Concert au profit de l'association Quentin et Thomas, l'espoir est là

Avec l'Harmonie et la chorale joie de vivre de Bucquoy

1 1  

Ces deux enfants, qui ont 13 ans et 3 ans et demi, souffrent d’une maladie génétique extrêmement rare due à une mutation du gène NGLY1. L’absence de ce gène impliqué dans le contrôle qualité des protéines entraîne un handicap moteur associé à un retard mental.

Thomas est soigné à l’Institut d’éducation motrice d’Anzin-Saint-Aubin  et Quentin au centre d’action médico social précoce d’Arras. Mais des thérapies alternatives sont proposées en Espagne à Barcelone, et en Hongrie à Zlotow. Les soins et les déplacements-hébergements sont évidemment très onéreux, d’où l’idée de créer une association pour aider ces petits patients.

Le concert

Un concert a donc eu lieu en l’église Saint-Pierre de Bucquoy, le dimanche 16 octobre au profit de cette association. L’orchestre d’harmonie et la chorale Joie de vivre de Bucquoy ont donné chacun leur tour des aspects de leurs talents, puis elles ont terminé le concert en donnant trois morceaux ensemble.

Un public nombreux était au rendez-vous. Jean-Jacques Cottel et son épouse ainsi que Bruno Duvergé et Évelyne Dromart étaient présents à cette manifestation. L’orchestre d’harmonie, dirigée par Jean- Claude Vaquette, débuta par un répertoire varié qui

comportait : Air d’automne, Marinarella, The Sandpiper, Slavonic impressions et All over the country... Pour cette dernière, Suzanne Desbureaux était au saxophone  alto en solo !

La chorale

Ce fut ensuite, la chorale Joie de vivre sous la houlette de Michel Maricaille, aidé de Pierre-Éric Gel et de Marie-Thérèse Laloux. Les choristes ont débuté par le célèbre

Quand les hommes vivront d’amour, de Raymond Levesque (écrite, en 1956, pour dénoncer la souffrance du peuple algérien) puis ils ont enchanté les spectateurs avec une berceuse traditionnelle, Dors mon amour, un gospel Kumbaya, et du folklore français, Ah ! Que nos pères étaient heureux.

L’harmonie

Puis, l’harmonie nous a proposé le célèbre Carnaval dè Venise d’Ambroise Thomas avec Marie-Ange Sliwinski en solo de clarinette ; deux musiques de film, Love Story et La Vita e bella ; et deux chansons interprétées par Ophélie Parsy, Homeless et Padam. Sans oublier le sketch inattendu, mais grandiose, très New Orleans, pour Just a closer walk with thee.

Pour terminer, les deux ensembles étaient dirigés par Jean Claude Vaquette avec la participation de la soprano Ophélie Parsy. Le succès était d’emblée assuré avec Les corons, La ballade irlandaise et Mon amant de Saint-Jean.

On ne sait à qui attribuer le «César» tant le plaisir était continu et renouvelé.
Le public a d’ailleurs manifesté son enthousiasme en applaudissant chaleureusement les musiciens et les choristes. L’association a remercié toutes les personnes présentes et toutes celles qui se sont investies pour la réussite de cette opération.

 

 

DENISE HORNETZ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article publié par denise Hornetz • Publié • 314 visites