Tu honoreras ton père et ta mère

Canal Jeune, Eglise d'Arras

Pastoralejeunes  
Pastoralejeunes
Pastoralejeunes
C’est la vie ! Chaque année je me torture longtemps en avance l’esprit pour savoir quoi offrir à mes parents pour la fête des mères et celle des pères… Je suis bien avance non ? Les publicités se bousculent pour me vanter tel produit ou telle destination à la mode qui ravira sans nul doute mes parents. Mon choix étant posé, j’arriverai chez eux tout heureux le jour « J », les bras chargés de paquets et je me dirai fièrement que je les aime mes parents !

 

Mais qu’en est-il du reste de l’année ? Tout n’est pas si rose ! Les moments de complicité alternent avec des moments de crise, quelques échanges verbaux, certaines incompréhensions… La tentation est, bien sûr, de rejeter la faute à l’autre : « De toute façon, je n’ai jamais été son chouchou » « Elle réagit avec moi comme elle ne le fait pas avec mon frère. » Et puis je me souviens d’un coup que je suis moi-même papa… et que ce n’est pas tous les jours facile !

 

S’il n’est pas facile d’être parents, il n’est pas facile non plus d’honorer ses propres parents !
La télé, les journaux, la radio nous déversent au quotidien des images sombres de la paternité et de la maternité : une maman qui tue ses petits de 2ans et 3 ans ½, un père incestueux, violences physiques, abus sexuels, pédophilie… On en oublierait presque ces parents qui se battent au quotidien pour assurer un avenir à leurs enfants, cette maman qui quelques mois avant sa mort a tout mis en œuvre pour permettre à ses enfants de grandir dans une même famille d’accueil, ce papa qui « se saigne » pour envoyer ses enfants en vacances et tant d’autres petits trésors familiaux que l’on préfère taire car ils ne font pas monter l’audimat. Dans ce contexte, on donne aux ados et aux jeunes une image de parents incompétents et même bouffons.

  

Pas d’honneurs si tu n’es que parent ! Mais si tu marques beaucoup de buts, si tu chantes à peu près bien, si tu as des millions d’euros en banque, tu fais la une des magazines, tu es invité au JT de 20 h., ta parole devient celle qu’il faut absolument écouter et mettre en pratique… tu deviens en quelque sorte un demi-dieu !


Fort heureusement, on voit encore des anonymes être honorés en raison de leur courage ou de leur héroïsme. « Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne » (Ex. 20,12)
Dieu nous commande d’honorer nos parents. Selon le dictionnaire, honorer signifie : « traiter avec respect, estimer ou considérer. »


marche des jeunes 19 03 07 marche des jeunes 19 03 07  Dans la langue hébraïque, honorer signifie beaucoup plus que complimenter : «considérer, faire éclater de gloire, traiter avec honneur » Autrement dit, honorer c’est charger l’autre de respect, d’honneur et de prestige. Honorer est donc une question d’attitude du cœur. Faut-il honorer nos parents uniquement s’ils sont dignes d’être honorés ? Jésus nous dit : « Si vous m’aimez, gardez mes commandements. » (Jn 14, 15) C’est donc une affaire de foi : si nous voulons être fidèle à Dieu, il nous faut suivre tous ses commandements… pas uniquement ceux qui nous arrangent !
C’est parce que ma mère et mon père sont eux aussi fille et fils de Dieu que je suis invité à les honorer… ce que j’honore, ce n’est pas leurs qualités ou leurs défauts, mais la place qu’ils occupent dans le cœur de Dieu.


Honorer ses parents, c’est donc une attitude de cœur qui peut s’accompagner par des actes (demande de conseils, pardons, considération…) qui signifient qu’ils ont de la valeur pour moi parce qu’ils ont de la valeur pour Dieu. C’est ajuster notre vie à ce que l’Esprit nous inspire dans la prière et dans notre vie de foi.

Honorer son père et sa mère , oui… mais pas une fois dans l’année, tous les jours de notre vie d’ado, de jeune, d’adulte…

Sébastien VEREECKEN
 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 3522 visites