Achiet le petit

Exposition de cloches d'église

ACHIET-LE-PETIT

cloches achiet le petit 2 cloches achiet le petit 2  

Exposition des cloches de l’église

Petite leçon sur les cloches

Le 5 décembre, nous étions invités à venir à Achiet-le-Petit voir les cloches de l’église Saint-Martin.
Le beffroi est devenu trop dangereux. Il a été décidé de cesser de

faire sonner les cloches. Et on les a descendues pour permettre la restauration du beffroi. Elles s’appellent Anne-Marie-Jeanne et Joseph- Mélanie et ont été bénites en 1930 ! Les précédentes ont été volées par les Allemands pour être fondues et en faire des obus ! Le nouveau beffroi sera en chêne et non plus en acier, comme c’était la mode lors de la reconstruction.

J’ai rencontré le campaniste, Daniel Noël, responsable de la prise en charge des travaux. Le mot campaniste, m’a-t-il dit, vient de campana, la cloche ; le mot latin a donné campanile (clocher à jour, ne faisant pas corps avec une église, comme à Florence), campanaire (qui a rapport aux cloches. Échelle campanaire : règle graduée servant à fixer les dimensions des clochettes et des cloches, en déterminant leurs timbres, d’après leur taille.)

Je lui ai posé quelques questions

En quoi consiste votre métier ?

«Je suis chargé d’entretrenir les clochers et de gérer le bon fonctionnement de l’horlogerie. Je fais ce métier depuis trente-cinq ans et j’ai travaillé en particulier pour les cathédrales de Paris, Reims, Le Mans et Orléans.»

Une autre question m’interpelle depuis longtemps, j’en profite donc pour lui demander : pouvez-vous m’expliquer le langage des cloches ?

«Je sais que ce langage existe pour chanter les joies et les peines des hommes et qu’elles les appellent à la prière pour des événements tristes ou joyeux.
Le message transmis par la sonnerie d’une cloche ou d’un ensemble de cloches s’appuie sur trois composants : la sonorité ; la modalité et le rythme de frappe ; le nombre de cloches mises en œuvre simultanément ou successivement.»

Toujours intéressée et pour en connaître un peu plus, ma dernière question sera : quelles sont les diffèrentes manières pour sonner les cloches ?

«La cloche joyeuse : elle sonne à la volée pour les baptêmes, les mariages, les offices. Pour les offices de fêtes, deux à trois cloches à la volée.
La cloche triste : elle sonne tintée sur une ou plusieurs cloches pour : les glas simples (rythme plus lent) pour les enterrements.

Pour le décès : d’un homme : trois fois trois coups de tintement, suivi d’une volée ;
d’une femme : trois fois deux coups de tintement, suivi d’une volée ; d’un enfant : trois fois un coup de tintement, suivi d’une volée.

La sonnerie du glas peut varier selon les régions, mais par le nombre de coups, on reconnaît s’il s’agit d’un homme, d’une femme ou d’un enfant.

L’Angélus : chaque jour, matin, midi et soir, trois fois trois coups de tintement suivi d’une volée de 1 à 2 minutes.»

Je quitte Daniel Noël en le remerciant pour m’avoir éclairée sur le langage des cloches.

 

 

 

Article publié par Denise Hornetz - Espérance et Joie des Plaines de Bucquoy • Publié • 753 visites

Fermer