Témoignage de l’abbé Ernest Ouedraogo

Jubilé

 DSC_0335 DSC_0335  Ma vocation est née grâce à un ami d’enfance, le fils du catéchiste. Il était plus âgé que moi, mais nous étions comme des frères. Tous les jours que le bon Dieu donnait, nous étions ensemble, à l’école, à la maison, sur les terrains de jeu. Il était au CM2 et moi au CM1. À la fin de l’année scolaire en cours, il m’a dit qu’il entrait au Petit Séminaire. Après son départ, je me retrouvais seul. Et comme pour le rejoindre, j’ai demandé aussi à entrer au Petit Séminaire Saint-Paul à Tionkuy. Notre curé qui était Père Blanc, en a parlé au Supérieur dudit Séminaire. Celui-ci, sans nous en informer, est venu faire le test d’entrée. Nous étions cinq candidats et j’ai été le seul admis. Mon ami en question n’est pas devenu prêtre.

Pour les études, c’est le cycle normal (enseignement général comme dans les collèges et les lycées). Mais comme le Séminaire accueille et prépare les jeunes en vue du Sacerdoce, il y a une formation en plus liée à cet idéal (instruction religieuse, formation humaine, spirituelle...) On commence donc de la 6e à la 3e (BEPC). Ensuite de la seconde à la terminale (Bac). Après le bac, ceux qui désirent toujours être prêtres, font une demande à l’évêque pour entrer au Grand Séminaire pour la théologie dont la formation dure sept ans, avec une année de stage pratique dans une paroisse ou dans une institution, selon les aptitudes et l’orientation donnée par les formateurs.

La formation dure quinze ans (du Petit séminaire au Grand séminaire). Présentement, il y a une année de plus, car on a créé un Séminaire propédeutique pour mieux préparer les candidats à aborder les sept ans de théologie.

L’Église est une et universelle

Je me sens ici comme chez moi dans mon pays d’origine (Burkina). Au nom de notre baptême, nous sommes tous frères dans le Christ. Et comme saint Paul le signifie si bien, dans le Christ il n’y a plus d’esclaves, ni de païens, ni de Juifs, ni de Grecs, nous sommes tous un. Ici, j’essaie de m’adapter et d’annoncer Jésus Christ (notre Sauveur) dans le contexte des réalités existentielles propres à chaque Église particulière et locale qui est bien sûr différent de chez nous. Ne serait-ce que par la culture, etc.

Le jour de la messe d’accueil, j’ai dit dans mon petit mot que le Presbytère était
le vôtre et qu’il serait toujours ouvert à tous. Je voulais tout simplement dire que l’exercice
de mon ministère sacerdotal est axé sous le signe de la disponibilité, comme le maître de la moisson. Pas besoin spécialement d’un rendez-vous pour me rencontrer. Il suffit seulement de passer et de sonner. Si je suis là, je reçois. Mais au fur et mesure du temps, j’ai compris que ce système ne fonctionne pas ici. Le prêtre n’est pas sollicité par les foules comme au temps de Jésus. 

Ce Jubilé représente pour moi une action de grâce, de reconnaissance au Seigneur qui a mis sa confiance en moi. Pendant vingt-cinq ans, j’ai essayé de travailler avec Lui et par Lui pour semer la graine de la Bonne Nouvelle dans la vie du peuple qui m’a été confié partout où je suis passé. Je considère ces vingt-cinq ans comme une étape importante de faite et il reste beaucoup à faire. C’est une page qui tourne pour en ouvrir une autre. La moisson est toujours abondante et requiert toujours plus d’engagement, de courage et de persévérance. Je demande au Seigneur, au- delà de mes limites humaines, de me conforter toujours dans ce désir de servir mes frères et sœurs en Christ et en humanité afin que je sois toujours un signe de sa présence agissante pour le Salut du Monde.

 

ici, j’essaie de m’adapter et d’annoncer Jésus Christ (notre Sauveur) dans

le contexte des réalités existentielles propres à chaque Église particulière et locale qui est bien sûr différent de chez nous.»

 

Mon parcours

Toute ma formation s’est faite au Burkina-Faso : 

1 - Petit Séminaire de Tionkuy : 1977-1982.

2 - Séminaire M’Baga-Tuzindé : 1982-1985.

3 - Grand Séminaire Saint-Jean (Ouaga) : 1985-1987. 

4 - Grand Séminaire de Koumi (Bobo) : 1987-1993. (J’ai été ordonné prêtre le 31 juillet1993.)

5 - Paroisse de Wakara : 1993-2001.

6 - Paroisse de Kiembara : 2001-2003.

7 - Formation (Catéchèse) à l’université catholique de l’Afrique de l’Ouest à Abidjan (Côte d’Ivoire) : 2003-2005.

8 - Centre de formation de catéchistes de Tionkuy (en tant qu’économe) : 2005-2015.

Et depuis 2015, je suis en France pour la mission.

 

 

PÈRE ERNEST OUEDRAOGO

 

Date de mon ordination : le 31 juillet à Nouna (Burkina Faso) Date du jubilé : le 31 juillet 2018.

 

(Le Père Ernest a bien voulu répondre sous cette forme aux questions que lui a posées Denise Hornetz. Nous l’en remercions très vivement.)

 

 

Article de Regard en Marche

 

 


 

Fermer