Saint Théodore, vendredi 19 octobre 2012

Quelques jours avant l’ouverture du Louvre-Lens

Messe de rentrée des écoles catholiques de Lens


 

Exposition

 

Ce ne sera pas une homélie. Pas vraiment. Encore moins un exposé sur l’Evangile. Ce sera plutôt une prière exposée, une parole vers Dieu, Notre Père, et notre Ami. Notre Roi. Ce sera, comme souvent, une pauvre prière, l’expression spontanée de mon cœur. Probablement une longue demande entrecoupée d’un merci. J’ose cette prière comme on ose une exposition. Devant vous, pour vous et avec vous, j’ose un merci. Merci pour la vie. Merci pour la beauté des êtres, la grandeur du monde. Les astres, l’univers. Merci d’être le Maître, le Créateur, l’Initiateur de tout. L’Inspirateur des mots qui, maintenant, montent vers Lui.

 

Je te loue mon Roi et mon Dieu. Je t’exalte par Jésus-Christ, ton Fils, pour les enfants et les jeunes. Pour leur capacité à s’émerveiller, à reconnaître ce qui est beau. Moi, mon Dieu, je ne regarde plus assez souvent le vol des hirondelles ou des moineaux. Je ne m’étonne plus vraiment devant la démarche étrange du crabe ou du scarabée. Je connais. Je crois connaître. L’enfant, lui, découvre. Il reste bouche bée. Il a les yeux grands ouverts quand le ciel est plus foncé, quand un chaton se gratte derrière l’oreille. L’enfant accueille le monde comme si ce monde était nouveau. « C’est beau » dit-il. « C’est bon ». Oui, c’est bon la vie, les couleurs, les senteurs de la forêt, la course d’une étoile. Mon Dieu, je te prie pour les enfants. Préserve leur candeur, leur innocence. Qu’ils grandissent en sagesse et en intelligence, en maturité. Qu’ils deviennent des hommes et des femmes responsables, serviables, respectueux du monde, de la nature, des personnes. De toutes les personnes, et en particulier celles que cette même nature a fait différents, peut-être plus sages. Respectueux de toutes personnes à commencer par le personnel de service qui rend nos maisons si accueillantes. Pour cela, permets, mon Dieu, qu’au long de leur existence, ces enfants et ces jeunes gardent un cœur pur. Qu’ils soient capables de contempler le beau et le bien là où d’autres restent sur la méfiance et le jugement. Mets sur leur chemin des personnes, des adultes, des parents, des professeurs, des éducateurs, qui auront eux-mêmes gardé la faculté d’accueillir le beau et le bien qui existent en toute personne, quels que soient son origine, sa culture, son statut social, sa religion. « Tout homme est une histoire sacrée ! », c’est Toi qui nous l’as dit, Père de toute création.

 

Mon Seigneur, je te prie pour les adultes. Tu sais bien qu’à certains moments beaucoup d’entre nous sont pris de découragement. La vie est rude. Tellement dure quelquefois. Tu n’es pas le responsable de nos difficultés. Au contraire, tu nous apprends la fraternité, le seul moyen d’assumer le quotidien, parce qu’à travers elle, c’est ta présence qui se révèle. En Jésus, ton Fils, tu nous montres le chemin de l’unité. Fais que nous réalisions la prière qu’il t’adressait la veille de sa passion. « Que tous soient un, comme nous sommes uns ! » Oui, Seigneur, mon Dieu et mon Roi, je t’implore avec Jésus : Que nous soyons les uns pour les autres des amis. Unis nos familles. Unis nos établissements scolaires. Unis nos projets, nos forces. Que notre cœur soit beau pour l’autre. Pas jaloux. Pas envieux, mais au contraire réjoui de la réussite du prochain. Fais de nous des contemplatifs. Je veux dire, mon Dieu, des hommes et des femmes capables de regarder les autres hommes et les autres femmes comme les chefs-d’œuvre de ton imagination. Tu nous crées libres. Cette liberté, c’est la pointe de ton génie. Tu ne nous obliges pas à t’aimer, même pas à te reconnaître. Mais, Seigneur, pour que ce monde tourne mieux, inspire-nous des gestes et des paroles de paix, de vraie solidarité. Des actes d’amour gratuit. Fais de nous les vrais disciples de ton Fils, des apôtres, des fous d’amour. Des personnes dont le seul souci est de te plaire. Et comment te plaire autrement qu’en t’offrant la totalité de notre existence ?

