Opposer ou additionner

Lettre publiée dans Eglise d'Arras n°7

                                                                                                                              Église d’Arras

                                                                                                                             26 juin 2017

 

 

 

OPPOSER OU ADDITIONNER

 

 

Anniversaire du concile Vatican II Anniversaire du concile Vatican II  
Mgr Jean-Paul Jaeger
Mgr Jean-Paul Jaeger
Largement préoccupés par une longue année électorale, les Français aspirent, plus que de coutume, aux vacances. Ils n’en ont pas fini avec les débats politiques puisque les mois d’été risquent d’être chargés pour le gouvernement et les députés.

                Quoi qu’il en soit d’une mise en route programmée, le temps du repos est bienvenu. Notre première pensée rejoint celles et ceux qui pour diverses raisons ne pourront pas vivre cette bienfaisante coupure. Nous n’oublions pas que le temps du repos et de la détente des uns engendre un surcroît de travail pour les autres. Professionnels du tourisme ou bénévoles, ceux-ci contribuent au mieux–être de leurs semblables. Qu’ils soient remerciés.

                Je dis ma reconnaissance aux communautés et aux fidèles engagés dans la pastorale du tourisme. Ils offrent aux résidents réguliers ou occasionnels, aux visiteurs, la possibilité de découvertes, de réflexions, de partages, susceptibles d’enrichir ou d’éveiller la foi. Ils vont semer. La croissance et la récolte appartiennent au Seigneur. Les églises ouvertes vont contribuer à ce cheminement.

                 Sans faire l’apologie des devoirs de vacances, je me permets de suggérer à tous les membres de  notre Église locale de méditer et de partager à propos une démarche qui s’apparente à une conversion à vivre ensemble.

                Les longues joutes électorales qui ont occupé la quasi-totalité de l’année d’activités qui s’achève, nous ont plongés dans  la confrontation permanente. Nous avons constamment été sollicités pour être pour ou contre. Il nous est même arrivé d’être sommés de nous situer dans un camp ou dans un autre. Ce jeu est presque un sport national chez les Gaulois que nous demeurons !

                L’actuel Président de la République a nourri sa campagne de la volonté de dépasser cette forme de clivage génétique. L’avenir nous dira s’il est en mesure de bouleverser profondément et durablement ce mécanisme qui caractérise partiellement l’identité française.

                L’Église catholique en France ne déroge pas à ce mode d’être. Sa vie quotidienne est souvent marquée par le ballet des oppositions entre personnes, responsables, groupes, communautés, paroisses, mouvements, instances. Quand il est demandé à l’évêque ou aux évêques d’uniformiser normes et pratiques, la requête cache, en fait, une exigence déguisée de prise de position qui donne raison à l’un et tort à l’autre. Il est bien entendu que le ou les requérants espèrent que les pasteurs décideront sur la base de leurs propres attentes.

                Notre société, l’Église chez nous, doivent apprendre à additionner au lieu de systématiquement opposer. La volonté de ne voir au même moment, en un même lieu ou sur un même thème qu’une seule tête dans les rangs est de moins en moins performante. Autour de nous comme dans l’Église, les histoires personnelles, les parcours, les rythmes ne sont plus uniformes. Le rêve d’évangéliser, d’initier et de former par tranches d’âges, par catégories, par regroupements nettement déterminés par la sociologie et l’organisation appartient largement au passé.

                L’histoire récente de l’Église a peut-être oublié que l’Esprit Saint souffle où Il veut, comme il veut  et quand Il veut. Nous ne savons ni d’où Il vient, ni où Il va. Il échappe à tous les canaux que notre belle gestion a finalement décidé de lui faire emprunter.

                Je me souviens avoir reçu naguère un candidat à l’entrée au séminaire. Plein d’enthousiasme, ce jeune m’a longuement exposé tout ce qu’il voulait faire pour le Seigneur, tout ce qui était bon pour l’Église, pour la société. Il me demandait, bien sûr, de lui offrir le cadre de la réalisation de son projet.  Quand j’ai pu prendre la parole, je n’avais plus qu’à conclure : « Au fond, tu es tout prêt à suivre le Seigneur, à condition que marches devant ! »

                Dans les années qui viennent, notre Église locale sera souvent appelée à sortir des schémas qui s’opposent parce leurs auteurs et leurs promoteurs sont sûrs de savoir ce qui est meilleur pour Dieu, pour l’Église  et la fidélité qu’on leur témoigne. Il nous faudra souvent rechercher ce que veut et dit l’Esprit de Dieu, au risque d’être remis en question. C’est alors que nous commencerons à additionner des richesses qui ne nous appartiennent pas, mais qui sont les fruits de l’Amour de Dieu pour son Peuple, pour l’humanité. Nous avancerons sur le chemin de la communion que le Seigneur lui-même réalise.

                Cette transformation des esprits, cette conversion exigent de notre part de réelles capacités de discernement. Ce comportement spirituel a fait l’objet de la rencontre annuelle des prêtres, le 9 mai dernier. Nous reviendrons dès la rentrée sur la nécessité et l’art du discernement.

                Dans l’immédiat, nous pouvons changer d’itinéraire : quitter les chemins de l’opposition et explorer les chemins de l’addition.

                Bonnes vacances avec le Seigneur, en famille et avec tant de frères connus ou inconnus !

 

+ Jean-Paul JAEGER

Fermer