La Lumière de la Paix - Un geste oecuménique

Canal jeunes n°2

Ca n'a l'air de rien, mais c'est fou ce qu’une petite flamme peut véhiculer comme symboles, comme espoir. Celle qui est arrivée dans la cathédrale de Saint-Omer avant Noël est mieux que la flamme olympique. Son but n''est pas de passer devant les gens, mais de s'installer chez eux.
 
La Lumière de la Paix est un événement scout chrétien qui se déroule chaque année pendant la période de l’Avent. Allumée dans la grotte de la nativité à Bethléem, la lumière est rapportée à Vienne, puis transmise de main en main partout dans le monde. Elle constitue un symbole de paix que l’on peut recevoir, diffuser… Un cadeau inestimable mais gratuit.
La première étape de l’événement est déjà tout un symbole. La petite flamme est allumée là où Jésus est né, un lieu qui se trouve maintenant en territoire palestinien. Cette année, elle a été allumée par des mains musulmanes, juives, protestantes et catholiques. C’est bien plus que de l’œcuménisme.
Un peu d’histoire
En 1985, une radio autrichienne lance une campagne internationale pour lutter contre la pauvreté à l’aide d’un symbole de paix : une flamme allumée dans la grotte de la nativité à Bethléem. L’année suivante, les scouts autrichiens prennent le relais de l’organisation et proposent de distribuer ce symbole de la paix grâce au seul réseau mondial de jeunesse : le scoutisme.
L’opération Friedenslicht aus Bethlehem en Autriche et en Allemagne, International Peace Light dans les pays anglophones, arrive en France en 2003. Les Scouts de France, les Guides de France (catholiques) et Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France (protestants) ont fait preuve d’œcuménisme et se sont entendus pour appeler l’événement Lumière de Bethléem. L’opération s’appelle maintenant Lumière de la Paix, comme partout dans le monde.
Depuis dix ans, les Scouts et les Éclaireurs se donnent rendez-vous à Vienne chaque 3ème dimanche de l'Avent pour y recevoir la flamme allumée à Bethléem. Puis, la délégation rentre à Paris où elle partage la lumière aux territoires SGDF et régions EEUdF au cours d’une célébration œcuménique.
 
Une chaîne d'amitié
Cette année, c'est le groupe Scouts et guides de France de Saint-Omer qui a organisé l'accueil pour le diocèse d’Arras. Il n'a pas oublié qu’il y avait d'autres scouts dans sa ville. La troupe de Scouts unitaires de France était invitée et elle est venue en nombre. Elle a même fourni un musicien?! Les responsables SGDF et Suf ont distribué ensemble la lumière. Une délégation de scouts anglais était là pour emporter le précieux cadeau dans son pays. Les chrétiens de la paroisse ont également entendu l’invitation des scouts. Il y avait du monde dans la cathédrale…
La lanterne qui arrivait de Paris est passée de main en main jusque l’autel. Ce sont les plus jeunes, une Farfadet et des louveteaux-jeannettes, qui avaient été désignés pour faire la chaîne.
L'assistance a dû aussi faire une chaîne. Des bandes de tissus de couleur sont passées par dessus les têtes. Un beau symbole de fraternité et de diversité.
La cérémonie d’accueil de la lumière était à la fois festive et priante. Pas trop longue parce que certains avaient beaucoup de route à faire pour apporter la lumière dans leur paroisse. Les jeunes ont remarqué une petite dame, une inconnue, qui avait gardé son vieux bonnet de laine sur la tête. Quand sa bougie fut allumée, ses yeux brillaient autant que la flamme. Elle avait peut-être en main son plus beau cadeau de Noël.
 
Jean Capelain
 
 
La Lumière de la Paix a accompagné les collégiens de Fruges. Les élèves du collège Saint-Bertulphe de Fruges ont animé une célébration de Noël entièrement dédiée au service et à l'accueil du plus pauvre. Ils ont commencé par l'évocation du lavement des pieds, évangile que l'on entend habituellement pendant le carême. Les élèves ont donné les témoignages de ce qu’ils ont vécu en préparant l’opération “Noël Autrement”. Ils ont lu la déclaration radiophonique de l'abbé Pierre de 1954 : "Mes amis, au secours?! Une femme vient de mourir gelée…"
Ils ont ensuite apporté à la crèche les fruits de leur collecte, accompagnés de la Lumière de Bethléem. Tout un symbole : là où est né Jésus est maintenant un territoire qui ne connaît pas la paix et qui est encore désespérément pauvre.

Article publié par Alicia Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 1309 visites