Mésopotamie, terre de rencontre des religions

Vernissage d'une double exposition et conférence à l'église Saint Théodore à Lens

IMG_2-8524 IMG_2-8524  

Mésopotamie, terre de rencontre des religions

 

           Le musée du Louvre-Lens organise actuellement (2 novembre-23 janvier) une exposition : l’histoire commence en Mésopotamie. « Berceau de l’humanité », la Mésopotamie, a vu naître l’une des plus anciennes civilisations connues entre 12000 et 330 ans avant notre ère.  Littéralement, «Pays entre les Fleuves » elle est située entre le Tigre et l’Euphrate, pour l’essentiel en Irak actuel, terre meurtrie par les guerres.

 

            En écho à cette exposition, l’église Saint Théodore à Lens, située à 300 m du Louvre Lens, ouvre grand ses portes pour accueillir, du 8 au 29 novembre, une double exposition, organisée par la Maison Nicodème à Lens :

 

  • La grande aventure des Chrétiens d’Orient, réalisée par l’œuvre d’Orient
  • 1915, mémoire d’un génocide oublié : les assyro-chaldéens-syriaques, réalisée par l’Institut Assyrien de Belgique.

 

            Ce mardi 8 novembre, avait lieu le vernissage en présence du professeur Christian J-DSC_0092 J-DSC_0092  Cannuyer, historien des religions, M. Beth-Kinne Nahro, président de l’institut assyrien de Belgique et Antoine Fleyfel, philosophe et théologien franco-libanais, professeur à l’Université Catholique de Lille.

 

             A travers cette exposition, l’équipe organisatrice a voulu montrer, qu’au-delà du saccage du patrimoine archéologique irakien et syrien par l’organisation Daech, c’est toute l’identité religieuse de cette région qui est en danger, une tentative d’éliminer toute trace du pluralisme religieux qui a toujours existé jusque maintenant.

 

            Après avoir découvert la richesse et la diversité des Eglises et des Chrétiens d’Orient, à J-DSC_0048 J-DSC_0048  travers leur histoire, leurs rites et traditions, mais aussi le génocide assyrien, nous avons pu écouter Antoine Fleyfel nous parler des « souffrances et avenir des chrétiens en Irak ».

 

            Mais cette exposition et la conférence ne sont que le début de plusieurs rencontres et échanges avec des conférenciers certes de haut niveau, mais auxquels nous aurons le droit de poser des questions ! La Maison Nicodème a été aidée par la faculté de théologie de l’université catholique de Lille dans ses recherches de spécialistes de la question.

 

            Une soirée conviviale, certes, mais aussi enrichissante, qui a permis de nous éclairer sur cette douloureuse question des Chrétiens en Irak

 

Chantal Erouart

 

 

Programme

 

 

  • Mardi 29 novembre 2016 à 19 h à l’église Saint-Théodore : conférence de Samir Arbache, professeur syrien à l’Université catholique de Lille : « Être chrétien en Irak, est-ce encore possible ? Droits des chrétiens d’Irak et droit traditionnel musulman ».

 

  • Mardi 6 décembre 2016 à 19h à la Maison Nicodème de Lens : conférence de Christian Cannuyer, historien des religions, professeur à l’Université catholique de Lille, président de la Société royale belge d’études orientales et membre du groupe de recherche sur les traditions religieuses du Proche Orient : « Nous irons tous au paradis… Des chrétiens syriaques aux Yézidis, une vision mésopotamienne de l’au-delà».

 

 

  • Jeudi 12 janvier 2017, à 19h à la maison Nicodème, soirée « Nicodème rencontre… le P. Najeeb Michaeel, dominicain irakien, sauveur de la destruction par Daech de milliers de manuscrits syriaques ».

 

  • Vendredi 13 janvier 2017 à l’auditorium du centre de ressources du Louvre-Lens et samedi 14 janvier 2017 à la Maison Nicodème : colloque international sur « Continuités et porosités culturelles et religieuses en Mésopotamie, de l’Antiquité à nos jours ». Coordonné par le professeur Christian Cannuyer, ce colloque permettra d’aborder, dans une perspective interdisciplinaire, les phénomènes de continuité et d’interférences entre toutes les traditions culturelles et religieuses qui se sont épanouies au cours des âges en Mésopotamie.

 

                        Dix-neuf intervenants, universitaires ou témoins de l’histoire récente (Français, Belges, Syriens, Irakiens, Turcs et Néerlandais) étudieront les phénomènes d’interactions entre les différentes communautés qui composent la mosaïque mésopotamienne au cours des âges. Ils exploreront des domaines aussi variés que la littérature, la prière, la magie, la danse, les symbolismes, les confréries, etc.

 

  • Dimanche 22 janvier 2017 à 15 h à l’église Saint-Léger : clôture de l’évènement. Récital de chants liturgiques et folkloriques par la chorale syriaque « Mor Ephrem » de Losser (Pays-Bas).

 

Pour ces 2 derniers événements, une réservation est obligatoire auprès de la Maison Nicodème (9 rue Diderot à Lens), du mardi au samedi de 10h à 12h (03 21 28 38 31 ou par mail : maison.nicodeme@live.fr).

 

             

Article publié par Chantal Erouart • Publié • 508 visites