CMR - La dépendance des personnes âgées

Soirée de partage et réflexion, à Aire-sur-la-Lys

 Le mouvement « Chrétiens dans le Monde Rural » proposait ce samedi 10 décembre à la cité paroissiale d’Aire sur la Lys une soirée de partage autour du thème : « La dépendance des personnes âgées, l’affaire de tous aujourd’hui et demain ».
IMG_3732.JPG IMG_3732.JPG  Dans le mot d’accueil, Sabine Clermont, permanente du mouvement, a rappelé que cette soirée faisait suite à la demande de plusieurs équipes. Elle sera suivie d’une autre soirée le samedi 21 janvier 2012 à Saint Pol sur Ternoise. Une trentaine de personnes participe à cette soirée, articulée autour de deux témoignages et de questions adressées à la professionnelle invitée.
 
 
Elisabeth Vandaele, invitée de la soirée, présente l’Apapad (Association pour la Promotion d’Action pour les Personnes Agées Dépendantes) dont elle est la directrice, association située sur le Dunkerquois et la Flandre Maritime. Cette association fonctionne depuis 1988. Elle travaille essentiellement en secteur rural. Elle a participé à la création d’un CLIC sur Bergues, qu’elle anime, (Centre Local d’Informations et de Coordination).
Il existe un CLIC dans l’Audomarois : 03 21 12 09 41.
 
L’APAPAD propose des lieux d’accueil pour les couples « aidant-aidé » et en 2011 – 2012, elle crée des plate -formes de répit avec comme objectif principal le cheminement avec les personnes. Autre initiative innovante, le « baluchonnage », reprenant une expérience canadienne. Le professionnel va s’installer chez la personne pour permettre à l’aidant de prendre du répit (service Intermède).
L’Apapad est constituée aujourd’hui de 14 salariées avec deux objectifs essentiels : trouver des financements et trouver des solutions sur un territoire donné.
Suite à cette présentation, des témoignages alimentèrent la discussion et suscitèrent des questions.
 
 

Témoignages

Annick D. nous parle de l’accompagnement de sa maman dans différentes structures :
• Elle quitte d’abord sa maison pour habiter dans un appartement en rez de chaussée. Pour l’obtention de l’APA, il faut se battre, toutes les raisons sont bonnes pour diminuer le financement (budget revus à la baisse). L’état général de la personne âgée se dégrade, elle perd son ami, elle ne peut plus rester seule.
• En avril 2011, elle part en accueil temporaire en EHPAD mais c’est un échec, la prise en charge de l’équipe soignante n’était pas satisfaisante. Puis c’est l’accueil en juillet en « famille d’accueil ».
• Il y a un mois et demi, c’est l’hospitalisation en SLD (séjour longue durée à Aire). L’accueil est satisfaisant.
La maman d’Annick à 91 ans, elle a encore toute sa lucidité et elle est perfusée en continu (antidouleur et glucose).
 
Joëlle L. nous livre un témoignage humainement très riche manifestant beaucoup de d’empathie et de disponibilité à l’intention de la personne accueillie.
Elle est « famille d’accueil » depuis 1996. Elle a choisi d’accueillir une seule personne même si elle pourrait en accueillir plusieurs. Elle avoue ne pas pouvoir accueillir une personne ayant la maladie d’Alzheimer. Il faut que la personne accepte de sortir avec moi (courses, sorties), qu’elle prenne ses repas avec la famille bref, qu’elle ne vive pas « à part ».
Le Conseil Général passe deux ou trois fois par an, sans prévenir. La bientraitance envers la personne est primordiale. Depuis 1989, ce sont les départements qui donnent les agréments. Le salaire est décidé avec la famille. La condition essentielle pour assurer ce service : il faut aimer la personne, il faut aimer les personnes âgées.
 

Quelques idées
Au cours de la soirée, Elisabeth Vandaele évoque le Plan de Solidarité Grand Age. Ce sont de bonnes idées, de beaux projets, de beaux objectifs mais il faut que les financements suivent sinon ce ne sont que des paroles.

Une des missions de l’Apapad c’est l’aide aux aidants (on compte environ 8 millions de personnes en France qui sont dans une situation d’aidants, c’est un véritable marché). Nous proposons un lieu d’accueil ouvert dans l’après-midi avec écoute, ateliers médiation, art floral, sorties, ces activités permettant de mettre l’aidant en confiance.
 
Pour terminer Elisabeth Vandaele insiste sur la nécessité de prévoir l’avenir : Chacun doit prévoir très vite l’aspect financier, l’aménagement de l’habitat, en parler avec les enfants afin de ne pas prendre de décisions dans l’urgence et aussi de choisir une personne de confiance qui saura, en temps voulu, prendre les bonnes décisions.
 
La soirée se termine en évoquant un prochain sujet : la prévention de la dépendance, qui sera certainement abordé l’an prochain. Chacun repart avec de la documentation fournie par la professionnelle de l’APAPAD et le CLIC de l’Audomarois.
 

Pour le CMR,
Sabine Clermont

Article publié par Thomas Montois - Notre Dame Panetière • Publié • 2568 visites