Pro-fête

Eglise Saint-Léger - 14ème dimanche ordinaire - B

 

 

 

Pro-fête.

thIEXZV486 thIEXZV486  

S’il y a des Belges parmi nous ce matin, les minutes qui vont suivre vont leur sembler très longues... Je dois les avertir que, malgré la profonde amitié qui lie nos deux peuples, mardi soir nous allons remporter le match. Les astres ont révélé un score serré de « 1-0 », but à la 54ème minute de Kylian MBAPPÉ. Désolé pour vous qui venez de Bruxelles et qui profitez de vos vacances pour visiter le Louvre-Lens. C’est ainsi, c’est écrit, nous allons gagner.

Mes amis, vous l’aurez compris, aujourd’hui je suis un pro-fête... en deux mots : pro-fête, pour la fête ! Et croyez-moi, n’en déplaise à nos amis belges, mardi soir, ce sera la fête ! Je suis désolé d’annoncer cette mauvaise nouvelle à nos voisins frontaliers, mais avouez que je n’ai pas intérêt à pronostiquer notre défaite alors que la très grande majorité de cette assemblée supporte les bleus ! Vous comprendrez que je n’ai pas envie de me faire huer. Ce n’est déjà pas simple de prêcher, alors si en plus, je me mets les gens à dos... Bon, maintenant que j’ai mis l’assemblée dans ma poche, je vais pouvoir commenter l’Evangile. Je suis seulement désolé que… les trois touristes venus de Bruxelles soient sortis de l’église avant d’entendre la suite...

Quand je pense que c’est à Nazareth, dans une synagogue bondée de juifs fervents, que Jésus a osé dire : « En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. » (Lc 4, 25-27) Je me dis : Jésus devait être inconscient ! Ou alors il cherchait à se faire expulser. C’est comme si, dans ce lieu saint, je vous disais : « Les ‘Diables rouges’ vont gagner 5-0 contre les Tricolores. » Des diables victorieux dans une église... Et puis quoi encore ? Non, vraiment Jésus n’est pas sérieux. C’est un provocateur. C’est normal que personne ne l’écoute et qu’on le chasse. D’ailleurs si l’on poursuit la lecture de l’Evangile on s’aperçoit que c’est ce qu’il arrive : « À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. » (Lc 4, 28-29)...

Comment voulez-vous qu’il soit entendu s’il agresse ceux qui viennent l’écouter ? Ceux qui attendent une bonne nouvelle. Jésus n’est pas un ‘pro de la com’, encore moins un ‘pro’ de la fête. Jésus est un piètre prophète. A moins que...

A moins que je ne confonde vrais et faux prophètes. Les faux étant ceux qui cherchent à plaire et à se faire aimer. Ils annoncent ce que les gens désirent entendre. « Alors, aujourd’hui, les Béliers, troisième décan, vous aurez probablement votre BAC avec mention assez bien. Les Taureaux, vous devriez voyager sans être ennuyés par les grèves de train... » Il faut aussi que les faux prophètes annoncent les événements avec une voix assez grave, sérieuse. C’est important de donner l’impression que l’annonce est scientifique. Et surtout de garder le mode conditionnel. Le faux prophète est sûr, sûr de lui mais il s’accorde une petite marge d’erreur, histoire de ne pas perdre la face au cas où le train serait bloqué à Bordeaux ! Il faut aussi savoir que les faux prophètes ne sont pas sots. Par contre ils s’enrichissent, et le métier est plutôt lucratif. Ils s’enrichissent de la naïveté de ceux qui les écoutent. Les faux prophètes profitent des faiblesses de leurs auditeurs. Ils n’ont donc aucun intérêt à les frustrer !

Les vrais prophètes, eux, ne cherchent pas leur propre intérêt. Ils annoncent un message qui ne leur appartient pas. Un message qui, non seulement ne va pas les enrichir, mais au contraire, va leur coûter cher. Pour certains cher s’écrit « chair». Oui, certains vont y laissé leur peau. Les vrais prophètes connaissent la souffrance. Leur réputation est entachée par la médisance, la rumeur. Leurs amis s’éloignent. Leurs familles les renient. Leurs corps sont marqués de coups. Les vrais prophètes restent fidèles au message qu’ils doivent délivrer, coûte que coûte.

