France, terre d'errance

Communiqué à l'initiative de Terre d'errance, co-signé par...

Pique-nique obligé, devant l'église st Pierre Réfugiés à Calais janvier 2010  
Pique-nique obligé, devant l'église st Pierre
Pique-nique obligé, devant l'église st Pierre
Rédigé par l'association Terre d'Errance, le communiqué ci dessous à été soumis à un ensemble d'organisations. En sont co-signataires à ce jour, 8 février 2010 :


Le C'SUR, la Belle Etoile, le Secours Catholique Arras, Europe Ecologie Nord Pas de Calais, le MRAP, le collectif Fraternité migrants d'Angres, le collectif de soutien aux éxilés du 10ème, le GADEM (groupe anti raciste d'accompagnement et de défense des étrangers et migrants), le GISTI...

 

Assez d’humiliation ! Dignité et respect pour tous !


Depuis la très médiatique fermeture de « la jungle de Calais » en septembre dernier, les forces de l’ordre s’emploient à rendre la vie impossible aux migrants et demandeurs d’asile : contrôles répétitifs, perturbation du sommeil, dégradations systématiques de leurs biens.


Ce samedi, le groupe No Border de Calais a voulu inaugurer par des débats et un concert son nouveau local de Calais. Quelques dizaines d'exilés sont venues pour participer à cette inauguration. La police détruisant jour et nuit leurs abris précaires, les migrants sont revenus après le repas du soir pour s'y réfugier contre le froid et le harcèlement policier. Les autorités ont tout de suite réprimé sévèrement cette initiative par l’envoi massif de CRS et tentent ainsi d'étouffer la question. Cette situation résulte des conditions indignes dans lesquelles sont accueillis les exilés dans la région.


La plupart des migrants ont peur de solliciter l’asile en France, ils sont passés par la Grèce ou l’Italie et selon le règlement européen Dublin II, ils seront renvoyés dans ces pays où ils n’ont aucune garantie d’avoir accès à une aide juridique, de pouvoir être hébergés et bon nombre se retrouvent à la rue après leur renvoi et ne survivent qu’avec l’aide d’organisations caritatives.

 

Nous avons des propositions concrètes afin que cesse cette situation :

 

  • un accueil digne quel que soit le statut administratif de la personne
  • l’arrêt du harcèlement policier
  • une prise en charge adapté des mineurs isolés
  • l’augmentation de place en centre d’accueil pour demandeur d’asile
  • la suspension du règlement européen Dublin II
  • Plus précisément, l’application des recommandations de la coordination française du droit d’asile, regroupées autour de cinq thématiques :
  • le respect du droit d’asile
  • l’obligation d’accueillir dignement les migrants dont les demandeurs d’asile
  • la protection des personnes vulnérables
  • l’arrêt des pressions policières
  • les droits des personnes maintenues en rétention.

 

Fermer