La Maison Nicodème et les jeunes

Prise de parole des jeunes lors de la soirée inauguration de la maison Nicodème à Lens

Avec beaucoup de franchise et aussi d'humour, Chloe et Elisabeth, scoutes, ont pris la parole devant le Père Evêque, le doyen et le curé de Saint François d'Assise sans oublier le maire de Lens et une nombreuse assemblée.

 

Quelle place donner aux jeunes parmi les "moins jeunes" dans l'Eglise et dans ce lieu source qu'est la Maison Nicodème?

 

 

 

Chloe et Elisabeth, scoutes Chloe et Elisabeth, scoutes  

Prise de parole des jeunes lors de la soirée d’inauguration de la Maison Nicodème

Vendredi 3 octobre 2014

 

Bonsoir,

 

Cette année, la priorité du doyenné est donnée aux jeunes.

C’est pour ça qu’on est là !

 

Nous les jeunes de moins de 20 ans, on représente un quart de la population.

Pas la même chose dans les églises !

 

Que nous proposer ? On apparaît jamais contents et « incadrables », trop renfermés, exubérants.

Comment nous parler ? Comment nous garder ?

 

La question est : quelle place voulez-vous nous laisser ?

 

Juste un exemple : pour la couleur des murs dans notre local scouts, on nous demande ce que l’on veut :

un mur vert, un mur orange, un bleu et un rouge, les couleurs scoutes quoi !

 

Résultat, on a du vert un peu spécial et du bleu.

Peut-être qu’on a oublié de préciser qu’il ne fallait pas mélanger les 4 couleurs ?

Mais bon, on a quand même une croix scoute gravée dans la cheminée et ça, c’est « la classe » !

 

Certes, on a des modes d’action, de communication, d’organisation et d’animation différents et il est important pour nous d’avoir un regard bienveillant sur nos initiatives…

… Même si elles ne marchent pas.

 

Et si la Maison Nicodème devenait :

  • un lieu où l’on prend le temps de nous écouter,
  • un lieu de convivialité,
  • un lieu d’accueil où l’on peut s’exprimer et être reconnu,
  • un lieu où l’on nous donne la parole et où l’on n’est pas là pour faire du figuratif,
  • un lieu où l’on peut vivre quelque chose de fort et de profond avec d’autres,
  • un lieu où l’on nous fait confiance,
  • un lieu où il est important que nous soyons pour ce que nous faisons et non pas juste parce qu’on est jeunes,
  • un lieu où l’on peut célébrer notre foi de façon festive, avec des liturgies vivantes,
  • un lieu où l’on nous propose des animations avec du fond et du contenu,
  • un lieu où l’on est prêt à nous accompagner.

Pour conclure, une citation de Jean Paul II qui est à l’origine des JMJ, "l’Eglise a tant de choses à dire aux jeunes et les jeunes ont tant de choses à dire à l’Eglise. »

 

Cela aurait été trop facile de vous citer le pape François qui nous invite à semer la pagaille !

 

Chole et Elisabeth

Fermer