Ce n’est pas leur message. Ce n’est pas leur vérité. Et ce n’est pas non plus une révélation « tombée du ciel », totalement désincarnée, une sorte de lubie de quelqu’un qui aurait eu une soudaine illumination, qu’ils veulent annoncer. Si certains ont eu des apparitions, leurs visions ont été éprouvées par le réel du quotidien. Saul de Tarse a vu le Christ sur le chemin de Damas. Il s’est converti et n’a pas eu peur d’être plusieurs fois lapidé et emprisonné pour proclamer l’Evangile. Plus proche de nous, Bernadette était la plus misérable jeune fille de Lourdes et a dû affronter l’hostilité de son curé.

La plupart des vrais prophètes n’ont eu pour révélation que la réalité des conditions de vie de leurs proches. Pas des visions. Au cours du rassemblement « Faites la paix » du mois d’avril dernier, nous avons redécouvert les visages et les histoires de nombreux serviteurs de la justice. L’abbé Pierre s’est battu pour faire améliorer les lois sur le logement. Oscar Romero, « l’évêque des pauvres », a été assassiné alors qu’il disait la messe à San Salvador. La liste des saints est longue. Le message est toujours la recherche de la justice et de la paix pour tous. C’est aussi pour cela que certains vrais prophètes ne sont pas chrétiens. Ainsi, beaucoup de musulmans, au nom de leur foi, luttent pour la justice en Syrie, en Turquie, et aussi en France.

Mon Dieu, qu’ai-je dit ? J’ai parlé de musulmans dans une église devant de fervents chrétiens... Je risque d’être marqué au fer rouge. J’ai certainement heurté des croyants. Je vais être dénoncé. Les gens vont radoter dans mon dos. J’en vois qui se sont déjà levés. J’aurais dû rester sur le sujet moins scabreux et plus consensuel du foot. Il faut vite que je revienne à Jésus.

Mes amis, comprenez bien (et là je prends le ton suave, posé, ce qu’il faut de sérieux pour que les gens se sentent rassurés. Bref tous les trucs qui normalement fonctionnent en communication de groupe...), mes amis, observons Jésus. (C’est bon, les gens se rassoient.) Jésus n’a pas peur de dire la vérité. Il ne cherche pas à blesser, comme les vrais prophètes, il veut renvoyer chacun à sa conscience et à sa vérité. Il désire que les personnes vivent en cohérence. Leurs actes doivent correspondre à leur foi. S’ils croient en un Dieu Amour, alors ils doivent vivre dans l’amour. Les plus humbles doivent avoir la première place. Les prêtres et les docteurs de l’Eglise doivent se laisser toucher par la condition des pauvres. Ceux qui croient au Père de toute miséricorde, se doivent d’être miséricordieux : ne pas juger, et pardonner, une fois, dix fois, mille fois.

Jésus annonce ce message avec des mots. Mais surtout, il les vit en actes. Un faux prophète dit mais ne fait pas. Un vrai prophète fait ce qu’il annonce. Souvent de façon discrète, car le bien ne fait de pas de bruit, et parfois, parfois seulement, de manière visible, très visible. Et d’un seul coup, il « fait le buzz » ! Parce que ce qu’il fait est reconnu comme juste, comme osé, mais surtout comme altruiste. Finalement, Jésus est un ‘pro du comme’. D’ailleurs, son message principal reste dans les mémoires : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » (Jn 15, 12).

Voilà l’essentiel est dit. J’ajoute quand même une chose : je n’ai pas la prétention d’être un prophète. En tous cas pas un vrai. Alors ceux qui ont cru au pronostique du 1-0 grâce au but de Kilian MBAPPÉ risquent de m’en vouloir si le résultat est tout autre mardi. Vous pourriez me faire ma fête. Si jamais l’on perdait, s’il vous plaît, rappelez-vous les paroles du vrai prophète Jésus : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux ». (Mt 6, 36)

En fait, je vous fais confiance, je sais que vous êtes pro-faites la paix !

Abbé Xavier

Fermer