Ordination diaconale de Gabriel Planchez

Cathédrale de Boulogne-sur-Mer

Dans son homélie d’ordination, Monseigneur Jaeger s’est inspiré des lectures de ce dimanche, de Luc à propos de Jean-Baptiste, de Baruch sur l’invitation à quitter les vêtements de deuil. Selon Mgr Jaeger, l’histoire de Jésus commence par un flop. A peine a-t-on annoncé le cadre de l’Histoire : sous Tibère, Ponce-Pilate et Hérode, que la Parole retentit bien loin des palais, au milieu de nulle part, dans le désert.

 

Ce sont des paroles bien éloignées des pompes et des bons mots de cours. Paroles qui viennent bouleverser l’existence de ceux qui acceptent de quitter leur piédestal pour vivre l’expérience de Jean-Baptiste, expérience de serviteur de la Parole et serviteur du Christ venant en ce monde. Jean appelle à la conversion : “Aplanissez la route…”. L’année de la foi rappelle que l’homme a besoin d’être sauvé et trouvera la plénitude de salut en Jésus-Christ.


Etre ordonné diacre sous le signe de Jean-Baptiste est une invitation à se comprendre comme serviteur. On connaît le prix payé et par Jean-Baptiste et par Jésus, le serviteur par excellence, venu non pour être servi mais pour servir. Cela n’attire pas spontanément les vocations !

 

Emporté dans sa méditation, l’évêque met en garde l’ordinand : beaucoup auront bien des idées pour te courtiser, te solliciter (mais pour faire quoi  ?), au risque d’affadir le service du frère, au risque de vouloir profiter du pouvoir dont tu disposes, parce que ministre de l’Eglise. Ta mission est de montrer et vivre ce chemin du serviteur dans le monde actuel. Les appels de Diaconia 2013 vont en ce sens.
 

Article publié par Emile Hennart - Maison d'Evangile • Publié • 6866 visites