannoy BP 34 62370 Audruicq.

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 7071 visites