Inauguration Maison de doyenné - Bethune

Première Messe et inauguration de la Maison du doyenné à Béthune

Première messe à la Maison du Doyenné

  

1ère messe à la Maison du doyenné de Béthune 14 janvier 2011  
1ère messe à la Maison du doyenné de Béthune
1ère messe à la Maison du doyenné de Béthune
Le vendredi 14 janvier à 18h, Mgr Jean-Paul Jaeger, notre évêque, est venu inaugurer la Maison du Doyenné et y célébrer la première messe devant une assemblée de 200 personnes.

 

La Maison du Doyenné est le nom donné aux anciennes salles paroissiales de la rue d’Aire (en face de la prison). En 1990, l’abbé Garégneaux avait fait réaliser de gros travaux de consolidation du bâtiment. Mais, ces dernières années, il fallut se rendre à l’évidence : les salles étaient inutilisables. L’humidité suintait des murs, le chauffage, les sanitaires, l’électricité étaient obsolètes, l’accès à l’étage était interdit (pas d’escalier de secours). Les finances paroissiales ne permettant pas de faire face aux travaux nécessaires, il fut envisagé de vendre ces salles.

 

Heureusement, la restructuration du diocèse modifia la donne : les 94 paroisses du diocèse furent réparties en 10 doyennés et chaque doyenné devait disposer d’un lieu source. C’est ainsi que le diocèse décida de restaurer les salles pour en faire la Maison du Doyenné Béthune-Bruay. Les travaux, engagés en 2009, furent terminés récemment.

 

Dans son homélie, notre évêque resitua ces travaux dans ses orientations pastorales : « Il ne faut pas se lamenter sur ce qui n’est plus… L’Evangile ne se transmet plus de façon automatique… La culture, la société ont changé. Il faut annoncer l’Evangile à des cœurs disposés autrement. Il faut des audaces neuves… L’Evangile, ce n’est pas un beau discours, c’est la Parole de Dieu qui s’est fait chair. Pour passer avec lui de la mort à la vie, le Christ nous demande de vivre de son amour et de sa parole. Dans nos quartiers, nos communautés ecclésiales (paroisses, aumôneries…), nous avons besoin de lieux forts pour nous rencontrer, pour partager, non pas pour nous enfermer mais pour nous rebondir, pour nous stimuler et nous préparer à remplir notre mission auprès des hommes… Ce bâtiment est un signe d’espérance ; construire, c’est affirmer une vitalité. Cette maison doit être une maison vivante ».

 

Michel Thieuw   

 

Merci aux Trésoriers, Marcel Guisse et Messieurs immobilier, Francis Lebfevre qui ont contribués à réaliser ce projet depuis de nombreuses années...

Article publié par Communication-Formation Doyenné Béthune-Bruay • Publié • 3833 visites

Fermer