Lettre de Mgr Jaeger Eglise d'Arras 19-2015

 

Mgr Jaeger à Lourdes -CEF Mgr Jaeger à Lourdes -CEF  DES LARMES A L’ESPÉRANCE.

 

            Dans le silence de la prière, je souhaite partager encore avec les lecteurs d’Église d’Arras, les douloureux événements qui ont ensanglanté notre pays, le vendredi 13 novembre 2015. J’y ajoute la peine plus intime qui endeuille notre diocèse. Le décès prématuré du Père Jean-Pierre POLLART affaiblit notre presbyterium J’apporte à sa famille, aux communautés qu’il a servies et aimées le soutien de notre commune prière et de notre amitié.

            À quelques heures de sa mort, Jean-Pierre participait à une rencontre d’accueil des orientations du Synode Provincial. Son départ nous invite à un engagement renouvelé dans tous les lieux et toutes les circonstances au service de la Joie de l’Évangile et de son annonce.

            La lecture de quelques lignes du discours prononcé par Monseigneur Georges PONTIER, lors de la clôture de la récente Assemblée Plénière de la Conférence des Évêques à Lourdes soutient notre audace et notre espérance.

 

                                                                                              + Jean-Paul JAEGER.

 

Après l'attentat à Paris

Chers Amis,

 

Une nouvelle fois, notre pays est la cible d’un meurtrier attentat terroriste. De nombreux innocents ont été victimes de la volonté destructrice d’un groupe fanatique. Des blessés porteront définitivement dans leur chair et dans leur cœur les cicatrices de cette tragédie. Devant ce déferlement de haine, nous nous associons à l’épreuve que traversent des familles qui perdent un ou plusieurs de leurs membres. Dans la solidarité et la fraternité, nous nous engageons à défendre toutes les valeurs susceptibles de renforcer les relations entre les personnes et les peuples. Quand l’essentiel est en cause, il est indispensable de rassembler.  Nous portons dans notre prière nos frères et sœurs qui ont perdu la vie, les personnes qui les pleurent, celles et ceux qui ont la mission de garantir l’ordre, de secourir leurs semblables et de gérer le bien commun.

 

Je vous invite à vous unir à toutes les initiatives locales qui marqueront, au-delà des différentes appartenances, le désir partagé de construire une société accueillante, pacifique, juste et fraternelle.

 

Au cours des offices de ce dimanche 15 novembre, nous ferons mémoire de celles et ceux qui ont été tués. Selon le souhait de Monseigneur Georges PONTIER, Président de la Conférence des Evêques de France, je vous demande de bien vouloir sonner le glas à midi ou à une autre heure qui conviendrait mieux. La sonnerie peut être reprise pendant les jours de deuil national.

 

Je suis sûr que toutes les communautés de l’Eglise catholique dans notre diocèse se mobiliseront, une fois de plus, pour servir le respect de la grandeur de l’être humain.

 

 

                                                                                              + Jean-Paul JAEGER.

 

Mgr Pontier à Lourdes

« Nous voulons redire où se trouve le chemin du bonheur : Il se trouve dans le respect de la dignité inviolable de l’homme créé à l’image de Dieu ; il se trouve dans le choix de sociétés où le souci du petit et du pauvre prime sur les intérêts des plus fortunés. Il est des inégalités qui font honte à l’humanité. Il se trouve, ce chemin du bonheur, dans le choix du dialogue et du respect entre personnes et peuples aux convictions et aux religions diverses. Il se trouve dans la logique de l’amitié et de l’estime entre les peuples. Il se trouve dans le respect de la création, dans le souci de la maison commune, dans le choix de modes de vie respectueux des besoins d’aujourd’hui et de ceux de demain. Il se trouve encore et surtout dans l’ouverture spirituelle à la connaissance et à l’amour de Dieu qui nous rend libres et nous tient en confiance…

 

Dans un mois nous entrerons dans le jubilé de la miséricorde, voulu par le Pape François. Ce qui est le plus grand en Dieu, c’est sa miséricorde ! Il s’est révélé ainsi en Christ. Le Pape François commence sa lettre « Misericordiae Vultus » avec ces mots : « Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père ». Dans ce monde de violence aux formes multiples selon les temps et les lieux, le Père de toute miséricorde, le créateur s’est fait sauveur en son fils bien aimé, Jésus Christ. Il n’a ajouté aucune violence. Au contraire il est venu pour la vaincre par une puissance d’amour infinie à laquelle nos égoïsmes, nos inconsciences et nos peurs ont du mal à croire. La violence, il l’a subie jusqu’au sang ; la haine, il en a souffert au plus profond de son cœur ; la mort injuste il l’a vaincue par la résurrection bienheureuse, source de toute espérance. Oui, nous voulons redire qu’il est là le chemin du bonheur, dans la suite du Christ, dans l’amour de ses frères, dans la confiance, dans l’engagement auprès de ceux qui souffrent violence. Sa vie extérieure a été résumée en peu de mots : « Il est passé en faisant le bien ». Avoir le souci des autres, celui du bien commun, celui du vivre ensemble, celui d’une écologie intégrale, celui d’une humilité confiante, celui de la bonté et de la fraternité, voilà bien le chemin du bonheur ! Oui, Seigneur : «  Que sur nous s’illumine ton visage et nous serons sauvés ! » Et en plagiant ce que disaient Pierre et Jean au mendiant de la Belle porte : l’argent et l’or ne peuvent apporter le bonheur, et ce n’est pas cela que nous voulons donner, mais Jésus-Christ que nous voulons annoncer. Choisissez-le, marchez à sa suite et à sa manière. »

Monseigneur Georges PONTIER,

Discours de clôture de l’Assemblée plénière de la Conférence des Evêques de France – Lourdes, le 8 novembre 2015.

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 896 visites