 

Dieu, Père de toute création, que ton Esprit vienne visiter nos consciences pour oser le pardon, l’arrêt des rancunes, des rivalités, des compétitions. Fais de nous des artistes de la vie. Réapprends-nous la gratuité. Le plaisir du beau. Celui qui ne s’achète pas, qui ne se vend pas. Qui s’admire. Fais de tous les adultes des modèles de bonté. Des modèles modelés par tes mains divines. Que nous soyons la glaise, la pâte à modeler avec laquelle ton Fils Jésus pourra jouer. Rends-nous disponibles à sa volonté qui n’est que le parfait écho de ta Gloire agissante. J’aime ce monde, mon Dieu. Je l’aime, et je ne suis pas le seul. Tous, nous aimons ce réel qui nous entoure. Mais tu sais que le cœur de l’homme est parfois compliqué. Il arrive que les couleurs d’origine se soient effacées, abimées par le temps et l’oubli de Toi, de ta discrète présence. On a besoin, je te le dis tout simplement, d’être rénovés, restaurés. Nous avons besoin d’être dépoussiérés délicatement. Mets sur notre cœur le fin pinceau de ta Parole. Fais que nous puissions revoir ta signature, ta « saignature ». Car, oui, je le crois, Jésus ton Fils, est le peintre de nos vies. Il nous peint avec son sang. Il nous rachète par l’offrande de sa vie. Il est le seul Maître qui signe son œuvre d’une sublime croix. En Lui tout est gratuit.

 

« Venez acheter sans rien payer » dit le prophète. C’est une phrase paradoxale. Mon Dieu, dans un monde où tout se monnaie, réapprends-nous la vraie valeur des choses. Tout se donne. Le prix n’existe pas. Que nos commerces soient des échanges. Seigneur, puisque nos écoles forment des jeunes à devenir des commerciaux, des ingénieurs, des artisans, des médecins, des décideurs, donne à tous les formateurs un esprit d’humilité. Que, grâce à eux, l’ambition de ces jeunes ne soit pas le fric et la gloriole, le prestige aux dents de requin, la violence des « J’te prends parce que t’es mignon et j’te quitte parce que j’t’ai eu » ou le fléau des drogues ou du virtuel… Mais que les éducateurs, parents et professeurs les aident à tendre vers le haut en osant l’exigence. Le refus quelquefois. Qu’ils les encouragent dans la volonté pour qu’à leur tour ils prennent le relais et fassent grandir l’homme, tout l’homme, tout homme. « Acheter sans rien payer », c'est-à-dire : fonder une famille, aimer ses enfants, respecter ses parents, soigner les plus fragiles, développer une entreprise en vue du bien commun... Vivre le service. S’inquiéter du monde au-delà des frontières de la France et de l’Europe. Merci mon Dieu, pour l’Eglise qui, bien qu’imparfaite, nous demande aujourd’hui de remettre l’accent sur la solidarité, le service du frère, la diaconie. Merci pour les écoles catholiques, écoles pour tous, dans lesquelles des jeunes peuvent vivre la solidarité avec l’Afrique ou d’autres continents. Merci pour les mouvements qui permettent aux jeunes d’exprimer leur foi sans peur. Merci pour les sacrements préparés et célébrés au sein des établissements. Merci pour l’annonce explicite de la foi. Seigneur, je te prie pour qu’ils soient toujours plus nombreux à se mettre en route. Non pas pour faire du chiffre et des statistiques… Seulement pour qu’ils découvrent la puissance de ton amour pour chacun. Comment leur dire que le bonheur auquel ils aspirent légitimement trouve sa source den Toi ?

Mon Dieu, mon Seigneur et mon Roi. Mon Créateur. J’ai tant de choses à te demander quand je pense aux écoles et aux familles. Je t’en prie, veille sur nos malades, nos amis qui luttent contre un cancer ou je ne sais quelle méchante maladie. Réconforte celles et ceux qui sont atteints dans leur psychisme. Mon Dieu, donne-nous de savoir les accompagner, patiemment, doucement. Je te prie aussi tout spécialement pour que nos jeunes, et chacun d’entre nous, découvrent les talents, les dons que tu as déposés en nous. Que tous, dans l’harmonie, nous devenions les artistes de ton monde. Musiciens, peintres, jardiniers, cuisiniers, architectes, bricoleurs, dessinateurs, matheux, philosophes, décorateurs… Tous, Seigneur Dieu… Tous, fais de nous tous les artistes de Ta vie. Seigneur, continue de faire de ce monde le musée de ton amour vécu au quotidien.

 

Je termine mon Seigneur. Pardon d’être trop long, mais je profite de ton éternité ! Je te prie et te loue pour les artistes du monde entier. Que toujours ils restent au service de la beauté. Que la liberté d’expression ne soit jamais un prétexte pour exposer n’importe quoi. Que l’art ne soit pas un motif de scandale contre Toi mais une invitation à grandir, à élever l’âme, à aller vers Toi. Mon Dieu, J’ai tant de choses à te demander. Mais tu sais mieux que nous ce dont nous avons besoin. Alors, mon Dieu, mon Père, je termine ma prière en te louant. En te remerciant. Merci pour la vie, pour la nature. Pour nos écoles. Pour celles et ceux qui se décarcassent. Merci pour les professeurs et les parents, tout le personnel éducatif.

 

Merci pour les artistes. Père, fais de nous les artistes de ton Amour. Permets qu’un jour, ayant tout donné, nous soyons exposés… Comme ton Fils exposé sur la croix, permets-nous de révéler le sublime chef-d’œuvre de ton Amour.

Abbé Xavier

 



Fermer