L'aumonerie de St-Omer à Belval

Adore !

L'aumônerie à Belval L'aumônerie à Belval  

 

Cet après-midi, j'aurais dû aller au kayak, puis au cours de flûte… Mais, pas ce week-end : je suis entre deux collines, à Belval, pour une retraite avec l'aumônerie…
"Pour que tout se passe au mieux les deux seuls téléphones portables autorisés seront ceux-là ! Vous mettrez donc tous les vôtres, éteints, dans ce sac..." Mais comment vais-je pouvoir vivre deux jours sans mon téléphone portable ?

 

L'abbaye de Belval nous ouvre ses portes pour deux jours. C'est un lieu de silence, difficilement compatible avec 33 jeunes courant après les lettres du mot Adore.
Evidemment, on adore le chocolat, le tennis, sa petite amie mais quel rapport avec notre foi ? Adorer a peut-être plusieurs sens ? 


A comme Accueillir, Attendre, Aimer
D comme Donner, Dieu, Dimanche
O comme Ordre, Ode, Oser
R comme Remercier, Rendre Grâce, Rayonner
E comme Etincelle, Emerveillement, Eucharistie

 

L'après-midi, après la découverte des lieux, je suis allée peindre. Du blanc il fallait faire naître quelque chose. Des papillons cachent les tâches malheureuses. Nous sommes plusieurs à nous appliquer sur cette fresque. Dans le groupe juste à coté il faut écrire un slam ! Comment rythmer l'adoration avec nos vies ? Pas évident !


A l'oratoire, j'ai pris un texte, et je me suis arrêtée là. Je ne sais pas combien de temps cela a duré, mais j'étais bien, comme dans les bras de mon papa, je me sentais en sécurité, reposée… Ça fait bizarre, à la messe je ne prie pas trop, et là, je me suis sentie vraiment bien, tu sais, j'y suis retournée après. Ça m'avait jamais fait ça !


Dehors les autres crient et me tirent de ma prière. Je vais aller voir ce qu'ils font. Une croix ! Une belle croix en bois, ornée de fils qui relient les branches au tronc.

20 h. : Complies, au début j'avais compris Complites, un peu comme "la journée est complète, je peux aller me coucher" et je me disais qu'il y avait certainement un faute d'orthographe, mais non !
Elles chantent bien les sœurs ! L'office achevé nous nous réunissons tous pour la veillée "Qu'as-tu fait de ton talent ?"


Dans l'Evangile, l'homme riche nous dit qu'il faut faire fructifier les talents que Dieu nous donne : entre chants, danse, jongle, GRS, foot, diabolo, jeux, monocycle sur clarinette, chacun partage ce qu'il sait faire, ce qu'il aime faire…
A la fin, dans la nuit, nous somme partis en silence (ou presque, en fait je me rappelle que le silence était loin d'être parfait !) vers l'oratoire, dehors dans la forêt. Dans le silence on écoute les oiseaux et on craint les sangliers. Dans l'oratoire, tous assis, nous allumons une bougie. "Tiens ma lampe allumée…" Qu'est-ce que je fais de cette petite flamme moi ?

 

Dimanche matin. Même pour aller en cours je ne me lève pas aussi tôt, faut vraiment être folle ! Mais tu sais, les cloches elles t’appellent avec tellement d’insistance que je suis allée vers l’église. C’est les laudes, j’offre ma journée à Dieu, encore un truc qui ne m’était pas arrivé jusqu’à présent…

 

Après le petit déjeuner, sœur Marie-Rose vient nous rencontrer, elle aime beaucoup notre fresque et nos croix… Nous, on s’inquiète : vivent-elles vraiment en silence tout le temps ? Elle sourit en  disant qu’elles ne sont pas muettes, qu’elles sont économes de leurs paroles, qu’elles parlent pour les choses importantes. Je comprends que le silence les aide à prier. Elle parle d’écouter les oiseaux, le vent dans les arbres … C’est vrai que le silence, c’est pas mon fort.
Et elle prie sœur Marie-Rose. Elle dit qu’elle porte le monde, comme chacun de nous nous portons le monde, dans nos prières, dans nos actes… J’y avais jamais pensé !
Vu que les téléphones portables ils captent pas ici, nous on pense qu’elles sont un peu coupées du monde. Elle nous a tout de suite arrêtés en nous expliquant qu’elles étaient au cœur du monde ! Et très bien informées. A ce moment-là son téléphone à sonné… Pas vraiment coupées du monde !


Après la messe des rameaux et le repas, un prêtre nous rejoint. Durant ces deux jours nous avons vécu la prière, le silence, du temps pour soi, seul. Il nous parle de Pierre, qui dit trois fois à Jésus "Je t’aime", en réponse aux trois fois où, le matin, il avait dit qu’il ne connaissait pas Jésus. Jésus le pardonne pour sa trahison. C’est assez fort, je sais pas si moi je pourrais… C’est pas facile de pardonner. On a tous des choses qu’on porte qui sont lourdes.
J’ai parcouru un sacré bout de chemin, qui m’a mené jusqu’au sacrement de réconciliation, je me suis sentie apaisée, un peu comme si je m’étais abandonnée dans les bras de Dieu et qu’il m’avait portée…

Les animateurs de l’aumônerie de Saint-Omer


Pour aller plus loin :

Quel sens je donne à ADORER ? A comme, D comme …
Quel temps je donne à la prière dans ma vie ?
Quelle est ma façon de prier ?
Que portes-tu de la vie du monde dans ta prière ?
 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 2219 visites