Noël à la prison de Béthune

Mgr Jaeger a célébré Noël à la prison de Béthune

Mgr Jaeger a célébré Noël à la prison

 
Prison de Béthune Prison de Béthune  « Tu ne manqueras pas de faire un beau sourire à ton papa. Et j'espère que c'est le dernier Noël que tu passeras sans lui ». Mgr Jaeger s'entretient avec un jeune garçon qui patiente avec sa maman. Sur le trottoir, il y a d'autres femmes, surtout des jeunes. Elles parlent peu entre elles. Elles sont impatientes et un peu nerveuses. Mais toutes ont de la dignité dans le regard. Bien que l'on soit le 24 décembre, la perspective d'un Noël difficile est palpable. Elles attendent que la porte austère de la prison de Béthune s'ouvre.
 
Cette année, Mgr Jaeger a célébré la messe de Noël pour les détenus. Il a répondu à l'invitation du père Raymond, l'aumônier de la prison de Béthune. Chaque samedi, le père Raymond célèbre une messe dans une chapelle aménagée dans un sous sol de l'établissement. Les détenus aiment s'y retrouver. Ils sont généralement une trentaine.
Mgr Jaeger est venu avec la lumière de Bethléem, une flamme allumée dans la grotte de la nativité que les scouts ont diffusé partout dans le monde. Les détenus ont apprécié le symbole : une présence qui est à la fois à l'intérieur et à l'extérieur.
En début de célébration, la lumière de Bethléem a allumé cinq bougies qui ont brillé le soir-même dans les cinq églises de la région de Béthune. Les bougies qui sortent de la prison montrent que les détenus sont des paroissiens comme les autres. « Notre désir d'aimer est énorme, a souligné Mgr Jaeger, mais notre capacité est limitée. Tout le monde est pécheur : les détenus, l'évêque… 
 

Suivre la lumière de l'amour

 
Au cours de son homélie, il a insisté sur l'importance de rester digne : « Si l'on fête Noël, c'est parce que nous sommes tous dans la nuit. La nuit du temps, mais aussi la nuit de nos vies : orgueil, solitude, santé… Jésus, c'est notre lumière. Ce soir, je célèbre la messe de Noël à la cathédrale d'Arras. Eh bien ce sont les mêmes fidèles qu'ici. Vous vous dites peut-être que si vous aviez été capable d'aimer, vous ne seriez pas ici. Je vous dis que ce n'est pas grave d'être ici : la lumière de l'amour peut toujours grandir. On peut tomber très bas et la lumière nous ouvre le chemin. Voici ce que je vous souhaite pour cette fête de Noël : regarder l'amour qui grandit dans vos vies. ».
 
À la fin de la messe, Mgr Jaeger a profité de la distribution de friandises pour écouter les souffrances des détenus et de leurs familles. Une veilleuse qui a reçu la lumière de Bethléem est restée dans la chapelle. Les détenus ont promis de l'allumer chaque samedi en souvenir du Noël 2011.
 
Jean Capelain

Article publié par Communication-Formation Doyenné Béthune-Bruay • Publié • 3810 visites

Fermer