Voyage en Inde du Sud

Larme de l'Inde Surnom du Stri Lanka Juin 2019

 

Au moment où la « Larme dVOYAGE EN INDES 2019 VOYAGE EN INDES 2019  e l’Inde »

(surnom du Sri Lanka) pleure ses morts , essentiellement chrétiens, comment ne pas repenser à notre séjour tout récent en Inde du Sud, toute proche non seulement par la distance, mais aussi par ses paysages colorés et sa diversité culturelle.

Nous étions donc six amis à atterrir à Cochin( ou Kochi) pour un périple en Inde du sud, au Tamil Nadou et surtout au Kérala, un état densément peuplé

( 35 millions d’habitants) qui s’étend sur 900 km au sud-ouest de l’Inde. On y parle essentiellement l’un des dialectes dravidiens de l’Inde du Sud, le malayalam, mais aussi et surtout…l’anglais ! le taux d’alphabétisation, l’espérance de vie et le niveau d’éducation des femmes font du Kérala l’état le plus riche de l’Inde. Un état où il fait si bon vivre que les touristes affluent pour les cures de rajeunissement ayurvédiques ( massages, yoga…), le trekking ( rando) et bien sûr la découverte de lieux enchanteurs. De plus on mange très convenablement pour 200 roupies( 2€50) par personne.La cuisine indienne se compose souvent de riz et de poulet ( évidemment) mais on peut aussi apprécier des pommes de terre et,près des côtes , fraîchement pêchés, des poissons et des crustacés( des gambas par exemples).Sans oublier les nombreuses spécialités locales .

Comme les Indiens, nous nous sommes déplacés en bateau, en bus et en train toujours bondés et rarement à l’heure mais aussi dans le célèbre rickshow ( tuk tuk local). Des voyages assez pénibles avec nos bagages , mais , dans ces instants, nous avons trouvé des gens franchement sympathiques et aidants , dont le plaisir était simplement de poser pour une photo en notre compagnie. Tout cela avec une météo idéale de 25 à 35 degrés , juste avant la saison de la mousson humide qui débute fin mars.

Notre périple nous a d’abord conduits dans les montagnes à Munnar( une région meurtrie par les glissements de terrain de l’année dernière) et la réserve naturelle de Périyar, au milieu des plantations de thé, de café et d’épices.Puis , nous avons rallié l’Océan Indien et ses plages idylliques bordées de cocotiers et de villages de pêcheurs.Nous avons ensuite rejoint la pointe sud de l’Inde, le cap Comorin, avant de nous installer à Kovalam, la station balnéaire la plus appréciée des touristes étrangers. A Kovalam cohabitent pacifiquement hindous, musulmans et chrétiens.A Vizhinjam, le village de pêcheurs voisin,La cathédrale Notre- Dame de Bon Voyage et l’immense statue de st Pierre dominent la ville et font face à plusieurs mosquées et temples hindous. Un bel exemple de tolérance pour une population composée  dans cet état,de 40% d’hindous, 30% de musulmans et 30% de chrétiens, mais un équilibre fragile que tentent de rompre les fanatiques de tous bords , comme au Sri Lanka, le pays frère. Le Kérala mérite bien son surnom touristique, le «  Pays de Dieu » !

Après la visite de quelques temples hindous aux couleurs chatoyantes , du mémorial Gandhi, de palais de maharadjas, direction Allepey pour une visite lacustre sur les canaux du Kérala , les backwaters.A bord d’un « house boat » ou d’une pirogue, nous avons sillonné un incroyable lacis de canaux, lagunes…bordés d’une végétation luxuriante, de rizières ,de villages de pêcheurs et même d’églises ! Des moments paisibles à peine troublés par le ballet incessant des sternes ou des balbuzards, le vol d’un cormoran ou d’un martin-pêcheur.

Enfin,retour à Cochin où débarquèrent les Portugais en 1502 et découverte de Fort Cochin, du bord de mer et de ses carrelets chinois, de la basilique Santa Cruz du 16èmesiècle, de l’église St Francis où furent déposées les cendres de Vasco de Gama en 1524, de la statue de Mère Térésa…

En soirée, nous avons pu apprécier des spectacles de danses traditionnelles comme le kathakali, d’art martial comme le kalaripayattu , de musique locale ( flûte et Mridangam, sitar et tabla…).  Tout cela dans une ambiance d’autant plus nostalgique que l’heure du retour à l’aéroport approchait inexorablement.

 

                                                                                                                         JACQUES SAGOT

 

                                                                                             ARTICLE DE REGARD EN MARCHE

Article publié par Denise Hornetz - Espérance et Joie des Plaines de Bucquoy • Publié • 140 visites

Fermer