Journée mondiale du Migrant 2008

Jeune de tout pays, partage tes trésors

Invitation à lire la page du 18 décembre, journée internationale du migrant

page de détail et témoignages

migrant et réfugié migrant et réfugié  Aux origines de cette journée
Initiée en 1914, particulièrement consacrée à l'attention des migrants italiens, cette journée a pris force et contenu d'année en année. En 1969, le pape Paul VI rappelait que la célébration de cette journée doit tendre à ce que les membres du Peuple de Dieu, connaissent mieux leurs devoirs et prennent leurs propres responsabilités dans le soutien des œuvres en faveur des personnes en migration. La même année, était créé le Conseil pontifical pour la Pastorale des migrants. Sa mission était de veiller à ce que les chrétiens prennent conscience des besoins des migrants et réfugiés et vivent une réelle solidarité à leur égard.

 

Dans le diocèse

Depuis plusieurs années, la pastorale de migrants offrait une messe des nations où étaient invités les chrétiens des nations, présents chez nous. Il en était de même dans de nombreux diocèses, mais à des dates non fixées universellement. On l’appelait « la fête des peuples ».


En mai 2004, l’instruction Erga Migrantes Caritas Christi, -la charité du Christ envers les migrants- demandait de redoubler d’effort et d’approfondir un thème spécifique proposé chaque année. Dans certains lieux, ce rendez-vous, qui se célèbre déjà, est appelé "fête des peuples".
De la "fête des peuples" à la Journée mondiale du migrant et du réfugié.


La célébration de la Journée du migrant à une date fixe n'a jamais réuni un consensus au sein de l'Église en France. Pourra avoir une valeur significative, il était souhaitable d’avoir une date commune. Un peu partout se sont développées des initiatives diocésaines, intitulées ‘messes des nations’, ‘fêtes des peuples’, ‘journées de partage et d'accueil’, etc.  avec, parfois, le sentiment que bon nombre de chrétiens français n'y participaient pas "parce que c'était pour les étrangers".

 

Avec la décision prise par le Pape, l'Église catholique peut rappeler en même temps, de par le monde, ses convictions et ses engagements pour que soient respectés dans leurs droits et dignité les migrants, les réfugiés, les demandeurs d'asile et tous les hommes et femmes de la migration. Dans le diocèse, les récentes prises de position de Mgr Jaeger, ainsi que les appels

réitérés des comités de soutien envers les réfugiés à Calais, la journée Portes ouvertes des lieux de cultes à Lens, sont autant d’occasion

 

pour les croyants de se tourner vers Dieu dans la prière et vers leurs frères par la solidarité.
 

 

 

Une disposition du coeur

La journée invite les chrétiens à renouveler dans la foi leur adhésion à un Dieu Père de tous les hommes, de toutes langues, origines et cultures. Cette journée ne dispense pas d’un réel souci de l’étranger tout au long de l’année, même si d’aucuns insistent sur la préférence nationale. Certains continueront à éplucher les légumes, d’autres à apporter des vêtements, d’autres à apporter la nourriture, en attendant que des lois plus fraternelles autorisent le devoir d’humanité envers les moins que rien.

On pourra regretter que ne soient pas associée dans une commune union la Journée internationale des migrants voulue par les Nations Unies chaque année le 18 décembre, ainsi que la Journée mondiale des réfugiés que le Haut-Commissariat aux réfugiés propose le 20 juin de chaque année. 

 

 

Contact : Pastorale nationale des Migrants  et délégués diocésains
269 bis, rue du Fb Saint Antoine – 75011 Paris ;

téléphone 01 43 72 47 21 ; fax 01 46 59 04 89 ;

snpm@eglisemigrations.org

Diocèse: Abbé Michel Becquart, 48, rue saint Antoine 62300 Lens

File d'attente distribution des repas Réfugiés à Calais  
File d'attente distribution des repas
File d'attente distribution des repas
Tél: 03.21.28.32.83 

 

Le département du Pas-de-Calais et le diocse d'Arras sont particulièrement concernés par la présence des migrants, dès le début du XX° siècle: italiens, polonais, puis  maghrébins. Certains ont travaillé dans le bâtiment, mais la plupart ont travaillé dans l'industrie minière aujourd'hui disparue. Plus récemment, depuis les guerres au Kosovo, puis en Agnhanistan, en Irak, les conflits en ZAfrique noire, des "réfugiés ont échoué dans la ville de Calais, à la recherche d'un passage vers l'Angleterre. Après la fermeture de Sangatte en 2002, ils son ttoujours aussi nombreux à errer dans le froid et le rejet d'une majorité de la population et des élus. Une poignées de bénévoles assure une présence auprès d'eux envers et contre tous. Page réfugiés

 

 


 

2008 Jeune de tout pays, partage tes richesses

 

migrant et réfugié migrant et réfugié  Le thème 2008 a été proposé par Benoît XVI. Le ton est volontairement positif c’est une invitation au partage des richesses de la jeunesse de tout pays, de toute culture, mémoire, histoire, racine, condition et statut vivant en France .

 

C’est un appel à ouvrir et son cœur et sa porte aux jeunes pour qu’ils enrichissent l’aujourd’hui de la société et de l’Eglise avec leur originalité, leur capacité à aller de l’avant.

 

Ensemble, nous tissons et pétrissons ce patrimoine commun qu’est l’appartenance au peuple de ce pays et au peuple de Dieu. Nous recevons des uns et des autres.

