Grain de folie

Messe de rentrée à Lens, église Saint-Edouard, le 2 octobre 2016

Lens, église Saint-Edouard, le 2 octobre 2016

27ème dimanche ordinaire – Année  C

Messe de rentrée

Grain de folie

 

thSVCDVTZB thSVCDVTZB  

Le 29 septembre 2015, il y a tout juste un an, nous étions réunis dans la salle Jeanne d’Arc de la Maison Nicodème. Ce soir-là, nous mettions en route… le projet Théophile. Nous voulions accueillir des réfugiés afin de les loger et de les accompagner dans la durée. Initialement, nous pensions les accueillir dans le presbytère de Saint-Edouard, juste ici à côté. Très vite nous avons compris que ce choix n’était pas judicieux et nous avons revu notre projet. L’accueil des réfugiés devait se faire en centre-ville, et cela nécessitait des travaux d’aménagement importants au premier étage de l’ancienne aumônerie. Ces travaux devaient se faire rapidement et ne rien coûter à la paroisse. Nous devions faire appel au bénévolat. Par ailleurs, nous ne voulions pas abandonner la maison de Saint-Edouard restée vide après le départ de Frédéric et Génise. Nous voulions réinvestir ce lieu afin de montrer à la population combien l’Eglise désire rester proche des gens du quartier. Mes amis, il y a un an, nous étions com-plè-te-ment fous !

 

Avant d’aller plus loin, je crois que nous devons nous remercier les uns et les autres pour le travail fourni par chacun. Grâce à vos compétences et à votre générosité le projet complètement fou s’est réalisé. C’est assez incroyable. Au risque de répéter des éléments que vous connaissez, je me permets de redire ce qui s’est vécu sur les deux lieux.

 

En centre-ville, il n’a fallu que quelques mois pour faire la plomberie et l’électricité, monter la cuisine, repeindre toutes les pièces, recueillir de jolis meubles et aménager l’appartement, etc. Et tout cela en ne faisant appel qu’à des bénévoles. Les dons ont été nombreux : en meubles, vêtements, argent. Simultanément, nous avons mis en place l’association Théophile, afin que les réfugiés attendus soient accompagnés dans la durée. Nous avons pris contact avec des partenaires tels que le CCAS, les écoles catholiques, l’APSA, l’association « Droit au travail » et plein d’autres... Est-ce que les membres du bureau de l’association Théophile, ici présents aujourd’hui, veulent bien se lever ? Il y en a quelques-uns, tous ne pouvaient pas être présents ce matin. Et tous ceux qui appartiennent au projet d’une manière ou d’une autre, qui ont contribué ou qui contribuent, voulez-vous bien vous lever vous aussi ? Et il y en a encore beaucoup d’autres qui ne pouvaient pas être là aujourd‘hui. Au total mes amis, 90 adresses mail comme autant de familles, de personnes sur ce projet. Avec les bénévoles, avec la conférence Saint-Vincent-de-Paul, le Secours Catholique et d’autres, avec les services de la préfecture, nous avons travaillé de manière à ce que tout se fasse selon les lois de la République. Peut-être th78KK41J9 th78KK41J9  qui si nous avions eu conscience de tout ce qu’il fallait faire, nous n’aurions pas osé une telle aventure. Un adage dit : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ! ». En juin dernier, nous avons été récompensés de tous nos efforts. Kunchok Tashi et Pasang, réfugiés Tibétains, accueillis en France depuis un an, sont arrivés à Lens. Kunchok Tashi est veuf et a quatre enfants qu’il souhaite faire venir. Il est agriculteur de formation. Pasang est marié. Sa femme et ses deux enfants sont encore au Tibet, et lui aussi aimerait les faire venir chez nous. Pasang a fait plusieurs métiers, notamment dans le transport et la restauration. Depuis leur arrivée, des professionnels de l’APSA, et de nombreux bénévoles les accompagnent pour qu’ils puissent s’insérer au plus vite. Ils reçoivent des cours de français, et sont aidés dans leurs transports et démarches administratives. Merci à chacun pour ce très beau travail d’accompagnement. Chers amis, voulez-vous accueillir nos amis Pasang et Kunchok Tashi, qui vont se lever, en les applaudissant ?... Vraiment, nous avons bien fait d’être fous !

