Camino ou les JMJ au goût de St Jacques

Canal Jeunes N°19

CAMINO ou « le chemin » en Espagnol, un appel au rassemblement et à la quête qui résonne encore pour 19 des jeunes partis aux Journées Mondiales de la Jeunesse en faisant un « petit » détour sur les pas de Saint Jacques.

 
CAMINO CAMINO   Notre aventure a démarré bien longtemps avant ce 11 août 2011. Dès le mois de mars, certains d’entre nous voulaient faire de cette formule, une formule inoubliable et propice à la réflexion spirituelle et au partage. Ils ont donc pensé au parcours, aux étapes et aux accents spirituels qu’ils souhaitaient vivre sur ce chemin. Et quel chemin ! Partir sur les pas de Saint Jacques, ce n’est pas seulement partir à l’aventure, c’est surtout partir à la rencontre du Christ en mettant ses pas dans ceux de nombreux pèlerins partis avant nous, vivre une dimension de l’ « Eglise-communion ». Oh, nous n’avons parcouru « que » 80 km du Monastère Sant Pere de Rodes à Girona en passant par Figueres, patrie de Salvador Dali, et l’ermitage Sant Mer du côté de Vilademuls mais en nous, entre nous et après ce chemin, à Madrid, les partages ont été fructueux et profonds.
 
C’est donc du monastère Sant Pere de Rodes que nous avons débuté notre marche. Comme tout bon pèlerin qui part sur ce long chemin, nous avons eu la chance d’être bénis et envoyés par le Père Evêque Jean-Paul Jaeger. A l’arrivée à Girona, nous nous sommes rendu compte que cette prière nous avait accompagnés tout au long de ces quelques kilomètres de marche. Nous nous proposons de vous retracer notre périple à travers cette prière
 
« Dieu tout puissant, tu ne cesses de montrer ta bonté à ceux qui t’aiment, et de te laisser trouver par ceux qui te cherchent, sois favorable à tes pèlerins qui partent sur le chemin de Compostelle… »
Notre groupe s’est constitué d’individualités, de personnes qui vivaient et agissaient dans des lieux, des groupes, des espaces et des mouvements différents. Sans cette marche, nous n’aurions certainement pas pu nous rencontrer. Merci, Seigneur, de nous avoir permis de vivre cette belle rencontre, de nous avoir appris à nous découvrir à travers les discussions, les partages, les rires et pouvoir apprendre à nous apprécier.
 
« …et dirige leurs pas selon ta volonté. … »
Nos pas nous ont conduit sur des chemins difficiles et longs. Nous n’étions pas toutes et tous égaux dans la capacité à traverser certaines encombres, à parcourir certaines distances. Et pourtant, malgré nos rythmes différents, nos difficultés, c’est la solidarité qui nous a été primordiale pour relier Sant Pere de Rodes à Girona : en se donnant rendez-vous à l’église du village suivant, nous arrêtant pour attendre les moins rapides, se partageant le port du sac à dos, nous relayant en voiture pour celles et ceux qui ne pouvaient vraiment pas marcher, les écorchures aux pieds étant trop douloureuses et importantes, parfois, (surtout lorsque nous avons parcouru 30km sur la journée !). Merci, Seigneur, d’avoir mis en nous cette capacité à se mettre à la place de l’autre, de nous avoir appris à patienter, à accepter ces rythmes différents.
 
« …Sois pour eux un ombrage dans la chaleur du jour, un abri dans les intempéries,… »
Sur ce chemin de 4 jours, nous avons eu la chance d’expérimenter au moins une parabole évangélique, parabole qui aurait pu être un enseignement de Jésus. Chaque nuit, nous dormions dans un lieu différent, les deux premières nuits, nous étions attendus par des gens qui avaient accepté de nous héberger gracieusement. Nous vous parlerons de cet accueil après. Par contre, la dernière nuit, nous avions choisi de dormir dans un ermitage, ermitage que nous avions réservé. Quand nous sommes arrivés, personne ne nous attendait. La nuit tombait, les moustiques étaient très nombreux mais nous n’avions pas d’autre choix que de dormir à la belle étoile et nous laver en pleine nature. Alors que nous élaborions une solution pour nous abriter de la pluie et de l’orage qui pointaient, les premières gouttes se sont mises à tomber et… la clé est arrivée. Quelle belle expérience que celle de la Providence ! C’est là, Seigneur, que nous nous rendons compte que Tu n’es jamais loin de nous ! Merci pour cet accompagnement silencieux, chaque jour de notre vie.
 
« …une lumière dans l’obscurité de la nuit,… »
Malgré ces différences, ces difficultés, ces imprévus, le sourire ne nous a pas quittés. Quelle belle promesse que ces jours commencés avec le sourire dès le réveil, terminés de même au coucher, avec, parfois, pour berceuse quelques mélodies douces de Taizé ! C’est cette lumière du Christ qui nous a aidés à affronter tout cela avec le sourire, le rire même. Merci Seigneur de cette gaieté partagée, d’avoir effacé par ces sourires toutes les souffrances.
 
« …un soulagement dans la fatigue,… »
Les sourires étaient sur nos visages aussi parce que, sur le chemin, nous avons eu la chance de rencontrer des personnes capables d’ouvrir leur porte à l’étranger, étrangers que nous étions pour eux. Merci à Don Jaime de nous avoir ouvert l’église de Vilajuiga pour que nous y célébrions, à Pere, maire de Vilajuiga, de nous avoir prêté la salle de sport de la commune, à Victoria de nous avoir porté chaque soir nos repas pour le soir et le lendemain, quel que soit le lieu où nous dormions (et surtout pour la clé de l’ermitage), aux sœurs de l’école Paula Montal de Figueres et plus particulièrement Sœur Ana pour les spécialités catalanes, les douches chaudes et la salle de sport, au père Pere, curé de Pontos, pour son accueil dans l’église, la visite du musée, l’eau pour nos gourdes, le raisin de son jardin (et ses toilettes), puis, à Madrid, à Jesus et Daniela… Merci, Seigneur, de nous avoir montré le visage de la charité dans la simplicité et l’humilité.
 
« …afin qu’ils parviennent heureusement sous ta garde devant le tombeau de l’apôtre Jacques.… »
Bien sûr, nous ne sommes pas arrivés devant le tombeau de l’apôtre Jacques mais nous étions heureux d’atteindre le but que nous nous étions fixé, avec cette arrivée à la cathédrale de Girona, le dernier tampon apposé sur nos créanciales, un arrière-goût de tout ce que nous venions de vivre nous a transpercés. C’est à ce moment que nous nous sommes vraiment rendu compte de ce que nous venions de vivre en-dehors de ces kilomètres parcourus : une expérience unique et enrichissante au-delà de nos attentes et espérances. Merci Seigneur de nous avoir permis de nous dépasser et de nous avoir menés sur ce chemin. Ce chemin est un aperçu de celui que Tu nous proposes de suivre sur cette terre à condition de nous laisser porter par ce concentré de bonté et d’amour que nous avons rencontré.
 
« Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur, Amen »
Que cette belle expérience puisse nous mener plus loin encore avec le Christ, partout où nous serons amenés à rencontrer notre prochain. Et pourquoi ne pas finir un jour cette belle route commencée ensemble ?
 
Anne-Charlotte, Anne-Lucie, Arlette, Delphine, Ève-Marie, Lucie, Marie, Marion D., Marion J, Marion O., Mélanie, Virginie, Sophie, Henry, Matthieu, Maxime, Thierry, Tobie, Vincent.

Article publié par Alicia Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 2174 visites