5ème conférence de carême

Conférence de Mgr Jaeger, la miséricorde fait partie de l'identité de Dieu

DSC03840 DSC03840  « J’ai choisi de regarder l’Eglise - et de considérer sa mission - en me demandant comment cette Eglise reflète, ou pas assez, le visage de la miséricorde », telles sont les paroles de Mgr Jaeger pour introduire cette ultime conférence de Carême à saint Jean-Baptiste.


La miséricorde fait partie de l’identité de Dieu. La Sainte Ecriture vient révéler progressivement cette identité. À l’époque d’Abraham déjà, Dieu se laisse interpeler, discute, et revient toujours vers Ses enfants. Chez Osée, Dieu se fiance à Son peuple, Il est peiné de l’infidélité de celui-ci. On retrouvera Son Amour en Son Fils Jésus-Christ, qui vient épouser notre condition humaine…. C’est un Dieu qui se laisse contester, mettre en doute, rejeter… un Dieu qui va mourir en Jésus-Christ.
Comment se fait-il que dans notre histoire, dans notre mémoire, ce n’est pas ce Dieu-là avec qui nous entrons en relation ? La déformation de Dieu, nous la devons aux philosophes, notamment à Aristote, pour qui Dieu est tellement parfait qu’Il est immobile, enfermé en lui-même. Ce Dieu-là est très normatif, Il écrase, met de l’ordre. L’image que nous avons véhiculée appartient plus au domaine philosophique que biblique !


L’Eglise s’est merveilleusement organisée en fonction des besoins historiques, et cette belle organisation nous a un peu écartés du sens de ce que nous avions à faire.
Aujourd’hui, la pauvreté nous renvoie à l’essentiel : aider les personnes à rencontrer Dieu, à vivre une expérience de Foi, à accueillir la grâce et l’Amour de Dieu. Qui est Celui que ces personnes viennent rencontrer sinon ce Dieu de miséricorde ?!
C’est un des objectifs de cette année de la miséricorde que de rectifier et de se demander : l’Eglise annonce-t-elle bien ce Dieu-là ? Est-ce bien ce Dieu-là qui la fait vivre ?
Jésus lui-même ne nous a jamais laissé de grand catalogue ! Pas de corps constitué, de règles, de doctrine, de méthode… La Sainte Ecriture est la source incontournable qu’il nous faut sans cesse retrouver.


La catéchèse appelle aujourd’hui à un élan et une manière de faire nouveaux. Le problème n’est pas d’avoir un beau quadrillage, mais de permettre aux enfants de faire une belle expérience de Dieu, et que cette expérience bouleverse leur existence. Il faut que l’Eglise s’adapte. Même chose pour le mariage. Faut-il en rester au domaine de la règle ?!! Sortir du schéma permet à l’Eglise d’exercer sa mission.


Ce n’est pas l’organisation de l’Eglise qui est première, mais sa mission.


Le pape François nous demande de ne pas « mettre des barrières de douane » !
Notre Eglise prêche la Miséricorde, ( femme adultère, fils prodigue… ) mais le montre-t-elle ? Le vit-elle ?


Nous avons un bel itinéraire à parcourir : reconstruire une communauté de miséricorde. Le pape François nous invite à découvrir ce qu’est la confession, à faire l’expérience de notre pauvreté.


Si nous étions instrument de cette tendresse de Dieu, notre monde viendrait vite à cette source…
Il ne s’agit pas de nous culpabiliser, mais nous laisser toucher à nouveau par la grâce de Dieu, et de revoir notre gestion, pour voir dans quelle mesure l’Eglise de notre diocèse est à l’image de la miséricorde.

Article publié par elisabeth LECLERC • Publié • 605 visites

Fermer