 

Le deuxième volet du projet Théophile était la réhabilitation du presbytère de Saint-Edouard. Nous ne voulions pas témoigner d’une solidarité internationale en donnant l’impression de ne pas nous occuper des personnes les plus proches. Avec les membres de l’EAP – et c’est à votre tour de vous lever – nous avons cherché comment cette maison pourrait être utilisée. Cela n’a pas été facile. Nous nous sommes rendu compte que beaucoup de choses se vivaient grâce à la maison de quartier. Et voilà qu’au mois de mars, Blandine et Pierre sont venus frapper la porte de la paroisse. Voici à peu près ce qu’ils m’ont dit : « Nous allons habiter Lens, nous voulons nous investir dans l’Eglise. Lors de notre mariage, il y a quatre ans, nous avons compris thOQGDDKLC thOQGDDKLC  que nous pourrions servir l’Eglise au cœur d’un quartier populaire… » Je ne cesse pas de penser que ce jeune couple tombe du ciel. Grâce à la réactivité des services de l’évêché et des entreprises, au travail de Jean également, les travaux ont été rapidement réalisés dans la maison. Le loyer que Pierre et Blandine paieront pendant trois années (peut-être plus on l’espère) permettra de rembourser les frais engagés par le diocèse pour ces travaux. Blandine est infirmière, actuellement en congé parental. Pierre est cadre chez ERDF. Ils ont deux enfants : Faustine qui est scolarisée juste ici à côté et Joseph dont le sourire, comme celui de Faustine, vous fera craquer ! C’est en famille qu’ils reçoivent la mission de témoigner de l’Evangile auprès de la population du quartier. La permanence d’accueil et l’accompagnement des baptêmes, mais aussi et surtout la rencontre gratuite des personnes, forment l’essentiel de cette mission de proximité. Chers amis, voulez-vous accueillir nos amis Blandine et Pierre et leurs deux enfants en les applaudissant ? Je leur laisse un instant la parole... « Nous sommes très heureux d’arriver à Lens, nous avons été bien accueillis et nous sommes impatients de rencontrer les paroissiens et de servir l’Eglise à notre manière… Nous espérons que Dieu sera toujours le premier servi dans chacune des personnes que nous rencontrerons. » Mes amis, nous avons bien fait d’être fous !

 

Je crois que cette double aventure, autant celle vécue avec nos amis réfugiés, que celle qui vient de commencer avec Pierre et Blandine, n’aurait pas pu avoir lieu sans votre générosité. C’est chacun d’entre vous que nous sommes en droit, et même en devoir d’applaudir. Oui, merci à chacun pour votre grain de folie...

 

Mais je crois aussi que rien n’aurait été possible sans la foi ! Dans l’Evangile d’aujourd’hui, les disciples demandent à Jésus : « Augmente en nous la foi. » Et Jésus de répondre : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. La foi est une folie ! Elle permet de réaliser l’impossible. Parce que c’est Dieu qui agit. Nous ne savons pas bien comment il procède, mais il nous accompagne et nous donne les moyens de réaliser le bien que nous voulons faire. Ce n’est pas de la magie. La foi est une attitude d’abandon. Nous faisons tout ce qui est de notre ressort. Nous devons utiliser notre intelligence et nos moyens, notre temps et notre argent de façon cohérente et juste, vraiment faire le maximum, et puis, tout « lâcher », tout remettre dans les mains de Dieu. Dieu ne fera jamais à notre place. Mais il fera ce que nous ne pourrions pas faire sans lui. La part d’impossible, la part de folie, c’est lui qui s’en charge. Nous avons eu raison d’avoir confiance en lui. Et dans les instants les plus compliqués d’un projet, ces moments où l’on se décourage, où l’on a l’impression d’avoir été trop ambitieux, voire orgueilleux, il ne faut rien lâcher. Bien sûr il faut demander pardon pour les vanités et en tirer leçon, redevenir plus humble, mais il ne faut pas abandonner. C’est à cet instant que Dieu montre sa présence. C’est à cet instant que nos amis Kunchok Tashi et Pasang sont arrivés. C’est aussi à cet instant précis que Blandine et Pierre se sont présentés. Avec la folie de la foi, nous ne pouvons jamais désespérer. Dieu est toujours là. Il faut garder confiance. Il faut savoir être fous !

 

Si Jésus parle d’un arbre qui va se planter dans la mer, ce n’est pas pour montrer uncroix-en-erable-arbre-de-vie croix-en-erable-arbre-de-vie   phénomène extraordinaire. Il faut comprendre le symbole. La mer, c’est le lieu de l’instabilité, de l’angoisse, de la mort. L’arbre, c’est celui de la croix. Dieu, par la croix du Christ, vient planter son amour au cœur de nos doutes, de nos fatigues, de nos petites morts. Et il y apporte la force et l’Espérance de la résurrection. Tout est possible : la mer s’ouvre, comme elle s’ouvrait au temps de Moïse qui levait son bâton. Il n’y a plus d’impasse, et nous avons raison de croire en la folie de la foi.

