Pâques et les migrants

Pâques : Une vie qui traverse la mort, qui jaillit là où on ne l’attendait peut être pas

 

 Migrants_Calais Migrants_Calais  Dans son Discours d’ouverture de l’Assemblée plénière des Evêques de mars 2015,  Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des Évêques de France nous rappelait que Jésus ouvre vite les hommes au drame en quelque sorte, de l’aventure humaine. « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd. Qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur ».

 

En cette semaine de Pâques, Mgr Pontier  nous invite à ne pas oublier qu’aujourd’hui beaucoup d’hommes et de femmes vivent le mystère pascal sous sa phase douloureuse, celle de la vie dure, celle des conséquences du manque de travail, de logement, de santé, d’accueil, celle des ruptures, des abandons, des calomnies, celles aussi des peurs, des incertitudes, du manque de perspectives. Parmi ces gens, se trouvent beaucoup de migrants à Calais, Norrent Fontes, Angres ou ailleurs.

 

Comme une lumière dans la nuit, la Pastorale des migrants tenait à vous partager quelques petits faits, quelques petites initiatives qui ouvrent sur une Espérance, qui témoigne qu’on ne peut bâtir l’avenir de notre pays en se repliant sur nous-mêmes, en mettant en œuvre des politiques d’exclusion et de rejet.

 

Humblement, sans faire de bruits, des femmes, des hommes se mobilisent, meurent un peu à eux même, à leur bien être pour porter du fruit et servir leurs frères en souffrance. En voici, pèle mêle quelques exemples :

 

Ici, à Amettes, une vieille dame confectionne patiemment plus d’une centaine de paquets de chocolat pour les migrants

Ici, un haut représentant de l’Etat apporte de  la nourriture et félicite les bénévoles de Terre d’Errance actifs au camp de Norrent fontes

 

Ici, une personne exerçant la responsabilité de DRH dans une entreprise des territoires d d’Outre mer  en vacances pour les fêtes de fin d’année dans le Nord donne une semaine de congé à Calais pour préparer et distribuer des repas à Calais

Ici, encore dans le boulonnais, un retraité bénévole au Secours Catholique sollicite dans les petits villages des personnes âgées pour confectionner des bonnets et collecter des vêtements pour le vestiaire.

 

Ici toujours,  des jeunes du MEJ de Desvres en 2014, puis du MRJC à Alincthun en 2015 réalisent un clip dans le cadre du concours « Bouge ta planète »du CCFD- Terre Solidaire  pour donner une voix aux sans voix que représentent les migrants qui s’amassent sur nos côtes.

Là, à Calais, une vingtaine de personnes de tous âges et de toutes conditions  viennent sans relâche les lundis et mercredis après midi pour trier des vêtements et les distribuer une fois tous les quinze jours

 

Là aussi, un infirmier, un médecin à la retraite ou en activité se rendent disponibles pour les soins  ou le service de douches. Là enfin, les petites Sœurs de l’Agneau  viennent visiter les migrants, prient avec ceux qui le souhaitent…

Et nous pourrions continuer encore longtemps ; Merci à eux pour ses signes d’Amour, de vie qui traverse la mort

 

Bonne fête de Pâques. La Pastorale des migrants

Fermer
Fiscalité et générosité
Comment je peux soutenir la mission de l'Église en réduisant mes impôts.
En savoir plus
sur les dons IR et ISF