Repas des réfugiés à Calais

La mairie refuse d'ouvrir la salle

Pique-nique obligé, devant l'église st Pierre, faute de salle Réfugiés à Calais en janvier 2010  
Pique-nique obligé, devant l'église st Pierre, faute de salle
Pique-nique obligé, devant l'église st Pierre, faute de salle
  Journée mondiale du migrant et du réfugié: les chrétiens (catholiques, protestants et anglicans) organisent un repas pour les réfugiés. La mairie refuse le BCMO pour le repas festif, les migrants piquent-niquent.


Article de La Voix du Nord du 18 janvier 2008


A l'occasion de la Journée mondiale du migrant et du réfugié. Alors qu'il devait se dérouler à l'abri au BCMO, le déjeuner a finalement été servi... en plein air, devant l'église Saint-Pierre Saint-Paul. L'accord de principe obtenu de la part du sous-préfet en début de semaine avait pourtant donné bon espoir aux bénévoles de pouvoir poser leurs plats de couscous cuisiné par l'association des Dames de la Méditerranée au BCMO. Mais Natacha Bouchart ne l'a pas entendu de cette oreille. Dans un courrier adressé à un responsable de l'organisation de ce repas festif, la maire a fait part de son sentiment d'être mise devant le fait accompli après que nous nous soyons fait l'écho de cette organisation. Natacha Bouchart a aussi estimé que le repas d'hier aurait pu être couplé avec celui des associations d'aide aux migrants du 27 décembre. « Elle fait l'amalgame alors que là, c'est un groupe de chrétiens qui veut faire quelque chose à l'occasion de la Journée mondiale du migrant », pestait Jean Cresson, une des chevilles ouvrières de la journée. Natacha Bouchart ne devrait d'ailleurs pas tarder à recevoir un courrier de sa part...

 

Quête et dons


Ce week-end, dans l'urgence, le groupe de chrétiens a dû se réorganiser. Des tables et des bancs ont été récupérés dans des salles paroissiales et installés devant l'église Saint-Pierre Saint-Paul, au Courgain maritime. La générosité des uns et des autres avait permis de récolter des denrées pour faire le repas, mais aussi 1 000 E en argent, dont 600 E provenant d'une quête effectuée dans la paroisse de la Pentecôte*.


Mais ce changement de programme en dernière minute « a découragé des bénévoles qui sont retournés chez eux, car ils ne savaient plus où aller », estimait hier midi Yves, un chrétien venu donner un coup de main. Un chrétien « révolté » contre la mairie : « Une fois de plus, la mairie a fait ce qu'il fallait pour que ça vire à l'échec. J'admire cette poignée de bénévoles qui s'épuisent depuis des années pour aider les migrants. Mme Bouchart ne fait pas l'éloge de ces gens là, mais des Calaisiens qui regardent de derrière leur fenêtre ».
Annick Michaud
 

* La paroisse de la Pentecôte regroupe les églises Saint-Pierre, Saint-Antoine de Padoue, Notre-Dame des Armées et du Sacré-Coeur.
Nous avons cherché à joindre Natacha Bouchart hier, sans succès.

 
Lire : les Afghans de Calais réfugiés à Nïmes
Méditation de Noël:   Il n'y avait pas de place pour eux à l'hôtellerie

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 2943 visites

Fermer