Un goûter coopératif

en mission ouvrière

 

Gouter MO du 8.08 -17- Gouter MO du 8.08 -17-  « Nous étions partis pour la Terre de la Paix quand, à proximité de l’Ile de la Discorde, une tempête a dispersé les pièces de notre bateau ! »

En famille, il nous a fallu rassembler les pièces du navire grâce à l’adresse, la réflexion, l’attention des petits et des grands ; cinq jeux coopératifs étaient proposés.

 

Après un gouter réparateur, nous nous sommes rassemblés pour une méditation autour de la tempête apaisée (Marc, 4, 35-40).

 

« Voilà, ensemble, nous avons reconstruit le bateau. Nous sommes prêts à repartir vers la Terre de la Paix.

Dans l’évangile de Marc, Jésus et les disciples embarquent eux aussi pour rejoindre l’autre rive.

 

 

Passons sur l’autre rive… Un jour ou l’autre, nous prenons la décision de quitter la rive sur laquelle nous nous tenons pour faire quelque chose. Partir en camp avec des copains, choisir un métier, se mettre en couple, donner naissance à un enfant, vaincre une addiction, s’engager dans une association, un syndicat, un parti politique… Envie de faire du neuf, de changer les choses…

 

 

C’est alors que se lève une violente rafale de vent…

Au début, tout est facile, l’enthousiasme est là mais un jour, les choix paraissent moins évidents, des difficultés apparaissent. Ce peut-être une baisse de motivation, un échec, des humiliations, une maladie, des tensions dans l’équipe, une orientation qui ne plait pas. On se pose des questions sur ce que l’on va faire, ce que l’on va devenir…

 

Cela ne te fait rien si nous coulons !

Il est alors des moments où les convictions perdent de leur force, ce à quoi, hier encore on croyait, paraît moins évident, est remis en question. Face aux difficultés, on peut renoncer, s’isoler… on peut se sentir abandonné.

 

Pourquoi vous mettre dans un tel état ? Vous n’avez donc pas la Foi ?

Pour un chrétien, avoir la foi, c’est croire que Jésus nous accompagne même lorsque plus rien ne va. Il chemine avec nous et reste à nos côtés. Mais le mot foi est aussi un synonyme de confiance : confiance en Jésus, mais aussi confiance en les autres. Nous sommes à une époqueoù le chacun pour soi semble mener à l’impasse avec ses compétitions, ses désillusions et au bout du compte, la solitude. Nous sommes nombreux à avoir fait l’expérience d’une réussite parce que l’on nous avait fait confiance.Avoir besoin de l’autre, l’appeler, lui faire confiance, n’est-ce pas un chemin à expérimenter ? C’est en tout cas, une conviction que nous partageons en Mission Ouvrière avec l’ACO, l’ACE et la JOC. Au fond, sur cette terre, ne sommes-nous pas tous embarqués sur le même bateau ? »

 

Article publié par Michèle Leclercq • Publié • 886 visites

Fermer