Frère Dominique Collin à Aire sur la Lys

Au cœur du Carême, une invitation à se questionner, avec l’épître de Saint Jacques.Paroles de bienveillance et de confiance.

20140325_212123 20140325_212123  Deux interventions étaient proposées par le doyenné du Pays de la Lys, pour se questionner : Comment vivre sa foi avec pertinence ?

Jeune dominicain belge, frère Dominique Collin, philosophe et théologien de formation, a invité à travailler la Parole dans notre manière de vivre : voici quelques phrases entendues.

A méditer ... Et surtout à mettre en œuvre.

 

            Frère Dominique cite St Irénée en guise d'introduction : "Tu veux devenir un chrétien parfait, commence par devenir un homme. " l'homme a deux naissances, la seconde est celle qui fait devenir humain par la relation.

           

Comment davantage vivre la vie comme des humains ? Le projet de Dieu pour nous est de devenir plus humains. La question fondamentale est : Comment peut-on encore être chrétien aujourd'hui ? Comment met-on en pratique l’Évangile, comment conforme-t-on sa vie à l’Évangile ?

Cette lettre est une homélie pour une communauté en difficulté (dans la diaspora), situation difficile, proche de celle des chrétiens dans le monde d'aujourd'hui. Jacques, serviteur du Christ, commence en disant "A vous la joie ! " c'est une invitation à l'encouragement, une énergie à vivre plus humainement. Cela parait paradoxal, mais non : les épreuves subies sont la mise au défi de vérifier la qualité de notre confiance : les chrétiens sont ceux qui font confiance, alors qu'aujourd'hui la méfiance est généralisée.

 

Le christianisme n'est pas une religion du bonheur, (comme quelque chose d'extérieur, qui s'achète), mais une religion de la JOIE, (qui vient avec la maturation intérieure, la croissance d'être qui nous rend plus humain).

St Jacques nous dit comment on applique l’Évangile, comment on conforme sa vie à l’Évangile. Notre situation marginale nous pousse à inventer de nouvelles manières de vivre. Jacques nous invite à alimenter notre confiance et notre potentiel de joie ... à la parole de vérité qui nous a engendrés . Dieu dit une seule chose "Il est bon que tu existes". A nous aussi d'avoir cette parole les uns pour les autres.

 

A nous de manifester en paroles et en actes la BIENVEILLANCE de Dieu. Le signe de notre foi est la bienveillance .

 

A nous de devenir nous-mêmes l’Évangile. Nous nous focalisons sur des contenus à transmettre, alors que nous devrions devenir des contenants évangéliques.

 

« Ainsi donc, la foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte. En revanche, on va dire : « Toi, tu as la foi ; moi, j’ai les œuvres. Montre-moi donc ta foi sans les œuvres ; moi, c’est par mes œuvres que je te montrerai la foi. » Ch 1, 17-18. Les œuvres dont parle Jacques sont des choses simples du quotidien : donner un verre d'eau ...

 

Qu'est-ce qu'un pratiquant authentique ?

C'est quelqu'un qui se comporte comme Dieu lui-même, qui a une extrême bienveillance pour les plus précaires. C'est aussi quelqu'un qui se garde de l'immonde, de la barbarie, qui ne se laisse pas contaminer par ce qui conduit à l'inhumain. C'est quelqu'un qui reste vigilant.

La foi est une dynamique de transformation sociale et non une spiritualité privée, intérieure. La foi n'est pas une conviction purement intellectuelle. il faut dire "Amen" à l'écoute active de l’Évangile dans la vie de tous les jours. La fraternité vécue est le signe d'une vie chrétienne authentique.

Demandons à Dieu la sagesse (c'est à dire l'art de bien vivre les relations). La prière, c'est s'ouvrir au désir de Dieu. La sagesse est douceur, pluie de douce bienveillance. La sagesse recoud sans arrêt les liens dans la douceur, elle fait du ravaudage. Faisons le choix d'empreindre nos actes de douceur.

 Il est bon que chacun existe !

 

                                                                       Propos résumés par Isabelle Mouflin et Sabine Clermont

Article publié par Doyenné du Pays de la Lys • Publié • 2835 visites