Une messe-randonnée

Marche symbolique en ce dimanche de la Transfiguration

          L'idée a été lancée en Equipe d'Animation de la Paroisse : vivre un temps de Carême, tous ensemble, à l'occasion d'une marche. Pourquoi pas le deuxième dimanche de carême, une montée au Mont Tabor, comme Pierre, Jacques et Jean. Une longue marche, en trois étapes, une messe-randonnée? Découvrir ou re-découvrir ensemble l'Evangile de la transfiguration. "Une voix se fit entendre, écoutez-le".

 

          Première étape : Chapelle Saint Pierre, dans la cité du 11. La chapelle est petite, peu habituée à recevoir une centaine de personnes. Les chaises installées en cercle, les enfants se sont assis à même le sol. Des catéchumènes furent accueillis par l'abbé Xavier et l'abbé Michel par un signe de croix sur le front. Puis, bravant la pluie et le vent, nous sommes partis à pied vers l'église Saint Théodore, au coeur de la cité du 9, notre deuxième étape. L'abbé Michel a lu l'Evangile de la Transfiguration et le jour était bien choisi pour remettre l'Evangile aux catéchumènes. Puis après un partage autour de la question : "quel est le moment où vous vous êtes sentis proche de Dieu", nous nous sommes remis en route vers l'église Saint Léger, église du centre, toujours sous la pluie. Mais peu importe, nous étions heureux d'être ensemble, représentants de toutes les communautés.

 

          Lorsque nous sommes arrivés à Saint Léger, l'église était déjà pleine de personnes n'ayant  pas fait la randonnée mais assistant à la messe que nous avons pris "en marche".. Et ce temps fort s'est terminé par l'accueil d'un tout jeune enfant en robe blanche devant être baptisé et amené par ses parents; tout un symbole!

 

          Les scouts avaient installé dans chacun des trois lieux une tente, symbole de l'Evangile du jour; des jeunes du Mouvement Eucharistique des Jeunes ont animé les chants en musique, violon, guitare, djembé, clarinette. Parmi les enfants et les jeunes présents, des 6e qui se préparent à leur profession de foi, des collégiens de l'aumônerie, de l'enseignement catholique, des enfants du caté..... Tout a concouru à rendre cette matinée inoubliable, même le temps finalement!

 

          Ce fut vraiment un effort de carême vécu dans la convialité.

 

          A quand un bis?

 

Chantal Erouart

 

 

 

Article publié par Chantal Erouart - Délégué Communication de la Gohelle • Publié • 3680 visites

Fermer