Dimanche Parole en Fete à Bois en Ardre

Le ressuscité, l'Esprit et nous

Parole en fête à Bois en Ardres
 

L'expression auprès de tous. Dimanche Parole en fête  
L'expression auprès de tous.
L'expression auprès de tous.
  Rendez-vous était pris en ce dimanche 26 avril à la Salle en Etoile pour 10 heures… Enfants, jeunes et adultes de tous âges ont participé à cette troisième rencontre.

 

Le temps de l'accueil

 

Dès l’arrivée, le café ou un jus de fruits nous a accueillis de façon sympathique ; déjà les conversations vont bon train, des groupes se forment naturellement, puis chacun entre dans la salle où nous attendent Philippe et Annick. La conversation s’engage Bois en Ardres. L'assemblée Dimanche Parole en fête  
Bois en Ardres. L'assemblée
Bois en Ardres. L'assemblée
entre Annick et Philippe au sujet du départ de son enfant pour de longues études. L’éloignement ne risque-t-il pas de favoriser l’oubli ? Quels signes, pour garder la présence ? (texte du dialogue ci-après).
 
Cette saynète a été une entrée en matière à propos de l’Evangile du jour qui nous parleépart de Jésus et de la présence visible du Ressuscité seulement accessible à tous les croyants. « D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus… mais je vous enverrai un conseiller qui vous parlera de moi… »
 

 

Le temps des ateliers

 

Dispersés en plusieurs ateliers nous avons réfléchi sur ce thème : sur l’Esprit Saint présent dans notre vie. Puis nous nous retrouvons ensemble. Les plus petits reviennent en chantant : « Chantez, dansez, Christ est vivant ! » Puis quelques jeunes ont résumé les réflexions, les découvertes faites dans les ateliers. « J’aime bien la lecture à quatre voix, dit Romain, on écoute vraiment, on est attentif à ce qui se dit… »

 

 

La mise en commun

 

 

La synthèse de Monsieur l’abbé Bernet a rappelé que nous ne sommes pas orphelins, Jésus est là parmi nous, il ne nous quitte plus. Son Esprit nous aide dans les difficultés, au milieu des attaques et de l’ironie à l’encontre de nos convictions chrétiennes. Il nous invite à le prier quand nous sommes tentés de baisser les bras. Grâce à l’action de l’Esprit défenseur, nous tiendrons bon dans notre fidélité au Christ.L'expression auprès de tous. Dimanche Parole en fête  
L'expression auprès de tous.
L'expression auprès de tous.

 

 

L'Eucharistie

 

L’eucharistie vient clore ce rassemblement. Parole en fête est maintenant bien entré dans nos habitudes : chaque fois, les paroissiens viennent plus nombreux, signe que ce rendez-vous plaît par le ton différent, par le changement dans la façon d’annoncer l’Evangile. Alors, nous attendons avec une certaine impatience la prochaine fois.

F. Cordonnier

 

 

Paroles du shetch pour introduire au thème de la rencontre

 

  • Bonjour mes gins, bonjour Annick…
  • Bonjour Philippe !
  • T’es n’a pont l’air d’être dans t n’assiette, ch’matin !
  • Acoute, chi : min garchon, y vient d’m’apprinde qui veut partir faire des études à chinquante kilomètres de l’mason !
  • Ben alors ! ch’est pu un pitit, ach’teur ! cha lui fait quel âge ?
  • 18 ans ! mais té comprins, pour mi, ch’est toudis min pitit !
  • Il a peut-être eune tite copine et qu’té sais pont !
  • Des copines, y n’in fréquente, mais ch’est des copines, ch’est tout !
  • Si té veut ! Mais qui s’in va, je n’vois pont l’différence !
  • Té comprins rien à rien ! Mi j’vais l’perde ! j’vas pus l’vire ! Tous ches kilomètres inter nous deux !
  • Mais, si té l’vois pus, ch’est pont pour cha qu’té va l’oublier ! ch’est pareil pour li ! Y t’verra pus, mais y pinsera à ti quand même ! Il arviendra bien pour faire s’lessive !
  • Ouais ! Mais cha fout les boules ! Y peut faire des mauvaises rencontres ! Cha n’est plein les journaux d’ces affaires-là !
  • Acoute cor un coup ! Si té l’encourage pont, laisse-le aller quand même, Il aura du r’gret tout s’vie et ti peut être même aveuc ! Il pourra même te l’arprocher plus tard !
  • Ouais ! Mais si y s’casse la gueule ?
  • Cha li f’ra eune expérience ! Les r’grets qui font l’plus mal, ch’est ceux que l’on s’fait à soi-même ! Quand les gins y t’donnent du remords, té trouve toujours eune excuse pour te prouver qui n’ont pas raison, mais les reproches quand ils viennent de ti, té peux pus trouver d’excuse, et ceux-là y font mal !
  • Ch’est vrai ! t’a p’t’ête raison, mais cha m’fait d’la peine quand même !
  • Acoute c’que j’vas t’dire ! Mi, quand j’ai comincé à travailler, y a déjà gramin, tous les soirs, j’allos’ rinde visite à m’grand-tante à l’sortie du boulot. L’hiver elle faijot une boisson à base de citron, elle étot tiède, elle s’réquauffait sus l’coin du fu, mais ch’était bon ! Souvin, quand y fait frod, j’y pinse et j’ai cor sus m’langue et dans m’bouque sin goût et dans mes narines, j’arsins cor l’odeur… M’tante, elle est partie, mais y m’arrive cor à la sortie du boulot d’arpinser à m’tante, je n’lai pas cor oubliée !
  • J’sais ben ! Mais min gamin, y va m’manquer !
  • Hou la ! T’a vraimin l’moral dans tes chaussettes !
  • Que veux-tu ! C’est la chair d’ma chair ! Vous ôtes, les hommes, vous n’pouvez pas comprinde !
  • Quoi qu’on n’comprind pont ! Ch’est vrai, on n’a pas mis au monde ches éfants, mais on a quand même des sentiments, on n’les fait pas vir, mais on n’éprouve quand même !
  • J’avos pont pinsé à cha !
  • Acoute eune fois ! Quand té fais un gâteau, aveuc eune recette de t’grand-mère, té sors l’papier qu’t’a récupéré ou que t’grand-mère, elle t’a écrite, et quand té l’fait, té pinse à elle, te l’perd surtout pas, ch’est trop précieux !
  • Ouais ! Ch’est comme l’molin à café de l’aut’ grand-mère qu’jai mis sus min buffet, je l’astique toutes les semaines !
  • Mi j’pinse à m’grand-mère quand é j’vois quiqun qu’i s’brûle : j’intinds cor m’grand-mère dire : y a pas pus vaillant qu’un fainéant qui s’brûle ! »
  • Moi ch’est quand min garchon qui m’demande à minger, ma grand-mère elle dijot : ch’est eune bonne maladie » et min grand-père y répliquot : « Minge du gros pain, min fiu, cha nourrit. »
  • Bin, té voit, y sont pus là, mais té pinse quand même à eux !
  • Pour min garchon, j’vas li donner l’stylo plume ed sin père, y pinsera pus souvent à nous.
  • Là ! Voilà ! T’as tout compris !

Article publié par Emile Hennart - Maison d'Evangile • Publié • 6381 visites