Le Baptême : un cadeau pour Vivre

Une soirée avec Michèle Clavier très appréciée

Environ 70 personnes sont venues rencontrer, écouter, Michèle Clavier  sur le Baptême.

Soirée très appréciée par tous!

 

 

Le baptême :  un cadeau pour vivre

 

INTRODUCTION

            Le baptême, premier sacrement

            Le baptême, une naissance

            Le baptême, un commencement

 

LE  BAPTÊME :  SIGNIFICATION  THEOLOGIQUE

 

Origines bibliques du baptême

Antécédents dans l’Ancien Testament : rites d’eau (purification) ; circoncision

Théologie baptismale du Nouveau Testament

L’ordre du Ressuscité (finale des évangiles)

St Jean : « nouvelle naissance » (Jn 3) ; illumination ; sceau

St Luc : cf. le Livre des Actes des Apôtres

St Paul : ensevelissement avec le Christ (Rm 6) ; incorporation à l’Eglise

St Pierre : les « pierres vivantes » (1 P 2, 1-12), le sacerdoce des baptisés

Les sacrements de l’initiation chrétienne

La notion traditionnelle d’ « initiation »

Un ensemble de trois sacrements : Baptême – Confirmation - Eucharistie

Incorporation à l’Eglise

Le baptême nous fait membres d’un corps dont le Christ est la Tête (1 Co 12)

Participation à la vie et la mission de toute l’Eglise (« co-responsabilité »)

 

 LE  BAPTÊME :  UN  « SACREMENT » ,  UN  DON  DE  DIEU

 

Définitions

Le sacrement : un mot qui n’est pas biblique ; symbole du don de Dieu

La grâce n’est pas d’ordre objectif mais d’ordre relationnel

Place et rôle des sacrements dans la vie chrétienne et ecclésiale

« Structure symbolique » de la vie chrétienne et ecclésiale : trois pôles

Les sacrements sont indispensables mais non suffisants

 

LE  BAPTÊME :  UN  DON  A  VIVRE

 

Baptême et « vie baptismale » : attention à notre langage !

Les « ressources » de la vie chrétienne

Parole, prière

Liturgie, sacrements

Vie avec les frères, service

Mission, témoignage

Thème de l’ « élection » pour une « mission »

Textes récents sur l’Eucharistie (Jean-Paul II ; Benoît XVI), lien Eucharistie - charité

 

CONCLUSION

            Un sacrement à redécouvrir !

            « Gérer » les demandes de sacrement ; cf. les Points de repère en pastorale sacramentelle

            Préparer à la vie baptismale…

 

 

…  /  …

 

POINTS DE REPERE EN PASTORALE SACRAMENTELLE

Document de la Commission épiscopale de liturgie et de pastorale sacramentelle

de la Conférence des Evêques de France

Juin 1994

 

Pour comprendre l’origine du Document : « Le contexte qui est le nôtre, en France, nous amène à reconnaître et à pratiquer la pastorale sacramentelle comme une pastorale missionnaire ». Cette pastorale doit être au cœur du travail d’évangélisation. Comment ?

Les évêques proposent d’avancer sur un chemin en 4 étapes, avancer avec les personnes telles qu’elles sont, et avancer sur un chemin où nous allons nous-mêmes être évangélisés.

 

Première étape : accueillir

Accueillir vraiment, de façon désintéressée.

Ce n’est pas facile, d’une part parce que les personnes ont du mal à exprimer leur foi, d’autre part parce que les raisons de leur demande de baptême sont difficiles à démêler le plus souvent…

Est-ce que nous ne nous laissons pas piéger par le langage de l’offre et de la demande ? Alors que Dieu, par son Esprit, a eu envers ces personnes une initiative libre, qui nous précède, et peut-être nous déroute… Ces personnes qui demandent un sacrement font partie de l’Eglise, nous avons à apprendre quelque chose d’elles….

Il nous faut apprendre une pastorale de l’amour désintéressé, qui accueille et qui écoute. Ecoutons ces personnes nous parler de Dieu, de l’Eglise, même si elles se posent des questions, même si elles portent des blessures, etc.

Accueillir comporte toujours cet effort pour discerner des attentes profondes, souvent masquées par une demande immédiate  (question des « motivations »).

 

Deuxième étape : favoriser une progression

Ici se situe l’exigence missionnaire. Après l’accueil, aider à avancer. Accepter les gens tels qu’ils sont est nécessaire, mais non pas suffisant. On peut leur montrer le décalage, la distance, entre là où ils en sont du point de vue de leur vie et de leur foi, et la foi de l’Eglise, les exigences du Christ concernant la vie de baptisé. Marquer ainsi une distance permet et appelle une progression : cela peut éveiller le désir de découvrir et de comprendre ce que le Christ et l’Eglise attendent de nous. Il ne s’agit pas d’imposer, mais de faire confiance à la liberté des personnes, pourvu que cette liberté soit éduquée c’est-à-dire que les choses soient clairement dites et proposées.

 

Troisième étape : célébrer le sacrement

Il est très important de soigner la liturgie, le temps de la célébration : c’est le moment capital, aboutissement de la préparation. Ce temps de la célébration rassemble et manifeste l’Eglise comme famille des enfants de Dieu (il est donc important que ceux qui ont participé à la préparation soient là, dans la mesure du possible…). Les gestes sacramentels seront particulièrement soignés : ils sont signes du don de Dieu ; la proclamation de la Parole de Dieu est très importante, mais aussi les temps de silence, etc. Tout est à vivre, comme dit le Concile Vatican II, avec « une noble simplicité », dans la sobriété et la beauté donc, pour que tous les symboles puissent parler d’eux-mêmes. Une célébration bien préparée et bien vécue donne envie, donne le goût de l’Eglise : elle laissera de beaux et bons souvenirs…

 

Quatrième étape : veiller à la suite du sacrement

Le sacrement, et surtout le baptême, est source d’une existence nouvelle. Il ne peut donc pas rester sans lendemain ! Cela aura déjà été dit au cours de la préparation : être baptisé, c’est découvrir que l’on compte pour Dieu, et c’est être appelé à vivre en baptisé, en chrétien dans le monde. Cela suppose donc de poursuivre son initiation chrétienne (confirmation, Eucharistie), puis de rencontrer les autres chrétiens, en Eglise (le dimanche), et de participer avec eux au service des hommes (témoignage, charité). Vivre en baptisé, c’est vivre en relation avec Dieu, avec l’Eglise, et avec les autres. Et la « suite » du sacrement, finalement, c’est toute la vie…

 

 

Article publié par Evelyne Gabruch • Publié • 3251 visites