50 années de présence à Berck

un beau chemin d'amitié...

 


 

Nous avons partagé cette joie les 7 et 8 juin 2O12.   Des amis et voisins sont venus nombreux aux « portes ouvertes »  Un montage audio-visuel rappelait quelques étapes et transformations depuis notre arrivée,  permettant à plusieurs d’exprimer de bons  moments passés ensemble

 

Un peu d’histoire

En 1955 Petite Sœur Magdeleine, notre fondatrice,  parlait de son désir de commencer une fraternité « avec » et au milieu de personnes handicapées.  N’étant pas encore handicapée moi-même, je ne pensais pas être si vite concernée.

En 1962, après deux ans à Garches où j’étais soignée pour une polio, et cinq ans dans un foyer pour personnes handicapées à Chateauneuf-sur-Cher, nous arrivons à Berck.

Et depuis nous essayons d’y   « rejoindre ce monde des personnes les plus souffrantes, les plus isolées ».

Ce projet a été vécu d’abord par le travail à l’hôpital.  Mais très vite,  deux petites sœurs handicapées sont embauchées à l’usine « Pilote »  usine de bijouterie fantaisie , gérée par des personnes handicapées et où on était entre 70 et 80 ouvriers.

Le quartier est très vivant et la fraternité devient un lieu de rencontre avec les voisins, les amis malades et leurs familles.  Suite à une convention avec l’Algérie jusqu’en 1982, ce sont le plus souvent des familles algériennes.  Aussi ce fût une surprise et une grande joie de voir arriver l’année dernière,  Youssef, le fils d’une de ses familles.  Après 40 ans,  il voulait faire connaître à sa femme et ses deux enfants,  les Sœurs qui les avaient accueillis.

Comme promis, il revient quelque temps après avec ses parents,  et c’est un nouveau moment émouvant de retrouvailles.  Au moment du départ le vieux papa nous dit :  « nous sommes tous frères ».

Avec l’arrêt de cette convention et plus tard la régionalisation, les personnes peuvent plus facilement repartir chez elles pour le week-end.  Mais les plus gravement malades,  restent toujours là……

Les années passent et nous agrandissons la maison  pour pouvoir accueillir aussi  des petites sœurs plus âgées.

C’est tout cela que nous avons célébré avec beaucoup de joie.  A partir de 10 h. des visites très diverses se succèdent et c’est beau de voir tout ce monde faire connaissance et fraterniser.

Si le soleil n’était pas dans le ciel, il était dans les cœurs. Et pour en mettre un peu plus, une petite sœur foraine est venue faire des crêpes, comme elle en avait l’habitude sur les fêtes foraines pendant des années.

Le lendemain nous portons tout cela dans une messe d’action de grâces, en chantant notre merci au Seigneur.

 

                                                                   Petite Sœur Claire-Agnès

Article publié par Michèle Leclercq • Publié • 2097 visites