 

. La catholicité de l’Eglise et son Universalité permettent de rejoindre un trait fondamental de la jeunesse d’aujourd’hui : Sa capacité à traverser les frontières, à établir une relation de fraternité sans s’encombrer du poids de l’histoire de nos divisions entre nations. Les jeunes sont facteurs d’humanisation de la mondialisation.


 

 

 La pastorale des migrants aujourd’hui.

 Elle propose des activités, des outils, des initiatives pour vivre cette journée et d’autres.

 

La Pastorale des migrants existe depuis 1969. Ce service est national. Il a pour objectif d’informer et de réfléchir sur le problème des migrants et de leur présence dans le diocèse. Il a pour but de rassembler et de travailler, en solidarité avec les migrants chrétiens ou non, afin de susciter des engagements pour un meilleur vivre ensemble.

 

C’est un enrichissement mutuel vers une universalité de l’Eglise et la catholicité. Les communautés étrangères, la solidarité et la fraternité, l’interculturel et l’interreligieux sont trois pôles d’intérêt pour tous.

 

Elle s’adresse à tous les chrétiens, migrants ou non, et également à toute personne sensible à la diversité des cultures et des religions.

 

La Pastorale des migrants vient de publier un dossier où plusieurs propositions sont faites pour vivre cette journée (qui peut-être prolongée ou vécue à un autre moment de l’année)

  

La commission jeunesse, l’apostolat des laïcs, le CCFD et la pastorale des migrants du diocèse ont également un dossier pour donner des renseignements.

 


 

Jeune de tout pays, partage tes trésors. Quelques témoignages de partage.

 

 

 

Terres Lointaines

Lors de la journée Terres Lointaines à la Malassise. Par petits groupes, des jeunes défilent devant mon stand. Je leur explique « la journée du migrant et du réfugié » et je les questionne : « As-tu déjà été dans un pays étranger ? Connais-tu des personnes venues d’un autre pays ? » Ces jeunes viennent d’une petite ville du monde rural et pourtant c’est déjà la mondialisation : « Le patron de mon père est japonais, ma tante a épousé un mexicain et, ils sont partis la-bas, dans ma rue, il y a un Algérien et un Marocain ». Brassage des peuples.

 

Famille portugaise

Trois générations de portugais réunis à Noël Migrations  
Trois générations de portugais réunis à Noël
Trois générations de portugais réunis à Noël
Ils sont revenus du Portugal à la fin du mois de septembre pour fêter leurs noces d’or en famille. Ils retrouvent la maison qu’ils ont occupée pendant longtemps. Maintenant y habitent les enfants et petits-enfants. Une des filles termine sa formation d’infirmière. Tous les ans, cette famille passe les vacances au Portugal. On doit se revoir, avec d’autres jeunes, pour partager nos trésors.

 

Proposition de voyage-découverte au Maroc

C’est une religieuse originaire du Pas-de-Calais, partie, il y a longtemps, au Maroc. Avec d’autres personnes, elle anime une association pour accueillir des enfants. Un voyage, en lien avec la coopération missionnaire, se prépare pour aller la voir et par elle rencontrer un pays et des manières différentes de vivre. Autour de ce voyage, des liens épistolaires vont se créer entre les enfants d’ici et de là-bas.

 

Magasin de proximité Magasin de proximité  Amitié dans le quartier

Mohamed revient chaque semaine de Paris. Il met son camion devant sa maison, dans son quartier, pour le week-end. Pourquoi n’irai-je pas le rencontrer. Il a passé toute sa jeunesse ici et il est très attaché à la région. Il a dû quitter à cause du manque de travail. Son trésor : « Sa famille et sa religion ».

 

Jeunes en mouvement attentifs au « vivre ensemble »

« Comme chaque année depuis 80 ans, nous allons accueillir la vie des jeunes et les inviter à donner leur avis, nous allons être présents dans les débats publics, montrer notre analyse, nos projets, rendre l’action de la JOC visible. » Ainsi s’exprimé en ce début d’année Inès Menin, présidente de la JOC, et, après son témoignage elle pose cette question : « Comment, au travers de cette pédagogie de la JOC, les jeunes de la migration peuvent-ils partager leurs trésors ? »

Le scoutisme entre également dans cette démarche. Antoine Longevialle responsable du projet « scoutisme pour tous » écrit : « Confiance, responsabilité, action : peut-être des mots clés pour partager ces trésors ».

 

A Calais, au vestiaire

10 nov. 2007 vestiaire 10 nov. 2007 vestiaire  Avec un ami, nous venons avec deux voitures de vêtements collectés. Deux jeunes réfugiés sont à la porte pour aider. La discussion est possible avec l’un d’eux, qui parle bien le français. Etonné je lui demande comment cela se fait-il. Il me dit que, depuis cinq mois il est accueilli dans une famille. Alors c’est bien plus facile d’apprendre.

 

 

A l’école sainte Thérèse de Lens

Ene classe lors du témoignage Ene classe lors du témoignage  Une journée portes ouvertes entre religions a eu lieu à Lens. Présentation avec quelques femmes marocaines de leurs culture et coutumes : le henné, le tajine, le khôl, l’écriture arabe, une prière musulmane…

En plusieurs communes, avec des associations des cours d’alphabétisation et des rencontres d’amitiés sont organisées. Souvent sont évoquées les difficultés financières

 

 

 Lire le message du souverain Pontife

 

 


 

On pourra aisément lire telle ou telle page concernant la situation des réfugiés dans le département du Pas-de-Calais, dans la rubrique des faits de société. On y trouvera des pages plus anciennes, d'autres trés récentes.

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 7890 visites

Fermer