 

A propos d’être fous… La folie de la foi se communique. Certains parmi nous, on l’a entendu au début de cette messe, découvrent le trésor de la confiance en Dieu. Plusieurs se mettent en route avec le KT. Les enfants du KT et les catéchistes, je vous invite à vous lever. Et vos parents aussi. A votre tour d’être applaudis… Il y a même des familles entières qui choisissent de cheminer vers les sacrements, on l’a entendu également. La folie de la foi s’acquiert aussi au fur et à mesure des partages en aumônerie ou en mouvement. Aujourd’hui les scouts sont en camp pour agrandir leur troupe… Alors toutes celles et ceux qui font partie d’un service ou d’un mouvement, MEJ, aumônerie de l’enseignement public, ACE, et pardon car j’en oublie, voulez-vous bien vous lever à votre tour, avec vos animateurs ? Et on vous applaudit.

 

Mes amis, la foi est une aventure. Vous l’aurez compris, grosse comme un grain de moutarde, elle permet de réaliser les projets les plus fous. Et c’est sans doute le bon moment pour vous dire la suite, parce qu’il y a une suite…

 

Avec les responsables de la paroisse, nous avons le projet de réaménager le rez-de-chaussée de l’ancienne aumônerie. Allez, hop, on repart dans la peinture et autres travaux de bricolage ! Nous voudrions y faire un local convivial dans lequel, avec le Secours Catholique, les amis de la maison Saint-Benoît et d’autres, nous organiserons une table ouverte paroissiale, pour y inviter des gens qui sont trop souvent seuls. Il y a encore beaucoup de choses à penser pour réussir un tel défi, et c’est pourquoi vous êtes invités le jeudi 6 octobre après-midi pour venir donner vos idées. Sachant aussi qu’une fois repeint, ce local accueillera une permanence de la Cimade. La Cimade est un organisme d’obédience protestante qui aide les réfugiés dans leurs démarches administratives. La table ouverte et la permanence de la Cimade seront le signe que le projet Théophile se veut partenaire d’associations qui œuvrent depuis bien longtemps pour les personnes isolées ou les migrants.

 

Mais puisque l’on parle de folie, en voici une autre… Un projet qui nécessite un joli grain de folie, un bon grain de moutarde de foi ! Avec les responsables de la paroisse toujours, nous avons envisagé de partir en pèlerinage à Assise, en Italie, en août 2018. Nous voudrions conclure la marche « Par un Pas de Couleur » commencée il y a deux ans, en arrivant dans la ville de notre Saint-Patron : François d’Assise que nous fêtons avec deux jours d’avance. Nos amis franciscains sont d’ailleurs à Amettes aujourd’hui et sont en communion avec nous. Evidemment, nous voulons emmener un maximum de personnes en Italie. Le problème, c’est le coût. Et oui, il faut de l’argent…

 

Et bien soyons fous jusqu’au bout. Osons la foi ! Pour récolter l’argent nécessaire, nous allons écrire et monter un spectacle que nous irons donner dans différentes villes du Nord. Oui, oui, vous avez bien entendu. Nous allons mettre en scène quelque chose de beau, artistique, grâce aux compétences de chacun. Et nous faisons donc appel à vous tous pour la musique, la chorale polyphonique, la création des décors, des costumes, pour la mise scène… Ce serait trop long d’expliquer maintenant. C’est pourquoi nous vous donnons rendez-vous (la date vous sera communiquée ultérieurement) pour imaginer ce projet. Venez nombreux et n’ayez crainte, nous sommes tous capables de faire des choses incroyables grâce à la foi. Ce sera une belle aventure de communion paroissiale. Petits et grands, nous allons faire l’expérience d’un grain de folie. Et puis il y en a encore un autre, un peu moins fou mais pas mal quand même. Un peu plus proche : que diriez-vous d’un pèlerinage à Lisieux, parents, enfants, ensemble, avec le KT, au mois d’avril, une journée ou deux, sur les pas de Sainte-Thérèse ? Et là aussi, il faudra trouver des financements, et les gâteaux bien appétissants qui vous seront proposés à la fin de la messe vont nous y aider. Avec la foi tout est possible !

 

Je termine avec une remarque. C’est l’autre pointe de l’Evangile d’aujourd’hui. Si la première partie parlait de la foi, la seconde parlait du service. Les deux sont intimement liés. Et l’on comprend bien que dans tous les projets il y a le pas vers l’autre. La finale dans l’Evangile est fort intéressante : vous êtes, nous sommes des serviteurs quelconques. Inutiles. Pas de récompense. Vous n’avez fait que votre devoir. Aucun profit. Tout se fait dans la gratuité, sans recherche de reconnaissance. La folie de la foi ne peut être possible que dans l’humilité. Amen

 

Abbé Xavier

Fermer
Fiscalité et générosité
Comment je peux soutenir la mission de l'Église en réduisant mes impôts.
En savoir plus
sur les dons IR et ISF